CALENDRIER 2021 À IMPRIMER : MODÈLES INDESIGN GRATUITS

Calendrier 2021 à imprimer · Modèle indesign gratuit

Mais oui, nous avons déjà prêts les modèles de calendrier 2021 gratuits! Un an de plus sans manquer notre rendez-vous avec tous ceux qui ont à concevoir un calendrier.

Comme nous l’avons déjà fait avec nos modèles gratuits d’agendas 2021, à cette occasion nous avons regroupé tous les modèles de calendrier dans un seul pack. De cette façon, vous pouvez disposer de tout le matériel en un seul téléchargement.

Comme vous le savez déjà, il s’agit de bases de mise en page, lesquelles vous pouvez personnaliser en modifiant les couleurs, les polices de caractères, etc. En plus, vous pouvez ajouter vos propres images.

Les modèles sont élaborés au moyen du logiciel standard dans le domaine de la mise en page et PAO (publication assistée par ordinateur), Adobe InDesign et nous les avons conçus en 3 langues : français, espagnol et catalan.

Voici les modèles de calendriers 2021 inclus dans le pack :

Modèles de Calendriers de Table 2021

calendrier de table

Le calendrier de table permet aux entreprises et aux entités d’être présentes tous les jours sur les tables de travail de leurs clients ou utilisateurs, avec l’avantage que cela implique en termes de reconnaissance de la marque.

Vous avez le choix entre 3 formats de page différents : DIN A5 (14,8 x 21 cm.), 21 x 10 cm. et 21 x 21 cm.

Modèles de Calendrier Triangulaire de Table 2021

calendrier triangulaire

 

L’impression de calendriers triangulaires permet d’obtenir un effet similaire au calendrier de table en termes de diffusion de votre marque, mais à un coût bien inférieur.

Dans le pack, nous vous proposons 3 formats différents de calendrier triangulaire : DIN A5 (14,8 x 21 cm.), 21 x 10 cm. et 15 x 15 cm.

Modèles de Calendriers Muraux avec agrafes (“ type Magazine ”) 2021

calendrier agrafé

Une fois imprimés, ces calendriers présentent l’aspect d’un magazine agrafé, avec la particularité de disposer d’un petit trou sur le côté opposé aux agrafes, afin de les accrocher au mur.

Les calendriers muraux avec agrafes sont un excellent cadeau d’entreprise tout en étant très utiles dans le quotidien de n’importe quel bureau ou atelier.

Le modèle de calendrier mural avec agrafes est disponible au format DIN A4 (21 x 29,7 cm.) (nous nous référons à la taille du magazine fermé).

Modèles de Calendriers Muraux Wire’o 2021

calendrier mural wireo

Sans doute le calendrier mural Wire’o est le plus attirant de tous ceux que nous vous présentons, en raison de sa grande taille (qui vous permet d’appliquer tout le protagonisme aux images que vous choisissiez pour illustrer chaque mois), et de l’élégance qui lui confère la finition en double spirale (wire’o).

Les modèles de calendriers muraux wire’o sont disponibles aux formats : DIN A4 (21 x 29,7 cm.) et DIN A3 (42 x 29,7 cm.).

Modèles de Calendrier Mural 2021

calendrier mural

Le calendrier mural est destiné à être accroché au mur, mais contrairement aux deux types de calendrier précédents, dans ce cas, tous les mois sont visibles toute l’année, car il s’agit d’un calendrier composé d’une seule page au format DIN A3 (42 x 29,7 cm.).

Modèles de Calendriers de poche 2021

calendrier de poche

Le plus petit membre de notre famille de calendriers. Nous l’offrons au format 5,5 x 8,5 cm. Si vous n’avez pas beaucoup de budget pour votre impression de calendriers, le calendrier de poche est sans doute un bon choix. De plus, la personnalisation des modèles que nous proposons dans ce cas consiste en quelque chose d’aussi simple que d’ajouter une image qui occupe toute la surface du recto du calendrier (le verso est le modèle lui-même).

Téléchargez gratuitement nos supers agendas personnalisables en appuyant sur le lien suivant.


Vous êtes au courant de nos nouveaux produits ?

Nous vous présentons notre nouveau calendrier avec support mobile !

Faites que vos clients se souviennent de vous avec ce produit simple et pratique. Si vous voulez en savoir plus sur notre nouveau calendrier, accédez à notre site web:

Calendrier avec support mobile

AGENDAS 2021 : MODÈLES GRATUITS D’AGENDA EN FRANÇAIS

modeles gratuits agendas 2020

Une année de plus, et bien que ce ne soit certainement pas une année normale, nous avons pris un certain temps pour préparer les modèles InDesign Agenda 2021 que vous attendiez.

Au moment de la rédaction de ce post, nous vous proposons l’agenda hebdomadaire de base 2021 en trois langues (espagnol, catalan, français). Tous les trois modèles peuvent être téléchargés dans le même fichier .rar. Cependant, au fur et à mesure que nous les terminerons, nous vous proposerons les mêmes modèles (mis à jour, bien sûr) que l’année dernière : agenda hebdomadaire Planner7 2021, agenda quotidien Planner1 2021 et agenda hebdomadaire Boho 2021.

Modèle d’Agenda Hebdomadaire de base 2021

Pour ceux qui ne l’ont pas encore utilisé, il s’agit d’un agenda hebdomadaire au format DIN A5 vertical (148 x 210 mm) incluant un espace pour les notes mais que vous pouvez facilement modifier pour l’adapter à vos propres contenus comme des photos, par exemple.

agenda 2021

Les différents jours fériés sont indiqués comme suit, en fonction de la version de l’agenda : la version espagnole inclut les jours fériés officiels dans toute l’Espagne ; la version catalane inclut les jours fériés officiels en Catalogne (c’est-à-dire nationaux + régionaux), et la version française inclut les jours fériés officiels en France.

agenda hebdomadaire 2021

Le téléchargement comprend 3 dossiers incluant les 3 versions de l’agenda. Chacun comprend un fichier PDF qui vous permet de visualiser rapidement le contenu sans avoir à ouvrir InDesign, et le modèle lui-même en deux formats : un fichier .indd et un fichier .idml. Ce dernier vous permet d’ouvrir et de modifier le modèle au cas où vous utilisiez une ancienne version d’InDesign (le petit inconvénient est qu’il faudra un peu plus de temps pour ouvrir le fichier).

Alors voilà il n’y a pas de raison d’attendre plus ! Téléchargez gratuitement nos supers agendas personnalisables en appuyant sur le lien suivant.

Obtenir modèle gratuit d’Agenda 2021

Nous espérons que ce modèle vous sera utile, et si vous souhaitez personnaliser et imprimer votre agenda, n’hésitez pas à visiter notre boutique en ligne. Nous sommes sûrs que nous pouvons vous aider !

 

LA RÉVISION DES FICHIERS ET DES ÉPREUVES AVANT L’IMPRESSION

,
revision des fichiers

Pourquoi est-il important de vérifier les fichiers et les épreuves avant d’envoyer nos originaux à l’imprimerie ?

Il est important d’effectuer et de vérifier diverses épreuves tout au long du processus de la production graphique, en commençant par les étapes initiales. La révision des fichiers et des épreuves permet de déceler et de corriger les erreurs à un stade avant de passer au suivant, ce qui permet d’économiser du temps et des ressources. Souvent, on est trop occupé pour consacrer du temps aux épreuves, mais si le résultat du travail n’est pas bon, on devra trouver le temps de répéter le processus.

Au cours du processus de la production graphique, il est nécessaire de s’assurer, à chaque étape et avant de passer à la suivante, que le résultat obtenu jusqu’à présent est conforme à ce qui a été souhaité. Divers systèmes de révision des fichiers et des épreuves peuvent être utilisés à cette fin. Par exemple, le document peut être prévisualisé sur l’écran de l’ordinateur, imprimé sur une imprimante… On peut aussi utiliser des applications de preflight, on peut réaliser des épreuves analogiques ou numériques, et même des épreuves de presse peuvent être réalisées sur une machine à imprimer.

Au cours du projet, le texte, les images et la mise en page des originaux doivent être revus soigneusement. Les épreuves faites au moyen des imprimantes laser sont principalement utilisées pour vérifier les textes, la conception et la mise en page des pages avant de produire les films ou les plaques pour l’impression.

Les logiciels de preflight vous permettent de vérifier que le document est complètement prêt à être imprimé sur les presses. Des épreuves analogiques et numériques sont généralement effectuées avant le démarrage du tirage. Pour les productions particulièrement importantes, une épreuve d’impression peut également être effectuée sur la presse comme épreuve finale avant le tirage. Il s’agit d’une procédure coûteuse, mais justifiée dans certains cas. Des épreuves de presse peuvent également être réalisées lorsqu’un nombre élevé d’épreuves par page est nécessaire.

Toutes ces procédures de révision des fichiers et d’épreuves ont le même but : être certain que chaque étape est réalisée comme prévu.

Plus une erreur est découverte tardivement dans le processus de production, plus de temps on doit mettre pour la corriger et plus chère devient la correction.

C’est pourquoi il est tellement important d’inclure dans la planification le temps nécessaire pour effectuer une série de contrôles tout au long du processus.

Dans cet article, nous allons analyser différents systèmes de révision des fichiers et des épreuves, le contenu des check lists et la préparation des épreuves. Pour commencer, nous examinerons les types d’erreurs qui peuvent se produire.

