Les différentes étapes d’une impression professionnelle

Une impression professionnelle est avant tout synonyme de qualité. Cette dernière est en général le résultat de plusieurs étapes réalisées avec soin. Par ailleurs, l’utilisation des matériaux professionnels fait aussi que ce type d’impression permet d’obtenir les meilleurs résultats. Voici les différentes étapes d’une impression indispensable à connaître.

Les préparations indispensables pour réussir l’impression

Avant l’impression, le fichier doit passer par quelques étapes de préparation. Pour ce faire, le fichier doit passer par la phase de réflexion, l’écriture de contenu. De même, il faut aussi rassembler les éléments qui servent d’illustration : photo, dessins,  graphes ou autres. Enfin, la réalisation du rough sur papier ou sur écran afin de voir un aperçu du produit. Après ces étapes, le professionnel de l’impression réalise une maquette en choisissant une ou différentes versions de mises en page, pour pouvoir passer ensuite à l’étape suivante qui est la composition. C’est l’étape où l’on fait la mise en forme du texte en vue de le rendre exploitable pour une impression avec une imprimante laser. Après, on procède à la mise en page qui permet de réunir les différents éléments constitutifs de la page finale : illustration, texte, fond de couleur, image. Elle est réalisée en général avec la PAO. Il faut aussi réaliser la photogravure, qui désigne la numérisation des images ou des autres documents avec un scanner.  Après cette étape, il doit aussi passer par le flashage et l’épreuve.

imprimante-laser-multifonction-2

Les étapes techniques à réaliser pour l’impression

Avant, le professionnel chargé de réaliser l’impression réalise un « bon à graver » qu’il montre à son client, ce qui n’est plus le cas en ce moment. L’imprimeur passe tout de suite donc à la phase de l’imposition dès  qu’il reçoit tous les films ou tous les fichiers numériques. L’imposition consiste donc à disposer chaque page par cahier. La disposition varie selon le système : format, nombre de page, pliage, fonction de presse, façonnage ou autre. Ensuite, il conçoit les plaques d’impression, qui est la forme imprimante d’un travail. On distingue deux manières pour ce faire : de façon traditionnelle, qui est faite avec des films à partir d’un flashage CtF, soit une méthode directe obtenue par le fichier numérique CtP. Après la photogravure ou la PAO, une fois que la page est assemblée entièrement, ils effectuent un contrôle afin de vérifier le travail et demander l’approbation du client. C’est ce dernier qui décide que le fichier peut être imprimé, ou il souhaite réaliser des modifications ou autres. S’il est satisfait du travail, il peut signer et dater l’épreuve, qui devient le BAT ou Bon à tirer. L’impression d’un fichier commence par un calage qui est la mise en place des cylindres de presse, ensuite le conducteur réalise le réglage des encriers. Cette étape consiste à estimer le débit d’encre selon la consommation. Ensuite, ils réalisent le pré-encrage, la vérification de la barre de contrôle, et la signature du bon à rouler. Enfin, l’imprimeur procède au façonnage qui constitue le pliage du cahier, le massicotage (coupage des feuilles à un format choisi), l’assemblage des cahiers, et la reliure.

Livres numériques vs Livres en papier

Je reconnais que je suis une passionnée pour la technologie et j’ai admiré toujours les nouveautés technologiques, mais en ce qui concerne la lecture je ne suis pas très fidèle aux ebooks ou tablettes, c’est vrai. Pendant mes années à l’école secondaire je téléchargeais quelques livres numériques et j’expérimentais en lisant sur la tablette, mais vraiment je ne finissais jamais la lecture des livres numériques parce que mes yeux étaient fatigués au bout d’un moment.

Il faut admettre que grâce à la technologie la façon de lire est devenue plus intuitive et dinamique au moyen d’un appareil électronique, mais les livres imprimés sur papier sont toujours la façon la plus simple de lire. Le souci de penser à charger la batterie de l’ebook, de régler la luminosité de l’écran ou de tourner les pages au moyen de clicks… n’existe pas dans les livres en papier. Par ailleurs, avez-vous besoin de porter vos 87 livres numériques ailleurs ?

Malgré l’impact de la communication numérique dans la lecture, des millions de lecteurs sont toujours fidèles à la lecture sur papier parce que des facteurs tels que le confort et la profondeur de la lecture sont peut-être plus importants que la technologie.

destacada2

Les avantages des livres en papier par rapport aux livres numériques

Ils sont confortables

J’aime lire toujours mes romans préférés sur des livres en papier, car la lecture devient plus amusante et surtout plus naturelle. De plus, puisque je suis sujet à la fatigue visuelle, il est très important pour moi de protéger mes yeux des écrans.

Ils sont pratiques

La plupart des livres que je lis sont des livres de poche, alors je peux les porter ailleurs sans m’inquiéter par le chargeur de la batterie ou la pochette de protection. De plus, quand je vais commencer la lecture il suffit d’ouvrir le livre et commencer à lire. Quand je lis un livre, je lis seulement 1 livre, pas vingt-cinq en même temps.