Les erreurs les plus fréquentes dans le processus de production graphique

De nombreuses erreurs peuvent se produire lors de la préparation des documents numériques destinés à être utilisés dans la production graphique. Pour simplifier, nous les regrouperons en cinq grandes catégories :

1. Les défauts esthétiques, par exemple les erreurs typographiques.
2. Les défaillances causées par des applications ou des systèmes d’exploitation.
3. Les défaillances dans le document causées par la négligence, l’inexpérience ou le manque de connaissances.
4. Les défaillances causées par des erreurs d’impression.
5. Les défaillances mécaniques, causées, par exemple, par les machines à flasher (CtP) mal calibrés.

La réalisation d’épreuves analogiques est le seul moyen de contrôler tous ces types d’erreurs, mais comme elles sont effectuées lorsque le processus de production est très avancé, la correction des erreurs décelées est très coûteuse. Il est donc préférable de suivre un plan de contrôle dès le début du processus graphique.

Épreuves à l’écran (soft-PROOFS)

Une révision soigneuse des textes et des images sur un écran d’ordinateur bien calibré est une première forme de correction efficace et peu coûteuse pour s’assurer que tout fonctionne bien. Dans les logiciels d’édition d’images et de publication assistée par ordinateur (PAO), il existe également de bons outils pour contrôler les différents paramètres. Sur l’écran, vous pouvez maîtriser la typographie, le placement des images, des illustrations, des logos et des textes.

Vous pouvez également contrôler le partitionnement des mots, l’alignement, le format, les zones de texte, le trapping, les surimpressions et les fonds perdus. Un expert en production graphique peut utiliser une application d’édition d’images pour vérifier la correspondance des couleurs, l’édition des images, la couverture totale de l’encre, l’UCR/GCR et les ajustements de l’engraissement du point.

Un moyen très pratique de créer une épreuve à l’écran, qui peut être montrée au client et qui facilite la révision du document, consiste à générer un fichier PDF à partir du document original. Les fichiers PDF peuvent facilement être envoyés par courrier électronique au personnel qui doit faire la révision du travail. Avec l’application Adobe Acrobat [télécharger le logiciel], des notes numériques peuvent être ajoutées au document, avec des commentaires pour la correction et l’ajustement de la preuve. La création d’un fichier PDF à partir du logiciel sur lequel vous travaillez est également un bon moyen de vérifier que l’original numérique peut être traité et flashé sur un film ou une plaque.

Épreuves d’imprimantes laser

Les épreuves laser sont essentiellement utilisées pour corriger la typographie, contrôler la position des images, des illustrations et des logos et vérifier les textes (concernant l’orthographe et les contenus). Elles vous permettent également de vérifier la coupe syllabique, l’alignement, le format, les zones de texte et les fonds perdus.

Ces épreuves sont effectuées sur des imprimantes laser PostScript, en noir et blanc ou en couleur.

Un bon moyen de vérifier si le document est prêt à être traité est de faire une séparation des couleurs, avec l’imprimante laser. Ce type de sortie vous permet également de vérifier les réserves, les surimpressions et le nombre de couleurs du document. Les images et la précision des couleurs ne peuvent pas être vérifiées par une imprimante laser, car la correspondance entre ce type d’épreuves et le produit final obtenu dans la presse d’impression est insuffisante.

Détails de la production (preflight)

Le terme preflight est un mot du domaine de l’aviation, où il est utilisé pour désigner le contrôle et l’inspection de l’avion par le pilote avant le décollage. Dans la production graphique, ce concept est utilisé pour le contrôle qui est fait de l’original numérique (également appelé art final numérique, digital art work) avant sa sortie sous la forme de film ou de plaque d’impression.

En français, on utilise de préférence le nom preflight (ou preflighting, ou preflight-check), mais cette fonction est également désignée sous les noms de contrôle des fichiers ou révision préalable des fichiers. Pour ce faire, on utilise des logiciels de contrôle électronique qui sont des applications spécifiques de preflight, qui -étape par étape- vérifient le document par rapport à une série de paramètres prédéfinis.

Étant donné que les défauts graphiques sont courants dans les documents numériques livrés pour la production, le contrôle préalable (preflight) constitue une étape très importante.

Les défauts qui sont découverts tardivement (sur les films ou les plaques d’impression) sont coûteux à solutionner ; et c’est encore pire si le défaut est décelé sur la presse d’impression. Le preflight permet de découvrir et de corriger les défauts les plus courants, en réduisant ainsi les risques de coûts supplémentaires et des retards dans la livraison.

Conclusion

À notre humble avis, les imprimeries sont obligées d’effectuer ces types de révisions incluses dans le prix offert, car dans de nombreux cas, le problème n’est détecté qu’au moment où l’imprimeur effectue le preflight correspondant.

Nous devons supposer que les clients de l’imprimerie sont prêts, dans une certaine mesure, à contrôler l’ensemble du processus graphique. Il est donc important de travailler avec des imprimeries qui proposent ce service, ainsi que d’avoir une communication fluide entre les deux parties afin que la solution des problèmes soit rapide et agile.

Chez Cevagraf, le service de révision des fichiers est toujours inclus. Nous nous occupons dans tous nos travaux de vérifier et de maîtriser que tout soit correct pour l’impression, et bien que nous le fassions, nous pensons également qu’il est important d’impliquer le graphiste et le client dans ce contrôle, car en ce sens, toutes les informations favorisent une bonne communication entre tous les acteurs du processus graphique.

Afin de mieux impliquer et apprendre nos clients de la manière la plus efficace, Cevagraf dispose d’un portail web pour le contrôle préalable (preflight) des documents [voir le portail]. C’est un portail web que nous proposons à nos clients pour qu’ils puissent charger eux-mêmes leurs fichiers, faire le contrôle préalable, vérifier les épreuves à l’écran et contrôler tout ce qui doit être vérifié avant l’impression.

Avec ce portail, nous ne voulons pas « transférer notre travail » au graphiste, au contraire, car bien que cette procédure soit suivie, dans notre atelier de prépresse, nous faisons également une vérification globale du produit, afin de rien n’oublier. Ce que nous voulons essentiellement, c’est d’instruire et impliquer nos clients et leur fournir un outil capable de réduire les délais de livraison, car le portail est ouvert 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Tout ce qui reste à dire, c’est que pour connaître quelque chose, il faut l’essayer.

COMMENT PRÉPARER LES FICHIERS À ENVOYER À L’IMPRIMERIE

,

Chez CEVAGRAF S.C.C.L. nous voulons faciliter la tâche des graphistes dans la préparation des fichiers, c’est pourquoi nous présentons ce guide pratique pour aider le concepteur graphique.

Dans ce post, nous détaillons tous les aspects à prendre en compte lors de la préparation des fichiers à envoyer à l’imprimerie.

Alors, qu’est-ce que je dois apporter à l’imprimerie ?

Option 1 (et la plus sûre) : PDF, le format standard pour la remise de documents à l’imprimerie

Il est essentiel de partir d’un principe : mieux les originaux sont préparés pour les envoyer à l’imprimerie, moins de désagréments pour tout le monde… et donc moins de coûts pour le client. Comme le dit le proverbe : Le temps, c’est de l’argent. Le fait de fournir des originaux bien faits à l’imprimerie accélère le processus de production et surtout permet d’éviter les coûts imprévus.

Quel est le format standard pour la remise des documents à l’imprimerie ? Le PDF haute résolution. Pour le service prépresse, il est beaucoup plus rapide et plus fiable de travailler avec des fichiers PDF fournis par les clients. En fait, les logiciels de traitement de fichiers prépresse fonctionnent exclusivement avec des documents PDF.

Les logiciels de PAO mentionnés offrent des fonctionnalités intéressantes. Parmi elles, la possibilité de générer des fichiers PDF. Il s’agit d’une procédure simple et conviviale.

Voir l’article  » Comment créer des PDF à envoyer à l’imprimerie avec différents logiciels « 

Option 2 : Envoyer les fichiers en ouvert (Assemblage)

L’envoi des fichiers en format ouvert (InDesign, Illustrator, QuarkXpress) ralentit le processus et accroît l’incertitude quant au résultat final. L’envoi des fichiers ouverts vous oblige à joindre les liens (c’est-à-dire, les images liées dans les fichiers) et les polices de caractères ou typographies. Le simple fait de devoir installer les polices de caractères et d’ouvrir les documents dans un autre ordinateur que celui où la mise en page a été faite, entraîne un temps supplémentaire que l’imprimeur peut facturer au client avec tous ses droits. Outre le temps nécessaire à l’installation, il faut ajouter le temps nécessaire à la révision des fichiers et à la génération du PDF par le service prépresse de l’imprimerie pour une révision ultérieure par le client.

Cela signifie-t-il que vous ne pouvez pas envoyer des fichiers ouverts à l’imprimerie ? Non. Le client peut envoyer les fichiers ouverts (plus les polices et les liens) s’il le souhaite ; seulement que l’augmentation du temps de gestion peut entraîner des coûts supplémentaires de la part de l’imprimeur… en plus du retard dans la production.

Dans ce cas, le client doit faire parvenir à l’imprimeur tous les éléments ci-dessous :

Fichier ouvert du travail (.indd, .qxp, .fh11, .cdr, …)
Liens du travail, les images et les graphiques liés (.eps, .tif, .jpg)
Polices de caractères tracées ou jointes (PostScript ou TrueType)
PDF basse résolution du travail, comme échantillon de vérification visuelle.

 

Sangrado   Preparación de archivos para enviar a la imprenta   enviar archivos a la imprenta   Preparar archivos

 

Voir l’article  » Rassembler les infos pour la sortie – Assemblage « 

Instructions générales et recommandations pour la remise des fichiers à l’imprimerie

Nous vous recommandons vivement de faire au moins ces 5 contrôles de base avant d’envoyer les fichiers à l’imprimerie.