Ils sont simples

Lorsque je suis en train de lire mon roman préféré je ne dois pas régler la “ luminosité du papier ” ni tourner la page en appuyant sur un bouton. Tout cela est vraiment inutile. L’aspect le plus beau des livres en papier est que vous vous plongez directement dans l’histoire, vous concentrez votre attention seulement dans le texte. Sans distractions.

Avant de choisir un chemin de lecture (livre ou ebook), voici ci-dessous les 3 questions que vous devriez vous poser et que je m’avais posé lorsque les e-books apparurent :

  1. Est-ce que je suis un lecteur très actif ? Lis-je beaucoup ? Il y a des personnes qui préfèrent les ebooks, car ceux-ci leur permettent de télécharger des milliers de livres et de les porter ailleurs. Mais de nos jours beaucoup de personnes préfèrent le support papier. Personnellement, aujourd’hui je ne lis pas beaucoup mais quand j’en lisais, je n’achetais pas 5 livres pour les lire en même temps.
  1. Le coût m’inquiète ? Les livres en papier sont habituellement un peu plus chers par rapport aux ebooks, car il faut compter les coûts d’impression et d’expédition. Les livres numériques, par ailleurs, ont des coûts plus réduits car il s’agit de fichiers numériques (bien qu’il faut acheter l’appareil, ne l’oubliez pas). Ce sujet est peut-être favorable à l’ebook, bien que le prix d’un livre ne m’inquiète pas trop.
  1. Est-ce que je suis à l’aise avec la technologie dans mes moments de repos ? Si vous lisez pour vous détendre et  » déconnecter « , la lecture numérique peut-être n’est pas la meilleure option pour vous.

Ce n’est pas seulement une question de fonctionnalité. À mon avis, un livre imprimé sur papier est toujours la meilleure manière de lire, surtout dans mes moments de détente. Dans ces moments-là je veux seulement me plonger dans la lecture et oublier les soucis de tout appareil électronique.

La TVA dans les Arts Graphiques : Payez un juste prix

Remarques sur la TVA en vigueur dans les Arts Graphiques

La TVA est la Taxe sur la Valeur Ajoutée. Il est juste de penser que si l’on applique la TVA 4% (le type réduit en Espagne), au lieu de la TVA 21% (le type habituel en Espagne), vous allez économiser un 17% dans le montant de votre achat.

Beaucoup de nos clients, notamment les particuliers et les associations, lesquels ne peuvent pas déduire la TVA, nous demandent si leur produit peut bénéficier de la TVA 4%, surtout quand il s’agit d’un livre ou d’un magazine.
tva

Tout d’abord, il faut souligner que si vous avez le n.º TVA intracommunautaire, alors vous ne devez pas payer la TVA des commandes imprimées chez Cevagraf. En revanche, si vous n’avez pas le n.º TVA intracommunautaire nous vous conseillons de lire la suite. Conformément à la Loi espagnole sur la TVA, en vigueur depuis le 1r. septembre 2012, les livres, les journaux et les magazines de publication régulière sont soumis à la TVA 4%. Le concept de livre, de magazine et de journal du ministère de  » Hacienda  » espagnol est précisé sur le site web de l’Agencia Tributaria espagnole, consultation contraignante V0274-05, où l’on considère livre à tout ouvrage littéraire ou scientifique d’extension suffisante pour constituer un volume (sans s’y limiter à avoir plus de 49 pages).

Pour que les magazines puissent bénéficier de la TVA 4% ceux-ci doivent se publier régulièrement et ils ne doivent pas contenir beaucoup de publicité, de la même façon que les livres et les journaux (les recettes de publicité doivent être toujours inférieures au 75% de leurs revenus).

Il faut prendre en compte également le genre de la publication. Si celle-ci est d’utilisation interne, comme un Rapport annuel, alors elle est soumise à la TVA normale (21%), mais s’il s’agit d’un Catalogue commémoratif (par exemple, le 25 anniversaire d’une association), et celui-là est distribué au public en général, alors on peut appliquer la TVA 4%. Parfois il s’agit d’une question de nuances.

N’hésitez pas à nous contacter pour tout doute ou commentaire au sujet de la TVA dans les Arts Graphiques. Nous vous répondrons dans la mesure du possible.

Livres pour les enfants : promouvoir l’amour pour la lecture

 Livres pour les enfants : un secteur éditorial à la hausse

De nos jours le secteur éditorial vit une époque très florissante. Les maisons d’édition font un effort remarquable afin d’augmenter la qualité de leurs ouvrages (concernant les contenus mais aussi les finitions des livres). Par ailleurs, le toucher des livres imprimés sur papier offre un plus de distinction aux amoureux de la lecture, lesquels savent apprécier le travail sérieux et rigoureux des maisons d’édition et des imprimeries.