Indiquez le nom de la personne de contact, le numéro de téléphone et une adresse électronique à contacter en cas de problème avec les fichiers.

Évitez d’écrire des noms de fichiers trop longs, ainsi que des caractères spéciaux. N’envoyez pas de matériel inutile ou en double.

Lors de l’envoi de matériel et de fichiers par e-mail ou FTP, il est conseillé de compresser au format ZIP le dossier dans lequel sont tous les fichiers à envoyer.

Envoyez une copie du document avec les polices non tracées, au cas où des modifications de dernière minute devraient être réalisées.

Utilisez l’option  » ASSEMBLAGE  » ou  » RASSEMBLER LES INFOS POUR LA SORTIE «  qui est présente dans tous les logiciels de mise en page, laquelle est très utile pour ne pas oublier aucun lien ou police.

Ne pas faire d’impositions ou montages. Définir la taille de la page du fichier à la mesure finale établie dans le devis. Ne placez pas plusieurs tirages dans un grand format de page.

Il est important de bien préciser tous les détails concernant la manière dont nous voulons notre produit, en particulier dans les dossiers qui nécessitent une manipulation particulière. Laisser des choses sans préciser peut conduire à des malentendus.

Dans le cas d’impressions de brochures pliées, ajoutez une maquette indiquant ce qu’est la couverture avant et ce qu’est la couverture arrière. Étudier quelles sont les mesures des volets idéales dans la conception des dépliants 3 volets enveloppants, dépliants 4 volets et en général des dépliants publicitaires quel que soit le type de pliage.

Joignez une épreuve imprimée en couleur et mise à jour si possible. Sinon, envoyez un PDF (même s’il est à basse résolution).

Les logiciels PAO admis sont : InDesign, Freehand, QuarkXPress, CorelDraw, Illustrator ou Photoshop. Pour les fichiers réalisés sous Word, Excel ou Publisher (non appropriés pour l’impression), envoyez un PDF de haute qualité, réalisé à partir du même PC que celui où ils ont été créés.

Assistance

Si vous avez encore des questions sur la préparation des fichiers, nous vous renvoyons à notre centre d’aide, où vous pourrez certainement les résoudre.

Comment identifier une police de caractère en ligne avec What Font is

What Font is est un site web où vous pourrez identifier le nom de ces polices de caractères qui vous posent de problèmes parce que vous ne connaissez pas leurs noms. Encore une fois, et comme What the Font, la méthode à suivre est d’utiliser une image avec un poids ne dépassant pas 1,8 Mo d’une ligne de texte en format .jpg, .gif ou .png. Vous pourrez également indiquer une URL dans laquelle l’image souhaitée soit hébergée.

Pour aider le système, l’image contenant le modèle de texte doit remplir certaines conditions :

– Le texte doit être horizontal.
– Les lettres ne doivent pas être serrées (c’est-à-dire, celles-ci ne peuvent pas être en contact).
– La résolution de la lettre doit être de 80 pixels.
– La couleur de fond doit être plus claire que la couleur des lettres.
– Le nombre maximum de caractères est 10.
– Le nombre minimum de caractères est 2.
– Essayez de charger l’image en niveaux de gris.
– La meilleure résolution est 1000px X 120px

Une différence notable à l’égard de What the Font, c’est que dans ce cas nous pouvons indiquer au site web qu’il nous affiche seulement des typographies libres, ou seulement des typographies commerciales ou un mélange des deux. Nous pouvons aussi indiquer a What Font is que nous voulons qu’il inverse les couleurs de l’image que nous avons chargée pour faciliter la reconnaissance si l’arrière-plan de l’image est très sombre.

identifier une police de caractère

Identifier une police de caractère avec What Font Is

Si par exemple une lettre s’affiche  » divisée « , comme c’est le cas de la i latine (la ligne verticale s’affiche comme un caractère et le point comme un autre caractère), vous devrez glisser une image sur l’autre pour former la lettre correcte.

Alors, si vous voulez commencer à essayer (et bien sûr utiliser) cet outil gratuit pour identifier une police de caractère en ligne, vous pouvez le faire en cliquant sur l’image ci-dessous, bien que je dois vous avertir que les résultats obtenus peuvent ne pas être aussi précis que nous le souhaiterions.

Les formats de papier DIN : Quelle est la taille d’un DIN A4 ?

Les formats de papier sont utilisés quotidiennement

Les formats de papier sont utilisés quotidiennement pour faciliter la communication dans toutes les démarches liées au papier dans les situations les plus diverses : dans n’importe quel bureau lors de l’achat de papier pour la photocopieuse, lors de l’indication des caractéristiques techniques d’un dossier à l’imprimerie, etc.

Comme il s’agit d’un élément si habituel, il est essentiel de communiquer correctement les caractéristiques, non seulement le type de papier, mais aussi le format.

La norme ISO

De nos jours, la plupart des pays ont adhéré aux normes ISO en ce qui concerne la définition des différents formats de papier. Les normes qui définissent les différentes formats de papier sont la Norme ISO 216 (pour les séries A et B) et la Norme ISO 269 (pour les enveloppes).

Les normes ISO sont basées sur la norme DIN 476 de l’Institut Allemand de Normalisation (Deutsches Institut für Normung), publiée le 18 août 1922 et dont l’auteur est l’ingénieur et mathématicien Walter Porstmann. Par conséquent, les formats de papier les plus courants comprennent le mot  » DIN  » dans leur nom (DIN A4, DIN A5, etc).

En Espagne la norme en vigueur à cet égard est la UNE-EN ISO 216:2008, dont le contenu est identique à celui de la ISO216:2007. Dans le lien suivant, vous pouvez télécharger gratuitement la norme précédente,  UNE-EN ISO 216:2002 (laquelle vous donnera une idée du contenu de la norme actuelle, car télécharger la norme en vigueur n’est pas gratuit). 

Comment on obtient les différents formats de papier DIN

Comment on obtient les formats DIN A4, A5, A6, etc.

Dans les séries DIN chaque format est identifié par une lettre et un chiffre. La lettre identifie la série (A, B, C…) et le numéro fait référence au format (où 0 est le plus grand et 10 le plus petit). C’est ainsi que l’on parle, par exemple, de feuilles au format DIN A4 ou tout simplement de feuilles au format A4. Les différents formats de chaque série sont obtenus sur la base de certaines règles. Par exemple, dans le cas de la série A, les règles sont celles que nous indiquons ci-dessous :

  • Nous partons d’une feuille de papier d’un mètre carré de surface : Le format de base (A0).
  • La surface de chaque format de papier est le double du format immédiatement inférieur. Par exemple, la surface d’une feuille format A4 est la moitié de celle d’une feuille format A3.
  • Toutes les formats de la série maintiennent le même rapport longueur/largeur : la racine carrée de 2. C’est-à-dire, pour n’importe quel format DIN A, si nous divisons la longueur par la largeur, cela nous donnera (approximativement) 1,4142. Vous pouvez faire la preuve vous-même : Mesurez la largeur et la longueur d’une feuille DIN A4 et vous verrez que la proportion est atteinte ; pliez-la sur le côté le plus long et coupez-la en deux, mesurez la largeur et la longueur d’une des moitiés, divisez les deux chiffres et vous verrez que l’on atteint toujours : 1,4142.

Dans le lien suivant vous pouvez voir l’explication mathématique.

Sur la base de ces prémisses, nous obtenons les formats de la série DIN A, qui sont représentés dans le célèbre graphique ci-dessous :

serie DIN A de tamaños de papel

By User:Bromskloss – This is an improved version of A size illustration.svg., CC BY-SA 3.0, Link

Comment on obtient les formats DIN B4, B5, B6, etc.

Les formats de la série B ont été créés pour étendre les formats de papier de la série A. Ils sont obtenus à partir de la moyenne géométrique des mesures équivalente et précédente plus petite de la série A.

Exemple :

Pour obtenir la largeur du format B6:

  1. Nous prenons la largeur du format A5 (148 mm) et celle du format A6 (105 mm).
  2. Nous obtenons la moyenne géométrique des deux chiffres précédents. En mathématiques, la moyenne géométrique de deux nombres est définie comme la racine carrée de leur produit, donc dans notre cas :

Largeur B6 = sqr(148 * 105) = sqr(15540) = 124,66 ~ 125 mm

Comment on obtient les formats DIN C4, C5, C6, etc.

Le but spécifique de la série C est de normaliser les formats des enveloppes. Les formats de cette série sont obtenus en calculant la moyenne géométrique des formats équivalents des séries A et B.

Exemple :

Pour obtenir la largeur d’une enveloppe C4:

  1. Nous prenons la largeur du format A4 (210 mm) et du format B4 (250 mm).
  2. Et maintenant nous obtenons la moyenne géométrique des deux nombres, en utilisant la formule que nous avons vue ci-dessus :

Largeur C4 = sqr(210 * 250) = sqr(52500) = 229,13 ~ 229 mm

Les formats de papier DIN A: Mesures et applications

Quelle est la taille d’un format A0 ?

841 × 1189 mm = 33,1 x 46,8 pouces

Le format A0 est utilisé, en raison de ses grandes dimensions, principalement dans le domaine du dessin technique et de l’impression d’affiches grand format.

Quelle est la taille d’un format A1 ?

594 × 841 mm = 23,4 x 33,1 pouces

Le format A1 est idéal pour les mêmes applications que le format A0, étant très commun de le trouver aussi comme le format choisi pour les tableaux à feuilles.

rotafolio din a1

Quelle est la taille d’un format A2 ?

420 x 594 mm = 16,5 x 23,4 pouces

Il est utilisé sur les tableaux à feuilles et il est de même un format très approprié comme toile pour le dessin artistique et aussi dans les affiches publicitaires. Bien qu’il ne soit pas un format très courant pour un diptyque, saviez-vous que chez Cevagraf vous pouvez imprimer des diptyques (dépliants 2 volets) au format A2 ouvert/A3 fini ?

Quelle est la taille d’un format A3 ?

297 x 420 mm = 11,7 x 16,5 pouces

C’est l’un des formats les plus connus pour la diversité de ses applications. Il est très répandu dans le domaine du dessin artistique et encore plus dans le domaine des arts graphiques dans des produits tels que les magazines et notamment dans les calendriers muraux.

calendario de pared din a3

Quelle est la taille d’un format A4 ?

210 x 297 mm = 8,3 x 11,7 pouces

Le format A4 est sans doute le plus populaire. Non seulement parce qu’il s’agit du papier standard utilisé dans tous les bureaux comme papier à lettres et pour les photocopieuses et imprimantes, mais le format A4 est en plus l’un des formats les plus utilisés dans une large gamme de produits imprimés sur papier tels que les livres et les magazines, ainsi que les calendriers et les catalogues.

Quelle est la taille d’un format A5 ?

148 x 210 mm = 5,8 x 8,3 pouces

Le format A5 est très courant dans les livres et il est très adéquat pour les cartes postales, carnets, cahiers et agendas.

Quelle est la taille d’un format A6 ?

105 x 148 mm = 4,1 x 5,8 pouces

Le format A6 est très utilisé dans les flyers publicitaires car, en dépit des apparences… vous pouvez transmettre beaucoup d’informations dans 155 cm2 !

Quelle est la taille d’un format A7 ?

74 x 105 mm = 2,9 x 4,1 pouces

En raison de sa petite taille, son utilisation dans les produits imprimés est plus limitée, en particulier dans les dépliants et les brochures publicitaires comme les dépliants 4 volets, par exemple.

Quelle est la taille d’un format A8 ?

52 x 74 mm = 2 x 2,9 pouces

Ce format peut être utilisé pour l’impression de cartes à jouer.

Quelle est la taille d’un format A9 ?

37 x 52 mm = 1,5 x 2 pouces

Une utilisation possible de ce format est pour l’impression d’étiquettes.

Quelle est la taille d’un format A10 ?

26 x 37 mm = 1 x 1,5 pouces

Même chose que ci-dessus.

Les formats de papier DIN B

La série B de formats de papier est apparue comme un complément à la série A déjà existante. Les utilisations et les applications de chacun des formats sont similaires à celles déjà vues pour la série A.

Quelle est la taille d’un B0 ?

1000 × 1414 mm = 39,4 x 55,7 pouces

Quelle est la taille d’un B1 ?

707 × 1000 mm = 27,8 x 39,4 pouces

Quelle est la taille d’un B2 ?

500 x 707 mm = 19,7 x 27,8 pouces

Quelle est la taille d’un B3 ?

353 x 500 mm = 13,9 x 19,7 pouces

Quelle est la taille d’un B4 ?

250 x 353 mm = 9,8 x 13,9 pouces

Quelle est la taille d’un B5 ?

176 x 250 mm = 6,9 x 9,8 pouces

Quelle est la taille d’un B6 ?

125 x 176 mm = 4,9 x 6,9 pouces

Quelle est la taille d’un B7 ?

74 x 105 mm = 2,9 x 4,1 pouces

Quelle est la taille d’un B8 ?

62 x 88 mm = 2,4 x 3,5 pouces

Quelle est la taille d’un B9 ?

44 x 62 mm = 1,7 x 2,4 pouces

Quelle est la taille d’un B10 ?

31 x 44 mm = 1,2 x 1,7 pouces

Les formats de papier DIN C pour les enveloppes

La série C est utilisée spécifiquement pour définir les dimensions des enveloppes.

Quelle est la taille d’un C0 ?

917 x 1297 mm = 36,1 x 51,5 pouces

Quelle est la taille d’un C1 ?

648 x 917 mm = 25,5 x 36,1 pouces

Quelle est la taille d’un C2 ?

458 x 648 mm = 18 x 25,5 pouces

Quelle est la taille d’un C3 ?

324 x 458 mm = 12,8 x 18 pouces

Ce format permet de contenir des feuilles A3 sans pliage (très utile par exemple dans le cas d’avoir à transporter des feuilles de dessin au format A3).

Quelle est la taille d’un C4 ?

229 x 324 mm = 9 x 12,8 pouces
Les enveloppes C4 sont très utilisées pour contenir des documents DIN A4 sans pliage. Habituellement les enveloppes 229 x 324 mm sont ouverts du côté le plus petit, c’est-à-dire, dans le sens du 229 mm, en recevant dans ce cas le nom de “ pochettes ”.

Quelle est la taille d’un C5 ?

162 x 229 mm = 6,4 x 9 pouces
Le format C5 est également très courant, car il peut contenir une ou plusieurs feuilles A5 sans pliage, ou bien des feuilles A4 avec un seul pli.
sobre c5

Quelle est la taille d’un C6 ?

114 x 162 mm = 4,5 x 6,4 pouces
Il s’agit d’un format approprié pour contenir des feuilles A4 pliées en deux, des pièces de monnaie, des billets de banque ou de petits objets.

Quelle est la taille d’un C7 ?

81 x 114 mm = 3,2 x 4,5 pouces

Quelle est la taille d’un C8 ?

57 x 81 mm = 2,2 x 3,2 pouces

Quelle est la taille d’un C9 ?

40 x 57 mm = 1,6 x 2,2 pouces

Quelle est la taille d’un C10 ?

28 x 40 mm = 1,1 x 1,6 pouces

Bon à Tirer (BÀT) : Qu’est-ce que c’est ?

bon à tirer

Aujourd’hui, nous allons parler d’un concept très important pour le processus d’impression, le Bon à Tirer (ou BÀT).

Dans le monde de l’impression (offset et numérique) le client fait parvenir à l’imprimeur les fichiers PDF prêts pour l’impression (c’est-à-dire, les arts finaux). L’imprimeur fait un traitement des fichiers dans son système de flux de travail (lequel inclut le chargement et le raffinage, afin d’assurer la bonne et uniforme reproduction des fichiers dans tous les dispositifs, tels qu’imprimantes, épreuves numériques, flashage des plaques pour l’impression offset…)

Alors, il y a un transfert de données de l’ordinateur du client à l’environnement de travail de l’imprimeur. Avant de démarrer l’impression, donc, il est conseillable (et dans certains cas, il est même impératif) d’offrir au client la vérification des fichiers déjà traités dans le service Pré-presse. De cette façon le client peut vérifier les contenus et les valider (si tout s’est bien passé), ou bien de corriger ou modifier des possibles erreurs.

le bon à tirer

Et voilà que nous sommes devant le concept du Bon à Tirer (ou BÀT). Qu’est-ce que le Bon à Tirer ? C’est une épreuve contractuelle que l’imprimeur offre au client afin que celui-ci puisse vérifier soigneusement les contenus de son dossier avant de lancer l’impression. Le BÀT, donc, devient un outil incontournable afin d’assurer la correcte reproduction des contenus des fichiers originaux du client.

Quelles sont les réponses que le client peut donner au « bon à tirer » ?

Nous allons les voir ci-dessous :

a) Validation ou approbation : si tous les contenus sont corrects. Dans ce cas l’imprimeur est autorisé à commencer l’impression du produit.

b) Rejet : s’il faut corriger ou modifier quelque chose. Dans ce cas le client doit communiquer à l’imprimeur que les fichiers ne sont pas bons pour l’impression. En plus, le client doit aussi lui faire parvenir à nouveau les fichiers modifiés.
Bien entendu, dans ce cas le client devra vérifier à nouveau le BÀT (lorsque l’imprimeur aura traités les fichiers modifiés) et donner l’approbation.

Le résultat final est toujours la validation du BÀT par le client, que ce soit dans un premier temps ou après plusieurs modifications.

Quelles sont les sorties (on peut dire les « manifestations ») du « bon à tirer » ?

a) Sortie Traceur (document imprimé) : Il s’agit d’une épreuve d’impression pour vérifier les contenus, laquelle a été imprimée dans un traceur du service Pré-presse.

b) Sortie Numérique : Il s’agit d’une épreuve numérique disponible pour le client dans la plate-forme numérique (Portail) de l’imprimeur. Le client peut y accéder au moyen de son nom d’utilisateur et de son mot de passe (ce qui garantit la confidentialité des contenus du dossier).

La Sortie Numérique est la plus répandue et en même temps la plus efficace, car le client n’a pas besoin de se déplacer à l’imprimerie et l’imprimeur ne doit pas envoyer le bon à tirer imprimé au client. Il y a donc un gain de temps et une économie de coûts, bien entendu. Cependant, il y a des situations dans lesquelles (notamment selon le genre du dossier…) il peut être conseillable de faire une sortie traceur pour le client.

La Sortie Numérique du bon à tirer permet donc de faire la validation en ligne du dossier. Il s’agit d’un processus très pratique : le client se connecte à la plate-forme de l’imprimeur, vérifie et valide les contenus tout de suite. Il suffit d’appuyer sur le bouton d’approbation pour faire effective la validation en ligne. L’imprimeur reçoit la validation dans son système, ainsi que les éventuels commentaires du client.