Le secteur des Livres pour les enfants contribue de manière puissante à l’essor du monde de l’édition en général. Il s’agit d’un secteur éditorial à la hausse. De nos jours il y a beaucoup de titres consacrés aux enfants, même il y a beaucoup de maisons d’édition qui sont spécialisées dans la publication de livres et de contes pour les enfants. Ce n’est pas une affirmation gratuite ! Les chiffres de ventes des livres  pour les enfants augmentent jour après jour.

Nous allons étudier les raisons de la réussite des livres et des contes pour les enfants.

livres-enfants-dest-email

Les livres pour les enfants, des outils pédagogiques très efficaces

En effet, le monde de la pédagogie bénéficie des livres en tant qu’outils très efficaces pour l’éducation des enfants. Ceux-ci doivent apprendre à lire et à écrire et les enseignants connaissent bien l’efficacité des contes et des livres pour les enfants. Nous souhaitons remarquer l’importance d’apprendre à lire et à écrire : ce n’est pas seulement une question d’apprentissage formel. Il s’agit surtout de promouvoir des valeurs tellement importantes dans l’éducation des enfants :

  • L’amour pour la lecture. Les enfants développent l’amour pour la lecture à l’aide des livres et des contes consacrés particulièrement à eux. Seulement on peut bien faire une chose, quelle que soit, si l’on aime cette chose, si l’on met l’âme dans tout ce qu’on fait. Alors, y a-t-il dans la vie une activité pour l’esprit plus importante –et utile- que la lecture ? Si l’on aime la lecture, on sait bien lire.
  • Le goût pour les livres. Les livres pour les enfants contribuent à leur éducation, bien entendu, mais ils contribuent aussi à développer le goût pour les livres. Depuis des centaines d’années, les ouvrages imprimés sur papier sont les moyens les plus efficaces de transmission de la culture, dans toutes les étapes de la croissance de la personne. Il est important que les enfants grandissent entourés de livres et même qu’à la maison les parents encouragent (chez les enfants mais aussi chez eux) le plaisir pour la lecture.
  • L’imagination libre. Au moyen de la lecture les enfants développent leur imagination. Les écrivains savent bien tisser, au moyen des mots, des mondes et des ambiances dans les livres pour les enfants. Alors ceux-ci imaginent les situations, les dialogues… c’est-à-dire, les enfants vivent tout ce qu’ils lisent.

llibre-granotes

Le besoin de la perception tactile

Nous sommes des êtres humains intégraux et par conséquent l’apprentissage on fait également de façon intégrale. Il ne suffit pas de mémoriser, de lire ou d’écrire en utilisant seulement l’esprit. La perception tactile –autrement dit le toucher– joue un rôle fondamental dans l’apprentissage. Nous pouvons affirmer que nous apprenons par tous les pores de la peau.

Il est important pour les enfants de toucher le papier, de tourner les pages, même de sentir le papier imprimé. Il est important pour eux de percevoir les couleurs et les textes imprimés. Dans les bouts des doigts il y a un sens très important pour nous tous. Les enfants ont de la curiosité envers le support de la lecture : les livres. Ils développent le goût pour la lecture en même temps qu’ils touchent et manipulent le papier.

Les livres pour les enfants préfèrent le papier

Ce n’est pas une expression toute faite. De nos jours il y a beaucoup de livres au format numérique. Nous pouvons lire des livres et des manuels dans les appareils électroniques. Mais les contes pour les enfants restent toujours fidèles au papier.

Bien qu’il y ait aussi des contes pour les enfants au format numérique, les contes imprimés sur papier ne sont pas remplacés par leurs frères numériques. Nous pouvons affirmer que les livres et contes pour les enfants sous la forme de livre physique sont le produit star dans le monde de la pédagogie. Les enseignants les utilisent souvent comme support à leurs tâches professionnelles.

Des finitions très attirantes pour les livres pour les enfants

Sur notre boutique en ligne il y a beaucoup de finitions disponibles pour les contes et livres pour les enfants. La reliure on peut faire au moyen de points métal (agrafes), dos carré collé PUR ou cousu (en broché) et couverture rigide (cartonnage). Tout dépend du nombre de pages du livre (pour peu de pages il est préférable d’utiliser les agrafes, tandis que pour beaucoup de pages il est conseillable de relier en broché ou en cartonné). Si l’on veut conférer au livre de plus qualité, résistance et durabilité, nous conseillons de faire la reliure au moyen de la couverture rigide.

Mais en tout cas nous vous offrons la possibilité de pelliculer les couvertures (afin de protéger l’impression) et même d’appliquer le vernis UV sélectif afin de conférer aux contes d’un plus d’exclusivité.

Voilà le marque-page !

Il ne faut pas oublier le marque-page. Il s’agit d’un complément idéal pour les contes et livres pour les enfants. Le marque-page sert à indiquer la page dans laquelle nous devons continuer la lecture… mais vous pouvez approfondir dans ce précieux complément du livre dans notre post : Le Marque-page : le complément nécessaire d’un bon livre.

Options pour la reliure de Livres

Contrairement à ce que quelques-uns affirment pendant les dernières années, les livres en papier sont de nos jours la forme principale de consommation de livres. Les appareils numériques ne vont pas remplacer le papier, mais ils vont le compléter pour certaines utilisations. En outre, dans notre pays nous voyons récemment que le nombre de maisons d’édition indépendantes augmente sans cesse.

Si vous êtes un auteur ou éditeur indépendant, vous aurez envisagé le type de reliure que vous souhaitez pour le livre que vous allez publier. Il y a plusieurs options disponibles, alors nous croyons que c’est une bonne idée de vous détailler les avantages et les inconvénients des types de reliure qu’à notre avis vont fournir de la qualité suffisante à votre livre : la reliure en Broché PUR, la reliure en Broché (cahiers cousus) et la reliure Cartonnée (couverture rigide).

Reliure en Broché (dos carré collé)

encuadernacion-fresada

La reliure dos carré collé est caractérisée par le fait que pendant le processus de la reliure le dos (ou la tranche) du livre est  » gratté  » en produisant des petites fentes dans le papier, afin que la colle puisse bien pénétrer et par conséquent le bloc des intérieurs reste bien solide.

lomo-fresado

Dos fendu, avant de coller les couvertures.

La reliure en Broché PUR est une variante dans laquelle on utilise de la colle PUR, laquelle est beaucoup plus résistante que la colle EVA conventionnelle.

Le coût est inférieur par rapport à la reliure couverture rigide ou en Broché (cahiers cousus), et si l’on utilise de la colle PUR on obtient une résistance et durabilité semblables à celles de la reliure en Broché (cahiers cousus). La protection du bloc des intérieurs est inférieur à celle d’un livre relié en cartonnée (couverture rigide). Le délai de production est pareil à celui de la reliure en Broché (cahiers cousus), mais inférieur à celui de la couverture rigide.

Dans ce post nous vous offrons plus de détails sur la reliure en Broché PUR.

Reliure en Broché (dos carré collé cousu)

Les cahiers composant le bloc des intérieurs du livre sont assemblés corrélativement et puis sont cousus ensemble. Cette opération de couture au moyen du fil confère au livre une grande résistance et durabilité. Après la couture des cahiers intérieurs, les couvertures sont collées au bloc des intérieurs.

encuadernacion-cosida-rustica

Dans ce cas le coût est légèrement supérieur par rapport à la reliure PUR, bien qu’il est inférieur à la reliure en cartonnée. En revanche, la résistance et la durabilité sont supérieurs à celles de la reliure PUR. Le délai de production est pareil à celui de la reliure PUR, mais inférieur à celui de la couverture rigide.

Reliure Cartonnée (couverture rigide)

encuadernacion-tapa-dura

La reliure cartonnée (couverture rigide) offre une qualité supérieure et en même temps confère à l’ouvrage une allure de prestige, bien que le coût est un peu plus haut. Les couvertures sont composées des éléments suivants :

– Carton rigide : Il est l’âme des couvertures et son épaisseur est de 2 ou 2,5 mm.

– Papier de couvertures : Il est collé sur la face extérieur du carton. Il est impératif de pelliculer le papier de couvertures afin de protéger l’impression pendant le processus de la reliure.

– Gardes : Elles sont vraiment un dépliant 2 volets (diptyque), lequel est collé sur l’un des volets sur la face intérieur du carton. Il y a toujours deux gardes : la garde de première de couverture et la garde de quatrième de couverture. La garde de 1ère. de couverture unit le carton avec la première page du bloc des intérieurs ; la garde de 4ème. de couverture unit le carton avec la dernière page du bloc des intérieurs. Nous pouvons le voir dans le schéma ci-dessous :

guardas-fr

Le coût est supérieur à celui de la reliure en Broché (que ce soit PUR ou cahiers cousus), mais la qualité résultante est excellente ainsi que la résistance et durabilité de l’ouvrage. Le délai de production est aussi légèrement supérieur par rapport a la reliure en Broché, car il faut ajouter plus de processus de finition des couvertures. Mais sur notre boutique en ligne vous pouvez vérifier que les délais de production sont encore très intéressants.

Sur le lien suivant vous pouvez voir comme c’est facile d’obtenir les prix d’impression de livres sur notre web-to-print.

Papier Offset ou papier Couché ?

Lorsqu’il s’agit de choisir le meilleur papier pour un catalogue imprimé sur papier, il y a beaucoup de doutes qui peuvent nous assaillir : les possibilités que les fournisseurs de papier nous offrent sont tellement grandes, que celles-là peuvent nous déconcerter. Mais quel que soit le choix final, la première question devrait être toujours :

Offset ou couché ?

Pourquoi ? Parce que le choix de l’une ou de l’autre option va conditionner beaucoup d’autres décisions.

Papier couché vs papier offset

La différence entre tous les deux types de papier réside dans le processus de fabrication. En général le processus de fabrication suit les mêmes étapes dans tous les deux cas… mais avec une différence : le papier couché passe par une série de processus supplémentaires, l’application d’une couche de stuc et le calandrage, lesquels confèrent au papier couché des caractéristiques physiques très différentes à celles du papier offset.