La validation en ligne du bon à tirer offre des avantages au client mais aussi à l’imprimeur :

Pour le client, les performances du Portail de l’imprimeur lui permettent de vérifier les contenus de façon approfondie et fiable.
Pour l’imprimeur, la validation du client est enregistrée dans le système.

Il s’agit d’un magnifique moyen d’empêcher des malentendus et de garantir la correcte reproduction des contenus validés. Pour l’imprimeur, la satisfaction du client envers son produit imprimé est très importante !

Nous sommes votre imprimeur en ligne

Chez Cevagraf nous avons les ressources techniques et humaines pour offrir à nos clients le BÀT de leurs dossiers, aussi bien sortie traceur que sortie numérique. Visitez notre site web et découvrez comment nous pouvons vous aider !

Les 10 Parties d’un Livre que Peut-être Vous ne Connaissiez pas

Parties d'un Livre que Peut-être Vous ne Connaissiez pas

Sur Internet on peut trouver beaucoup de posts faisant référence aux différentes parties d’un livre, mails ils mêlent (tous en général) les parties d’un livre en tant qu’objet physique avec les différentes parties selon les contenus du livre. C’est pour cette raison que nous croyons intéressant de vous présenter un précis des termes que nous utilisons d’habitude pour désigner les parties physiques d’un livre, celles qui sont liées plus directement aux processus de l’impression et de la reliure.

Pour une bonne communication dans les environnements professionnels, il faut s’exprimer avec précision. Nous sommes conscients de l’importance de la précision du langage, particulièrement dans notre quotidien en tant qu’imprimeurs de livres pour nos clients. Il faut sans doute s’exprimer avec précision concernant l’impression de livres afin d’atteindre la réussite dans l’impression.

Dans cet article, nous voulons que vous connaissiez les Parties d’un Livre :

1. Les Couvertures

Les couvertures d’un livre sont la partie extérieure, ce que nous voyons quand le livre est fermé. Les couvertures sont composées de : première de couverture, deuxième de couverture, troisième de couverture, quatrième de couverture et dos (ou tranche). La première de couverture d’un livre es la partie de devant du livre. Une conception attirante de la première page de couverture est un facteur qui va favoriser les ventes de votre livre. La quatrième de couverture est la partie de derrière du livre, dans laquelle on inclut souvent une présentation de l’ouvrage visant à inciter à la lecture (et à l’achat) du livre. Par ailleurs, la deuxième de couverture est le verso de la 1ère. de couverture ; la troisième de couverture est le recto de la 4ème. de couverture. C’est facile comme dire bonjour !

Les couvertures sont toujours imprimées sur des papiers plus épais que ceux des intérieurs et nous pouvons appliquer sur elles des finitions telles que le pelliculage ou le vernis UV sélectif. Sur notre boutique en ligne vous pouvez trouver une large variété de papiers pour les couvertures de votre livre, ainsi que plusieurs types de pelliculage (brillant, mat, mat antirayures) et le vernis UV sélectif. Dans le cas de la reliure en cartonné (cartonnage) on parle de “ couverture rigide ”.

parties d'un livre

2. Le Dos

Le dos fait partie des couvertures ; il s’agit de la partie du livre qui est entre la 1ère. et la 4ème. de couverture. La fonction du dos est de relier les pages intérieures aux couvertures. Dans la conception graphique du dos on inclut d’habitude le titre du livre, le nom de l’auteur ou auteurs et aussi le logotype de la maison d’édition. Le dos peut être plat ou rond. Le dos plat est habituel dans les reliures en broché (couverture molle), tandis que le dos rond est habituel dans les reliures en cartonné (couverture rigide). Mais les livres reliés en cartonné peuvent aussi avoir le dos plat, comme nous pouvons voir dans l’image ci-dessous :

parties d'un livre

Le dos est collé au bloc des feuilles intérieures par le biais de la colle. Les colles les plus habituelles dans l’impression commerciale sont : La colle EVA, laquelle est utilisée dans les livres en broché (dos carré collé), et la colle PUR, laquelle offre une résistance et durabilité supérieures et est utilisée dans les livres en broché (dos carré collé PUR).

Lors de la préparation de l’impression d’un livre, les couvertures sont peut-être l’élément le plus difficile à concevoir. Afin de rendre votre travail plus facile lors de la réalisation des couvertures de votre livre, nous avons préparé un post dans lequel nous expliquons de façon très simple comment préparer votre livre pour l’impression.

3. Le Front, la Tête et le Pied : les 3 parties coupées d’un livre

Nous parlons de la “ tête ” d’un livre lorsque nous nous référons à la partie supérieure du livre. La partie inférieure est nommée “ pied ”. C’est facile, n’est-ce pas ?

Tous les deux, Tête et Pied, sont des parties coupées du livre. Il faut encore une troisième “ coupure ” pour finir un livre, il s’agit du “ front ” (c’est-à-dire, la partie opposée au dos).

4. Le Bloc de pages intérieures

Les “ intérieurs ” d’un livre sont l’ensemble des pages intérieures. Nous parlons alors du “ bloc de pages intérieures ” pour nommer les pages composant les intérieurs d’un ouvrage.

Les pages intérieures du livre sont pliées pendant le façonnage, en composant les “ cahiers ”. Les cahiers peuvent être cousus et collés aux couvertures (dos carré collé cousu) ou bien peuvent être collés aux couvertures sans les coudre (c’est le cas de la reliure PUR).

5. Les Rabats

 

parties d'un livre

Les rabats sont des prolongements de la 1ère. de couverture et/ou de la 4ème. de couverture, pliés vers l’intérieur, de façon qu’ils ne restent pas visibles quand le livre est fermé. Les rabats confèrent aux livres reliés en broché une sensation de finition plus exquise. En outre, les rabats d’un livre sont le support idéal pour montrer des informations d’intérêt, comme la biographie de l’auteur ou pour présenter d’autres livres de la même collection. Sur notre boutique en ligne vous pouvez indiquer le nombre et la mesure (largeur) des rabats lors du calcul de votre prix :

parties d'un livre

6. Le Mors

Il s’agit d’un ensemble de deux rainages dans le sens du dos (sur la 1ère. et la 4ème. de couverture), à une distance entre 5 et 7 mm. de la tranche.

Le but du mors est de donner un aspect esthétique au livre et de faciliter l’ouverture des couvertures.

7. La Jaquette

La jaquette est un pièce superposée d’habitude aux couvertures des livres en cartonné (couverture rigide). La fonction de la jaquette est de protéger le livre. La taille (hauteur) de la jaquette est toujours la même que la hauteur du livre. Dans le cas des livres en cartonné dont le carton est rembordé de geltex (imitation toile) ou de guaflex (imitation cuir) (lesquels ne sont pas imprimibles en couleur), la jaquette joue le rôle de contenir l’impression en quadricromie.

8. Le Bandeau

Le bandeau est une pièce imprimée sur papier que l’on met autour du livre afin d’attirer l’attention du potentiel client par le biais de contenus attirants. La taille (hauteur) du bandeau est généralement plus petite par rapport a la hauteur du livre, car le bandeau doit permettre la vision de la couverture. Le bandeau est utilisé surtout dans les livres en broché (couverture molle).

parties d'un livre

9. Les Gardes

Les gardes, mot spécifique de la reliure en cartonné (couverture rigide), sont les feuilles assemblant le bloc des pages intérieures avec les couvertures du livre. Tout livre en cartonné dispose de 2 gardes : garde de devant (ou de 1ère. de couverture) et garde postérieure (ou de 4ème. de couverture). Les gardes sont pliées au milieu (comme s’il s’agissait d’un diptyque). Dans le cas de la garde de devant, le volet à gauche est collé sur le carton de la 1ère. de couverture, tandis que le volet à droite reste libre, comme une feuille de plus. Dans le cas de la garde postérieure, le volet à gauche reste libre et le volet à droite est collé sur le carton de la 4ème. de couverture. Le support le plus habituel des gardes est le papier offset de 140 g., lequel offre une bonne consistance et qualité.

parties d'un livre

10. Les Tranchefiles

Si vous regardez la “ tête ” ou le “ pied ” des livres couverture rigide, peut-être vous aurez remarqué une petite toile en différents couleurs dans certains ouvrages : il s’agit des tranchefiles. Leur fonction est de décorer la tranche du livre et bien que son utilisation est presque exclusive de la reliure artisanale, de nos jours nous trouvons aussi les tranchefiles dans certains livres “ industriels ”.

parties d'un livre

Nous avons fini notre exposition concernant les parties du livre ! Nous espérons que ce post vous sera utile, bien que peut-être on pourrait ajouter d’autres parties et même approfondir sur certaines parties mentionnées.

PLUS: Voici comment on imprime vos livres

Nous voudrions partager avec vous la visite que Televisión Española a effectuée dans nos installations pour voir comment travaille une imprimerie.

Explication des couleurs RVB, CMJN et Pantone

Explication des couleurs RVB, CMJN et Pantone

Nous sommes sûrs que vous avez vu plusieurs fois les dénominations couleurs CMJN, couleurs RVB ou même le Pantone Matching System (PMS), mais savez-vous ce qu’ils signifient ? Alors que tous ces termes étaient le domaine des imprimeurs et des graphistes dans le passé, aujourd’hui, les sites Web et les imprimeries en ligne les rendent accessibles à pratiquement tout le monde.

Que ce soit sur papier ou sur le Web, vous voulez que votre matériel de marketing et votre marque soient beaux. Et comprendre les différentes combinaisons de couleurs vous aidera à tirer profit de la psychologie et de la puissance des couleurs. Choisir les bonnes couleurs vous aidera à transmettre votre message, à accentuer votre projet et à atteindre l’effet désiré sur votre public.