Il y a deux catégories principales dans les papiers couchés : les papiers couchés brillants et les papiers couchés mats (ou demi-mats).

Alors… quel est le meilleur papier ?

Bon, ni meilleur ni pire… tout depend de ce que vous voulez obtenir.

Les papiers couchés permettent de reproduire les couleurs des images d’une façon plus brillante et intense, c’est pour cette raison que les papiers couchés sont le choix de la plupart des entreprises, lesquelles veulent mettre en surbrillance les images de leurs produits. Les couleurs sur les papiers offset (ou non-couchés) restent toujours plus ternes.

comparacion-offset-estucado

Les couleurs restent toujours plus brillantes et belles sur les papiers couchés que sur les papiers offset

Les papiers offset (non-couchés) n’ont pas une couche de stuc agissant comme une barrière, alors les encres ne restent pas sur la surface du papier mais elles sont absorbées par les fibres du papier. Le stuc, en revanche, fait que les encres restent sur la surface et par conséquent les couleurs restent plus attirantes et intenses.

catalogo-papel-estucado

Pour mettre en surbrillance les images, utilisez le papier couché

Le papier offset est poreux et il n’a pas le toucher doux du papier couché, mais en revanche il transmet une sensation plus “ organique ”, évoquant l’aspect et le toucher du bois. C’est pour cette raison que le papier offset est souvent utilisé dans l’impression de catalogues dans le secteur de l’alimentation bio, par exemple (en plus, dans ce cas on utilise souvent le papier recyclé).

Par ailleurs, si vous voulez obtenir une bonne lisibilité des textes, vous devriez choisir un papier offset ou un papier couché demi-mat, car le papier couché brillant peut générer des gênants reflets qui rendent difficile la lecture.

texto-con-brillos

La lecture des textes sur le papier couché peut être gênante ou difficile à cause des reflets produits par la couche de stuc

L’un des avantages des papiers couchés à l’égard des papiers offset est que leur surface n’a pas de rugosités, alors on peut appliquer des vernis et des pelliculages afin de protéger l’impression et/ou d’obtenir certains effets. Dans le cas des papiers offset, l’application du vernis n’offre aucun avantage supplémentaire (car le vernis, étant une encre transparente, est absorbé par le papier) et l’application des pelliculages (notamment sur les couvertures) peut produire des  » bulles  » sur la surface à cause de la rugosité du papier. Dans ce cas nous vous conseillons vivement de consulter l’imprimeur.

Une dernière recommandation : si la conception graphique de votre catalogue inclut des grands fonds de couleur, il est préférable de l’imprimer sur un papier couché (brillant ou demi-mat) et en plus d’appliquer le vernis afin de protéger l’impression. Vous allez empêcher ainsi les désagréables effets de  » taches  » ou de  » saleté  » pendant les processus postérieurs à l’impression (pliage, reliure, etc.)

Chez Cevagraf vous pouvez imprimer des catalogues sur les papiers les plus courants. Nous espérons que ces recommandations vont vous servir lors de votre choix du papier.

 

10 étapes vers le succès de votre produit graphique

Nous avons rassemblé dans cet article 10 points essentiels, à notre avis, pour obtenir le succès de vos projets graphiques dans leur phase de production :

produit graphique succes
Cherchez le meilleur imprimeur pour chaque dossier.

Tous les imprimeurs ont leur spécialité, il est donc important d’avoir une bonne connaissance des possibilités offertes par chacun d’eux. Cette connaissance vous permettra le choix du fournisseur le plus adéquat, en tirant le meilleur parti de votre temps… mais aussi du temps de l’imprimeur.

Impliquez-vous dans le processus.

La réalisation d’un produit graphique est un processus complexe, il ne s’agit pas d’appuyer sur le bouton et faire les copies… il y a une série d’étapes à suivre, des contraintes techniques à respecter et des limites à considérer. L’imprimeur est l’expert, bien entendu, mais sans votre collaboration le processus ne peut pas aboutir avec succès. Le travail “ coude à coude ” entre le client et l’imprimeur est la base de tout projet graphique.

Mettez en valeur plus d’aspects à part le prix. Le prix n’est pas tout.

Oui, vous le savez, ce qui est bon marché… souvent est cher ! Méfiez-vous des imprimeries “ casse les prix ”, vous le regretterez tôt ou tard. Évaluez vos différentes options en cherchant toujours le rapport qualité-prix optimal. Considérez plusieurs facteurs avant de faire votre choix, tels que :

– Années d’expérience dans le secteur.

– Références que vous pouvez obtenir de votre réseau de contacts professionnels.

– Engagement envers la qualité, démontrable avec des travaux précédents.

– Engagement envers le développement durable et les bonnes pratiques environnementales.

– Possibilité de rendre visite au fournisseur dans ses installations.

Chez Cevagraf nous sommes engagés envers la qualité maximale, à des prix concurrentiels.

Indiquez avec précision les spécifications du travail.

L’ambiguïté dans les spécifications est généralement l’origine principale des malentendus avec les imprimeries. Avant d’obtenir le prix du produit à imprimer, assurez-vous de connaître toutes les spécifications techniques, c’est-à-dire :

producto gráfico especificaciones

Type de produit : Qu’est-ce que vous voulez imprimer ? Un flyer, un dépliant, un magazine ?

Quantité : Nombre d’exemplaires que vous voulez imprimer.

Format : Les mesures ou la taille. On doit indiquer toujours LARGEUR x HAUTEUR, et dans le cas des produits à livrer pliés ou fermés, il faut distinguer entre le format OUVERT et le format FERMÉ.

Papier : Le TYPE de papier (les plus habituels sont : offset / couché brillant / couché mat / couché demi-mat), et le GRAMMAGE (grammes/mètre carré). 

Encres : Le travail on va imprimer à l’encre Noire ou en Couleur ? On va utiliser des tons directs ? On va imprimer du vernis ?

Finitions : Y a-t-il des processus postérieurs à l’impression ? (pelliculage, gaufrage, stamping [dorures], pliages…).

Reliure : Dans le cas des magazines, livres et agendas, il faudra savoir avec précision le type de reliure que vous souhaitez.

Les actuels développements en ligne ont permis de réduire de façon considérable le temps nécessaire pour obtenir le prix d’un produit graphique, en réduisant l’ambiguïté dans la communication et en gagnant ainsi du temps pour toutes les parties.

Mais il ne suffit pas avec tout ce que nous venons de dire ; souvent on commet l’erreur de se concentrer seulement sur le produit, mais ce que le client demande dans la relation avec l’imprimeur, c’est un service. La conséquence de ceci est que souvent on oublie des détails importants, en particulier ceux liés aux différents points de livraison, quantité à livrer à chaque point et le coût des livraisons. Ces détails provoquent des hâtes et des dérangements pour le client et pour l’imprimeur, mais cela on peut éviter avec un peu de prévoyance. Le fait de commander les travaux en ligne nous permet aussi d’améliorer à ce sujet, car ces données sont demandées normalement pendant le processus d’achat.

Assurez-vous que les spécifications soient définitives.

Avant de calculer votre prix en ligne ou de demander un devis, assurez-vous que les spécifications soient définitives. Changer 3 ou 4 fois les spécifications initiales, souvent multiplie aussi le temps consacré à la gestion du projet. Si vous êtes graphiste, éduquez vos clients si possible afin qu’ils respectent votre temps.

Travaillez avec la planification et les délais.

Situation typique : Le graphiste présente le projet au client. Le client ne répond pas de façon immédiate. Le temps passe. Soudain, on produit un appel et le projet “ garé ” pendant plusieurs mois “ réveille ” et le client veut le travail urgent. Maintenant, tout est précipité et il y a peu de temps pour faire les dernières modifications dans la conception et pour produire le travail.

Dans ces cas “ limite ” il est préférable de demander le délai de production et livraison à l’imprimerie, parce que les hypothèses que vous faites, parfois sur la base de vos expériences passées, peuvent être erronées. Le temps nécessaire pour faire la production dépend de la quantité de processus du travail, de l’occupation des machines de l’imprimerie, de la disponibilité des matériaux… Si toutes les acteurs sont conscients du temps nécessaire pour la production et la livraison du travail, on va éviter des surprises de dernière minute. Dans tous les cas, comme dans la gestion de tout projet, nous recommandons vivement de travailler en disposant du temps, vous ne savez jamais ce qui peut arriver dans la vie…

Adaptez-vous aux limites de l’industrie.

Les processus industriels ont leurs limites ; on ne peut pas obtenir tout ce qu’on demande (au moins à un coût raisonnable). Souvent les imprimeurs nous trouvons avec des spécifications techniques très créatives mais peu réalistes ; voici quelques exemples :

– Papiers très spéciaux qui offrent ce “ toucher ” souhaité par le graphiste, mais… tellement spéciaux qu’ils multiplient par quatre le prix d’un papier standard.

– Excès de finitions spéciales, lesquelles peuvent être remplacées par des options plus simples et toujours efficaces.

– Formats inhabituels, lesquels augmentent inutilement le prix du produit.

– Dans la conception graphique, l’application d’effets spectaculaires sur l’écran, mais pas reproductibles (ou pas de la même façon) sur le papier. (À ce sujet, les larges possibilités des logiciels de mise en page actuels font souvent plus de mal que de bien). Cet aspect est lié avec le point suivant.

Chez Cevagraf nous recommandons vivement de travailler avec des papiers et des formats standards, afin de favoriser l’économie et la fonctionnalité.

Préparez soigneusement les originaux pour l’imprimerie.

Il s’agit d’un point clé. Il est toujours préférable de consacrer un temps supplémentaire à préparer les fichiers que vous allez remettre, qu’avoir à résoudre les problèmes quand nous sommes à cinq jours de la date de clôture de la livraison de ce livre ou magazine. Des images à basse résolution ; l’absence des bords perdus ; des profils pour l’outil de découpe qui sont mal signalés dans les fichiers… tout cela provoque des retards et des hâtes de dernière minute.