Explication des couleurs RVB, CMJN et Pantone

Le CMJN (en anglais : CMYK), le RVB (en anglais : RGB) et le Pantone sont les standards de l’industrie pour les profils de couleurs. Comment se comparent-ils et quelles sont leurs utilisations ? Découvrez-le maintenant !

Le mode de couleur CMJN

Le mode de couleur CMJN utilise les couleurs cyan, magenta, jaune et noir en différentes proportions pour créer toutes les couleurs de l’image à imprimer. Les nouvelles couleurs sont créées par un processus soustractif dans lequel la lumière est éliminée ou absorbée.

Explication des couleurs RVB, CMJN et Pantone

Avec tant de supports et de technologies différents, obtenir les mêmes couleurs partout peut être un défi. Il y a des situations où elles doivent être converties pour assurer la qualité de l’image, par exemple : CMJN en Pantone ou CMJN en PMS et CMJN en RVB.

Heureusement, dans le monde numérique d’aujourd’hui, cela signifie que vous pouvez utiliser des outils pour faire la conversion plus à l’aise et obtenir les mêmes couleurs pour vos projets sur tous les supports.

Lorsque toutes les couleurs sont mélangées, on obtient un noir intense.

Utilisation du mode CMJN

Le mode CMJN est utilisé pour des matériaux imprimés. Les couleurs CMJN n’apparaissent pas aussi brillantes que les couleurs RVB (elles n’ont pas l’avantage supplémentaire d’un écran éclairé). Des brochures, des cartes de visite, des affiches, etc. peuvent être imprimées sur CMJN.

Explication des couleurs RVB, CMJN et Pantone

Le mode de couleur Pantone (PMS)

En tant que structure standardisée de correspondance des couleurs, le PMS ou Pantone utilise un système de numérotation pour identifier la couleur rapidement et précisément. Les numéros permettent à différents fabricants de faire référence au numéro pour créer une couleur Pantone et faire correspondre les couleurs sans contact direct les unes avec les autres.

Pantone utiliza un sistema de numeración para identificar el color de forma rápida y precisa

Le PMS ou Pantone a été initialement conçu pour l’industrie graphique, mais il est aujourd’hui utilisé en dehors du segment et il est devenu une palette largement utilisée dans de nombreuses industries différentes.

Le système Pantone Matching System (PMS) est utilisé pour faire correspondre correctement les matériaux aux couleurs RVB ou CMJN correspondantes. Ceci garantit qu’une couleur ait le même aspect à chaque fois qu’elle est produite lorsqu’elle est combinée avec un échantillon Pantone.

Dans notre blog en espagnol nous avons un autre article qui explique plus en détail le rôle des Cartes de Couleur Pantone.

Utilisation du PMS

Le Pantone Matching System peut être utilisé pour faire correspondre avec précision les couleurs de tout, des tissus et des peintures aux t-shirts et aux matériaux imprimés.

iRVB combine les couleurs primaires rouge

Le mode de couleur RVB

Le mode de couleur RVB combine les couleurs primaires rouge, vert et bleu en différentes combinaisons pour créer de nombreuses couleurs. Le mode de couleur RVB offre la plus large gamme de couleurs et il est le profil de couleur utilisé par les appareils et les écrans numériques. Les couleurs que vous voyez sur les sites Web, les applications, les vidéos et plus encore sur votre écran sont créées en utilisant le RVB.

Les couleurs RVB utilisent la lumière pour rendre les couleurs vives

Les couleurs RVB utilisent la lumière pour rendre les couleurs vives. Si vous les mélangez tous ensemble, vous obtiendrez un blanc pur.

Utilisation du mode RGB

Le mode RGB est le profil de couleur utilisé pour les écrans et les appareils numériques. Votre écran mélange les lumières rouge, verte et bleue pour produire des couleurs vives. Les sites Web, les applications mobiles, la vidéo, etc. sont en RVB.

Cevagraf W2P: Entra en la nueva era de la impresión

RVB et CMJN, en quoi diffèrent-ils ?

Pourquoi cette question est-elle si importante pour l’imprimeur ?

La réponse est très simple, car un imprimeur ne peut pas traiter des images qui sont dans un autre mode que CMYK.

Par définition CMJN sont les acronymes des quatre encres de base avec lesquelles on construit la couleur en impression offset et numérique : cyan, magenta, jaune et noir (en anglais, la  » K  » de  » CMYK  » vient de  » blacK « ). Par conséquent, pour pouvoir  » séparer  » une image dans les différentes plaques qui seront ensuite mises dans la presse offset (mais aussi pour l’impression numérique, laquelle n’utilise pas des plaques), cette image doit contenir des informations en mode CMJN, car si vous l’avez en RVB, le logiciel de flux de travail du service Pré-presse ne pourra pas la traiter ou bien il va la convertir automatiquement au mode CMJN, mais alors dans ce cas il y aura des changements de couleurs plus ou moins forts.

Lorsqu’un imprimeur reçoit une image en mode couleur autre que CMJN, pour pouvoir l’imprimer, elle doit être convertie à CMJN, c’est incontournable. Cette conversion du mode RVB au mode CMJN produit, comme nous l’avons dit, des changements de couleurs plus ou moins évidents, ce qui peut devenir la source des gênants problèmes pour le client et l’imprimeur, car les couleurs finales dans le produit imprimé pourraient être différents aux attentes du client. Il faut garder à l’esprit ce concept.

De nos jours…

De nos jours, généralement la capture d’images se fait à l’aide d’appareils photo numériques qui appliquent des modes couleurs et des profils en RVB, de sorte qu’il arrive souvent que le concepteur, graphiste ou illustrateur, traite les photos et images dans son travail quotidien, lesquelles doivent ensuite être converties à CMJN. Qu’ils le fassent ou qu’un technicien de pré-presse le fasse (celui qui prépare le travail pour l’imprimeur et fait les plaques), nous devrons toujours faire cette étape de conversion, et la chose la plus correcte, à notre avis, est de le faire dès le début (dans la phase de la conception).

Qu’est-ce qui se passe avec l’impression ?

Connaître les différences entre les profils de couleurs peut vous aider à comprendre comment les différents processus d’impression fonctionnent et comment ces processus affecteront un projet fini.

Ton direct (OFFSET)

L’impression à ton direct s’utilise d’habitude pour des travaux qui ne nécessitent pas d’images en quadrichromie, comme dans le cas des cartes de visite et d’autres articles de papeterie, ou dans la littérature unicolore (ou bicolore, etc.), comme l’impression de journaux en noir et blanc.

L’impression couleur directe décrit le processus dans lequel on fait la création d’une encre spécialisée ou d’une encre spécialement mélangée pour obtenir une correspondance parfaite avec la couleur souhaitée, par exemple un échantillon Pantone.

Si seulement il y a une couleur à imprimer, il n’y aura qu’une plaque et un seul tirage de la presse. S’il y a deux couleurs, il y aura deux plaques et deux tirages, et ainsi de suite. Les couleurs sont imprimées sur le papier une par une.

Imprimir tarjetas de visita

Quatre Couleurs (OFFSET)

L’impression en quadrichromie fait référence au processus d’impression CMJN. Cela signifie que votre travail sera imprimé en utilisant uniquement les couleurs d’encre Cyan, Magenta, Jaune et Noir.

De la même façon que dans l’impression de couleurs directes, chaque couleur est imprimée une par une. La superposition de chaque couleur d’encre génère un produit final avec une gamme complète de couleurs.

L’impression en quadrichromie est la forme d’impression la plus habituelle et convient le mieux aux gros lots, comme les 500 cartes postales. Elle produit des impressions claires et nettes.

Dans certains cas, il est possible de faire une impression en six ou huit couleurs. Ce type de processus est plus coûteux, mais il permet d’obtenir une gamme de couleurs plus large.

más de 30 años de experiencia en la producción de tarjetas postales

Impression numérique

L’impression numérique utilise la technologie toner ou jet d’encre. L’impression numérique peut toujours utiliser CMJN, mais toutes les couleurs sont appliquées en même temps au lieu d’utiliser la méthode du rouleau  » offset « .

Bien qu’elle n’ait pas été considérée dans le passé comme aussi  » nette  » que l’impression offset, les technologies améliorent sans cesse et l’impression numérique peut offrir d’excellents résultats.

L’impression numérique est recommandée pour les petits lots, tels que 20 invitations ou une seule affiche.

Étant donné que l’impression numérique ne nécessite pas la création des plaques d’impression, le temps de réponse est généralement beaucoup plus rapide.

Realizamos la impresión de Invitaciones de boda, comuniones y cualquier evento con la mejor calidad

Comment convertir une photo au mode CMJN en toute sécurité

1 Ouvrir la photo en Photoshop.

2 Tout d’abord, vous devez configurer l’Espace de travail par défaut du logiciel. En Photoshop, dans le menu en haut nous appuyons sur le concept Vue – Paramètres de test – Personnalisé…, et on obtient une fenêtre dans laquelle on doit choisir l’espace de travail Coated FOGRA39 (ISO 12647-2:2004), comme le montre l’image :

 

Comment convertir une photo au mode CMJN en toute sécuri
3 Une fois que nous avons défini l’espace couleur du logiciel en fonction des paramètres de l’image, nous convertons l’image à CMJN comme on fait dans Photoshop, c’est-à-dire, en appuyant sur le menu Image – Mode – Couleur CMJN, dans l’image ci-dessous on peut le voir :

Comment convertir une photo au mode CMJN en toute sécuri
4 Une fois l’image convertie, nous la sauvegardons et ça y est, nous pouvons déjà utiliser cette image pour l’impression offset.