Chez Cevagraf nous faisons un effort continuel pour transmettre la bonne façon de préparer les originaux :

Consacrez le temps nécessaire pour la vérification des BÀT.

Vous avez envoyé les fichiers à l’imprimerie ; alors, pourquoi recevoir ce courriel qui vous demande une “ approbation ” ?

En accédant dans le flux de travail du service Pré-presse, le contenu des fichiers peut subir des modifications, par l’utilisation de polices non fiables, ou peut-être peut arriver que dans un travail délicat, l’effet qui était si spectaculaire sur l’écran, ne s’exprime pas sur le papier de la même façon. De telles circonstances sont décelées au moment de la vérification du BÀT, que ce soit au format électronique ou sur papier.

Cevagraf dispose du portail Insite Prepress pour faciliter le processus de vérification du BÀT. Vouz pouvez voir ci-dessous une vidéo d’introduction à Insite :

Si vous le souhaitez, vous pouvez agrandir vos informations au moyen de cette série d’articles sur Insite.

Une autre situation habituelle est celle dans laquelle l’imprimeur demande au client son assistance au calage, concernant surtout les travaux délicats. Croyez-nous, ce n’est pas une perte de temps ; si l’imprimeur vous le propose est parce que c’est vraiment conseillé.

Et finalement, mais aussi très important :

Évitez si possible les changements de dernière minute dans les commandes.

Les changements de dernière minute, c’est-à-dire, lorsque la commande est dans le Service de Production, peuvent entraîner des surcoûts :

– Les changements dans les contenus lorsque les plaques d’impression sont déjà flashées, cela entraîne la répétition des plaques.

– Les changements concernant le type de papier lorsqu’on a acheté le papier, cela entraîne la répétition de l’achat… et en outre il faut étudier la meilleure façon pour réutiliser le papier initial.

– Les changements concernant les points de livraison : ce n’est pas la même chose de livrer sur 1 point que sur cinq ; ce n’est pas la même chose de livrer à 10 km. des ateliers qu’à 1.000 Km.

Comme nous l’avons dit ci-dessus, une bonne planification est la clé pour empêcher des surprises indésirables.

Et nous sommes arrivés à la fin de notre liste ! Qu’en pensez-vous ? Souhaitez-vous ajouter des autres points ?

La Reliure Dos Carré Collé PUR

La reliure dos carré collé PUR

Aujourd’hui nous allons parler d’un type de reliure qui a été popularisée dans ces dernières années à cause des avantages qu’elle offre : la reliure connue comme dos carré collé PUR. Nous nous référons à  l’utilisation de la colle formulée à partir d’un polymère d’uréthane (PolyUréthane Réactif) pour relier des livres.La reliure dos carré collé PUR

Traditionnellement les imprimeries ont offert deux types de reliure : la reliure dos carré collé et la reliure dos carré collé cousu. La reliure dos carré collé, plus économique, a l’inconvénient que les feuilles peuvent se détacher si l’on ouvre le livre trop ou si l’on en fait un usage très intensif. La reliure dos carré collé cousu est plus résistante, mais elle présente aussi des inconvénients, comme par exemple le fait d’être un peu plus chère.  Par ailleurs,  le processus de production devient plus long, car on doit réaliser la couture des feuilles de l’intérieur.

Avantages

La reliure PUR réunit les avantages des deux types, et d’autres encore :

1 Le coût est inférieur à celui de la reliure dos carré collé cousu.

2 La force et la flexibilité de la colle PUR permettent d’ouvrir totalement les livres sans que les feuilles de l’intérieur se décollent, au contraire de la reliure dos carré collé.

La reliure dos carré collé PUR

3 On a besoin de moins jours de production que pour les livres cousus.

4 Elle est plus écologique, car la quantité de colle nécessaire pour relier un livre en PUR est inférieure à celle nécessaire pour d’autres types de reliure (environ un tiers). L’avantage principal est l’obtention d’un meilleur façonnage, car on ne peut pas percevoir à l’oeil nu des excès de colle.

Quand doit-on l’utiliser ?

Nous recommandons la reliure PUR pour des catalogues de produit et publicitaires, ainsi que pour les publications régulières (magazines avec dos carré collé), et en général pour tous les livres s’ils vont être utilisés d’une façon assez intensive. Également, dans le cas des livres  » d’édition  » (romans, essais, etc.) reliés normalement avec dos carré collé cousu, la reliure PUR se présente comme une alternative intéressante dans le cas des petits tirages, lesquels jusqu’à récemment étaient souvent réalisés avec dos carré collé.

Comment la reconnaître ?