Les modes de couleurs dans la palette de couleurs

 

Comme nous l’avons déjà mentionné, l’impression offset utilise des couleurs en quadrichromie (CMJN ou couleurs de procédé : cyan, magenta, jaune et noir) ainsi que des couleurs de bibliothèque Pantone personnalisées (dans de différentes classes). Les couleurs CMJN sont imprimées à partir de 4 plaques différentes, une pour chaque teinte primaire. Les couleurs Pantone sont imprimées avec une seule plaque pour la teinte choisie.

Lors de la mise en page ou de la conception dans les logiciels PAO, nous devons garder à l’esprit que dans la palette de couleurs, nous ne devons utiliser que des couleurs CMJN ou Pantone, selon le type d’impression finale que nous allons réaliser.

Lorsque nous utilisons des couleurs directes (Pantones), nous tiendrons compte de ce qui suit :

Ne pas utiliser des couleurs RVB, CMJN ou couleurs indexées dans la fonction de tons directs, car pour être imprimées en tant que couleurs directes, celles-ci doivent correspondre avec le système Pantone.

Dans tous les logiciels PAO, la façon de vérifier qu’il n’y a pas de couleurs indues est d’aller dans le menu d’impression et d’appuyer sur le bouton SÉPARATIONS, dans lequel on verra toutes les couleurs utilisées, en vérifiant d’un coup d’œil s’il y a des couleurs non désirées, ou si celles qui sont désirées font défaut. Ce sujet doit être vérifié et corrigé (si c’est le cas) avant de faire parvenir les fichiers à l’imprimerie. Si vous ne pouvez pas le régler, il faut lui en parler à l’imprimeur, parce qu’il peut s’agir d’une erreur apparente (la couleur non désirée peut apparaître dans la liste des couleurs utilisées, mais ne pas être réellement utilisée).

Surveillez les surimpressions des couleurs et prévenez l’imprimeur lorsqu’elles sont utilisées, car elles peuvent parfois cacher des lettres ou des éléments que nous ne voulons pas. Si nous recevons un avertissement, nous pouvons vérifier qu’en effet cela va sortir comme le client l’attend.

En règle générale, nous déconseillons l’utilisation des motifs prédéterminés de certains logiciels, car ils provoquent souvent des erreurs lors du traitement.

Pour en savoir plus sur les modes de couleur : Qualité et couleur des images

Conclusions

Savoir comment fonctionnent les palettes de couleurs est la clé de tout projet de conception graphique. Voici un guide impressionnant pour vous aider à décider quand utiliser RVB, CMJN et PMS (Pantone) au mieux.

Art Final : Comment Préparer les Fichiers d’Impression de Mon Livre ?

Je suis une graphiste et je travaille dans la mise en page du livre que la maison d’édition dans laquelle je travaille va bientôt publier. Lorsqu’il s’agit de préparer les fichiers (l’art final) pour l’impression, je suis confronté à plusieurs questions, car les concepts et les variables impliqués dans la mise en page d’un livre sont divers. Une bonne préparation des fichiers d’ impression de mon livre est essentielle pour éviter des coûts supplémentaires et une gestion superflue (et souvent ennuyeuse).

Questions sur l’art final de mon livre que je pose à mon imprimeur

Concernant le nombre de pages, quelle est la proportion que mon livre doit-il avoir ?

Tout d’abord, il est nécessaire de faire la différence entre les mots « page » et « feuille ». Une feuille est composée de 2 pages, c’est évident, mais il est nécessaire de le garder à l’esprit pour que le nombre de pages d’un livre, catalogue, agenda ou magazine soit pair (jamais impair). Dans le cas d’un livre, le nombre de pages doit toujours être un multiple de 4, en raison des cahiers d’impression. Par exemple, un livre ne devrait pas avoir 150 pages, mais 148 ou 152 pages.
Lors de la mise en page des fichiers d’un livre, le nombre de pages doit être un multiple de 4. Il ne s’agit ici que des pages intérieures, car les couvertures doivent être traitées séparément. Lors du calcul des pages, il est nécessaire de ne pas inclure les couvertures et de les considérer séparément. La terminologie la plus appropriée serait, par exemple : Livre de 152 pages + couvertures.

Comment préparer les fichiers à imprimer des pages intérieures de mon livre ?

Il faut toujours travailler les pages intérieures au format individuel de page, par exemple, si le format fermé du livre est DIN A5, dans le logiciel de mise en page il faut établir le format du document à DIN A5 (plus 3 mm. de bords perdus). Dans le logiciel de mise en page, vous pouvez travailler avec les pages adjacentes, c’est qui est très confortable et pratique quand il s’agit de faire la mise en page. Cependant, lors de la génération du fichier PDF pour l’impression, les pages doivent être individualisées (au format du livre fermé) et inclure des zones de bords perdus et des marques de découpe. Si des pages blanches ont été incluses dans la mise en page, au début ou à la fin du livre, ces pages doivent également être incluses dans le PDF final.

Comment préparer l’art final des couvertures, dois-je les traiter séparément des fichiers des pages intérieures ?

Oui, nous recommandons de travailler les couvertures dans un fichier séparé. Les couvertures ne doivent pas être au format fermé du livre. Par exemple, si le format du livre fermé est DIN A5, les couvertures ne doivent pas être conçues sous la forme de 4 pages DIN A5 (1ère. de couverture, 2ème. de couverture, 3ème. de couverture et 4ème. de couverture). Il est nécessaire de disposer les couvertures déjà assemblées, c’est-à-dire au format ouvert du livre plus le dos.

Prenons un exemple : si le format du livre est 14,8 x 21 cm. fini, la largeur de la tranche est 10 mm. et l’impression des couvertures on fera recto verso (4/4 quadri), alors le fichier des couvertures doit être composé de 2 pages au format 306 x 210 mm. :
– Dans la première page nous allons placer la 4ème. de couverture à gauche, la tranche au milieu (bien entendu) et la 1ère. de couverture à droite.
– Dans la deuxième page nous allons placer la 2ème. de couverture à gauche, la zone intérieure de la tranche au milieu et la 3ème. de couverture à droite.

En ce qui concerne la zone intérieure du dos (où le bloc des pages intérieures sera collé sur les couvertures), il doit être blanc (c’est-à-dire, aucun élément imprimable ne doit être placé, et encore moins aucun fond d’encre), pour faciliter la bonne adhérence de la colle et assurer ainsi une optimale qualité de la reliure.

livre imprime

Si je veux inclure des rabats sur les couvertures de mon livre, comment dois-je envisager la mise en page des couvertures ?

Lors de l’ajout de rabats aux couvertures de livres (il est courant de placer 2 rabats, l’un sur la 1ère. de couverture et l’autre sur la 4ème. de couverture), il est nécessaire d’augmenter de 2 mm. la largeur de la 1ère. de couverture et la largeur de la 4ème. de couverture, par rapport au format des pages intérieures.
Par exemple, si le format du livre est 14,8 x 21 cm. fermé, la tranche mesure 10 mm. et les couvertures portent 2 rabats de 8 cm. chacune d’entre elles (étant l’impression de couvertures recto, 4/0 CMYK), le fichier des couvertures doit être composé d’une seule page au format 470 x 210 mm. Le développement des mesures (la largeur) serait : 80 mm. (rabat 4ème. couverture) + 150 mm. (4ème. couverture) + 10 mm. (tranche) + 150 mm (1ère. couverture) + 80 mm. (rabat 1ère. couverture).

Pourquoi ajouter ces 2 mm. supplémentaires sur les 1ère. et 4ème. de couvertures ? Pour donner plus d’élégance au livre. C’est une question esthétique, mais que l’on ne peut pas dédaigner. Je vous invite à prendre n’importe quel livre avec des rabats que vous ayez à portée de main ; vous pourrez voir que la 1ère et la 4ème de couverture sont plus larges que les pages intérieures… en obtenant un produit très joli et élégant. Si la 1ère et la 4ème de couvertures avaient la même largeur que les pages intérieures, ou même un peu plus courtes, le résultat visuel serait peu attirant…

Une autre considération technique peut être ajoutée en ce qui concerne la plus grande largeur de la 1ère. et de la 4ème. de couverture : Dans les livres sans rabats, le massicot coupe le livre en même temps en haut, en bas et du côté opposé au dos ; et il le fait avec le livre déjà « couvert », de sorte que le bloc intérieur et les couvertures auront toujours la même largeur. Dans les livres avec rabats, le massicot coupe le livre en même temps en haut et en bas, mais non du côté opposé au dos (car les rabats seraient coupés !) Le bloc des pages intérieures a été coupé préalablement du côté opposé au dos. Dans tout processus industriel, il peut y avoir de légères variations dans les mesures, c’est pourquoi il est nécessaire que la 1ère et la 4ème de couvertures soient plus larges que les pages intérieures. Si non, ces légères variations pourraient provoquer que les couvertures restaient bien plus courtes, bien plus longues, de façon aléatoire tout au long du processus de reliure des exemplaires.

Lors de la mise en page, nous recommandons que l’image de la 1ère de couverture « occupe » quelques mm. la zone du rabat, et la même chose avec l’image de la 4ème de couverture par rapport à son rabat. De cette façon, avec le livre fermé dans nos mains, dans ce « rebord » provoqué par la plus grande largeur de 1ère et de 4ème de couverture, nous allons voir la même image que dans la 1ère et la 4ème de couverture. Encore une fois, c’est une question d’esthétique, mais il faut reconnaître que les belles choses attirent notre attention.

Comment calculer la mesure de la tranche de mon livre ?

Nous vous recommandons de toujours consulter l’imprimeur. Chez CEVAGRAF, SCCL nous effectuons le calcul du dos en fonction des types de papier à utiliser (aussi bien pour les couvertures que pour les intérieurs). Une fois le calcul effectué, nous informons nos clients de la taille du dos afin qu’ils puissent ajuster la mise en page des couvertures.

Le graphiste peut faire un calcul préliminaire et approximatif du dos de votre livre, mais toujours sous réserve de confirmation ou de correction par votre imprimeur en ligne de confiance.

Si je veux ajouter un vernis UV sélectif aux couvertures de mon livre, dois-je traiter le fichier du vernis UV séparément de l’art final ?

Oui, nous recommandons de séparer le fichier du vernis UV sélectif du fichier contenant l’art final. Nous déconseillons d’inclure le vernis UV comme une cinquième encre ou couleur dans le fichier d’impression. Dans le fichier UV, les zones dans lesquelles le vernis sera appliqué ne doivent être que du noir à 100 %, on ne doit pas utiliser des trames du noir ou toute autre couleur, qu’il s’agisse de tons directs ou quadrichromie : il faut utiliser uniquement le noir 100%.

Que dois-je faire si je veux appliquer de la dorure à chaud ou de l’argent à chaud sur les couvertures de mon livre ?

Comme dans le cas d’un vernis UV sélectif, le fichier de la dorure ou de l’argent à chaud doit être séparé du fichier d’impression et les zones où on va appliquer cet effet doivent être en noir 100%. Ne pas utiliser des trames de noir ou toute autre couleur.

Quelle est la mesure des bords perdus (ou fonds perdus) que je dois établir dans l’art final de mon livre ?

La mesure des bords perdus dans les fichiers d’impression d’un livre doit être de 3 mm., il s’agit de la mesure habituelle dans la plupart des produits imprimés. Lors de la préparation du PDF pour l’impression, la séparation entre les marques de découpe (« décalage » dans plusieurs logiciels) doit être aussi de 3 mm. Il est important que les éléments arrivant jusqu’aux limites de la page occupent toute la zone des bords perdus ; nous vous prions de ne pas placer des éléments en occupant seulement 1 mm. des bords perdus, par exemple. Lors de l’impression et la reliure des livres les cahiers sont pliés sous la forme de 4, 8, 12 ou 16 pages, par exemple, en fonction de la taille du livre, et les variations minimes inhérentes à tout processus industriel pourraient faire en sorte que les éléments placés juste dans la limite de la page n’atteignent pas le bord de la page et vous voyez une ligne blanche très fine et peu esthétique.

Dans la mise en page de mon livre, puis-je placer des numéros de page ou des titres de section (texte tourné en haut de page) près de la limite de la page ?

Lors de la préparation des fichiers des pages intérieures du livre il faut respecter une marge de sécurité d’environ 5 mm., autour de laquelle il ne faut placer aucun élément utile (textes, logos…) ni tout autre élément ne devant pas arriver à la limite de la page. Par la même explication que dans le paragraphe précédent, de tels éléments (des numéros de page, par exemple) placés à 1 ou 2 mm. de la limite de la page pourraient être coupés lors de la reliure du livre.

livre

Que dois-je garder à l’esprit si je veux relier mon livre avec une couverture rigide ?

En ce qui concerne les pages intérieures, nous pouvons appliquer ce qui précède. Par rapport aux couvertures, nous vous rappelons que votre imprimeur en ligne de confiance calculera la mesure de la tranche et vous enverra le développement des mesures des couvertures. La particularité est que la zone de bords perdus doit être de 20 mm. Le décalage entre les marques de découpe doit également être de 20 mm. La zone de bords perdus doit être plus large que d’habitude, car les couvertures enveloppent le carton autour du dos, sur lequel les gardes seront collées.

Puisqu’il s’agit de reliure à couverture rigide, comment dois-je faire la mise en page des gardes si elles doivent être imprimées recto verso ?

Les gardes doivent être conçues comme s’il s’agissait de « diptyques » ou dépliants 2 volets, en multipliant par 2 la largeur des pages intérieures. Par exemple, si las pages intérieures mesurent 21 x 29,7 cm. et les gardes seront imprimées à 4/4 CMYK (recto verso), nous ferons la mise en page des gardes avec 4 pages au format 42 x 29,7 cm. :
– La page 1 sera la garde de 1ère. de couverture « extérieure », celle que l’on voit dès que l’on ouvre le livre ; on peut placer des éléments à imprimer sur toute sa surface.
– La page 2 sera la garde de 1ère. de couverture « intérieure »: Dans la moitié gauche, nous pouvons placer des éléments à imprimer, tandis que dans la moitié droite, nous ne devons rien placer, car elle sera collée sur le carton des couvertures.
– La page 3 sera la garde de 4ème. de couverture « intérieure »: La moitié gauche est celle qui va être collée sur le carton, tandis que dans la moitié droite on peut placer des éléments à imprimer.
– La page 4 sera la garde de 4ème. de couverture « extérieure », celle que l’on voit juste avant de fermer le livre ; on peut placer des éléments à imprimer sur toute sa surface.
La zone de bords perdus des gardes doit être de 3 mm.

Mon livre sera imprimé en 4/4 CMJN, dans quel mode couleur les images doivent-elles être ?

Les images (photos, logos…) doivent être en CMJN, non en RVB. Lors de la réalisation de la mise en page du livre, il faut ouvrir les images dans Photoshop et vérifier qu’elles soient au mode CMJN et les attribuer le profil de couleur Fogra 39. Les images qui pourraient être dans d’autres modes de couleurs (RVB, LAB…) doivent être passées à CMJN. Une fois toutes les images dans ce mode couleur, placez-les dans le logiciel de mise en page.

Étant donné que nous parlons des couleurs, dans le logiciel de mise en page, les couleurs utilisées doivent également être en quadrichromie, et non en tons directs pantone. Les effets de «  transparence » appliqués doivent également être en quadrichromie.

L’impression du livre on fait en quadrichromie (cyan, magenta, jaune et noir). Le logiciel de workflow du service Pré-presse transforme automatiquement les images RVB et les couleurs pantone en quadrichromie, mais dans ce processus, il peut arriver que l’on produise des modifications dans les nuances de couleurs plus ou moins accentuées. Pour éviter des résultats d’impression inattendus, nous recommandons vivement que les couleurs et les images soient originalement en couleur CMJN.

Et si je vais imprimer les pages intérieures de mon livre à 1/1 noir et blanc ?

Dans ce cas, seule l’encre noire doit être utilisée dans les fichiers d’impression. C’est très évident, mais il faut faire attention au fait que les images doivent être en mode « nuances de gris » et non en RVB ou CMJN. Une image peut paraître en niveaux de gris et pourtant être composée des quatre couleurs quadrichromie. En d’autres termes, à première vue, il peut sembler que l’image est en noir et blanc, avec sa gamme de gris correspondante, mais en réalité elle peut être en quatre couleurs. Nous recommandons vivement que les images et logos soient en mode « nuances de gris » avant de les placer dans le logiciel de mise en page.

De plus, lors de la génération du PDF, il est nécessaire de ne pas inclure la « barre de couleurs », disponible dans les options de génération des PDF. Même si tous les éléments de votre livre sont en noir et blanc, lorsque vous cochez cette option lors de la création du PDF, ces barres de couleurs apparaîtront (en haut de page) et feront ensuite apparaître les couleurs cyan, magenta et jaune dans notre PDF. En général, il suffit de n’inclure que les marques de découpe extérieures, avec la zone de bords perdus correspondante.

Dans le cas de l’impression des pages intérieures à 2/2 (pantone et noir), seules la couleur noire et la couleur pantone choisie (comme ton direct) doivent être utilisées dans le fichier original. Les couleurs quadrichromie ne doivent pas être utilisées, et bien sûr les images (photos et logos) ne doivent pas être en CMJN.

art final

Nous profitons de l’occasion pour faire une petite digression : La couleur noire ne doit pas être confondue avec la couleur « Repérage » disponible dans les logiciels de mise en page et de dessin vectoriel. Tout élément sur lequel la couleur « Repérage » est appliquée sortira en 100% des quatre couleurs quadrichromie (cyan, magenta, jaune et noir). Les éléments à imprimer qui aient la couleur « Repérage » appliquée, seront imprimés dans les 4 couleurs, ce qui peut causer des problèmes de séchage de l’encre (dans le cas de fonds) ou de repérage (dans le cas de textes fins). Dans les fonds en couleur noire, pour obtenir une jolie couleur noire, il suffit d’appliquer 50% Cyan et 100% Noir. Dans les textes en noir, il est nécessaire d’utiliser uniquement la couleur « noir » à 100%.

Conclusion

Un proverbe hindou dit : « Un livre ouvert est un cerveau qui parle ; fermé, un ami qui attend ; oublié, une âme qui pardonne ; détruit, un cœur qui pleure. » Les livres sont des véhicules pour la transmission du savoir, des connaissances… et non seulement cela, mais aussi les sentiments et les expériences des auteurs y sont imprimés. La culture est collectée et diffusée par le biais des livres. Quel que soit le sujet du livre, chez Cevagraf nous avons les ressources techniques et humaines pour faire l’impression et la reliure de votre livre. Visitez notre site web et découvrez comment nous pouvons vous aider !