La reliure dos carré collé PUR

Pour savoir si un livre a été relié au moyen de la colle PUR :

1 Observez la tranche du livre : si l’on peut voir les différents cahiers composant le livre, il s’agit de dos carré collé cousu. Si en revanche on ne les voit pas, peut-être dos carré collé ou dos carré collé PUR. Dans ce dernier cas :

2 Prenez le livre avec les deux mains et appuyez comme si vous vouliez le casser par la moitié. Si le dos a une tendance à courber facilement, probablement il s’agit d’une reliure dos carré collé. Si, au contraire, le dos reste rigide, alors sans doute il s’agit d’une reliure avec de la colle PUR.

Voici une vidéo où vous verrez en fonctionnement une machine à relier en PUR automatisée de dernière génération :

 

Pour obtenir votre prix pour l’impression de livres, veuillez cliquer sur ce lien

Photographie et Vidéo BQ470 gentillesse d’OPQ Systems

 

David Carnero
CEVAGRAF, S.C.C.L.

Cevagraf : Imprimerie en Ligne en Évolution Continuelle

Notre Web-to-print est né il y a quelques années avec la simplicité et la facilité d’utilisation comme les caractéristiques les plus remarquables. Nous avons développé une boutique en ligne pratique et facile à utiliser. Cependant, dans notre philosophie d’amélioration continuelle, nous nous proposons une série de nouveaux buts :

Rendre le site web plus attirant visuellement : L’attrait visuel est un aspect très important dans un site web, et encore plus s’il s’agit d’une boutique en ligne. Lorsque nous devons faire des achats ou des transactions en ligne, nous apprécions positivement que la conception du site soit agréable, que celle-ci nous invite à surfer sur le site web pendant plus de temps.

Mettre en valeur une série de produits : Nous sommes spécialistes dans certains produits sur papier qui peuvent donner un élan à la promotion de n’importe quelle société, à des coûts réduits. Nous voulons souligner justement ces produits.

Transmettre que nous sommes une imprimerie en ligne et que nous sommes en même temps les propriétaires des moyens de production, nous sommes une société coopérative (Scop)… en plus, derrière il y a des personnes en constituant une équipe engagée envers la qualité et le service au client.

Alors nous nous sommes mis au travail et nous vous présentons maintenant la nouvelle conception de notre site web, dans laquelle vous pourrez voir…

1. Nouvelles icônes de produit

Sur l’accueil, les sections de catégorie et les de produit incluent des nouvelles icônes plus jolies et attirantes :

Auparavant :

imprimerie-auparavant

Maintenant :

imprimerie-maintenant

2. Produits remarquables

Présentation plus visuelle de certains produits sur l’accueil.

produits-remarquables
3. Images de nos installations

Nous aimons rappeler que nous sommes des producteurs : une industrie des arts graphiques solide et en expansion constante…

 

installations

 

4. Accès direct à nos experts

L’efficacité des nouvelles technologies, jumelée avec la disponibilité d’une équipe engagée envers son entreprise et son travail. Ceci est ce que nous vous offrons.

experts

Nous vous invitons à visiter notre boutique en ligne renouvelée. Essayez vous-mêmes la qualité de notre service…

 

Restez attentif/ive… nous sommes en train de préparer des nouvelles fonctionnalités qui vont vous surprendre…

Comment Créer des Campagnes Réussies de Publipostage

publipostage

 

Nous continuons avec la série d’articles consacrés à expliquer les avantages de l’envoi postal comme un outil de marketing direct. Si vous voulez voir le post précédent cliquez ici.

La base de données est essentielle dans toute campagne de publipostage

Tous les experts indiquent que l’aspect qui contribue le plus à la réussite d’une campagne de publipostage est la qualité de la base de données. Plus d’information (bien organisée) nous aurons concernant notre public objectif, plus de possibilités nous aurons pour la segmenter selon les critères spécifiques à chaque campagne. Comment peuvent les entreprises obtenir des bonnes bases de données ?

  • À partir des relations commerciales quotidiennes, en indiquant correctemenet sur le CRM toutes les interactions significatives avec le client ou le prospect.
  • En réalisant enquêtes de satisfaction après la vente du produit ou de la réalisation du service.
  • En réalisant des recherches de marketing afin de connaître les préférences des utilisateurs.
  • Selon les données obtenues des followers de l’entreprise sur les réseaux sociaux.

Une fois que nous avons une base de données segmentée, l’étape suivante consiste à fixer les objectifs de la campagne et à partir de ceux-ci filtrer les données selon les critères établis. Plus nous affinons la cible, nous obtiendrons un retour plus élévé.

Optimiser les éléments du publipostage

 L’Enveloppe : C’est évidemment la première chose qu’on perçoit et en tant qu’un élément du publipostage l’enveloppe joue son rôle de contenir le reste d’éléments, mais en plus l’enveloppe doit être un élément clé pour attirer l’attention du destinataire : il est important que dans la conception graphique de l’enveloppe on utilise des textes ou des éléments graphiques capables d’éveiller l’intèrêt du destinataire. Idéalement la conception graphique doit être discrète mais intrigrante en même temps, c’està-dire, que le destinataire puisse percevoir qu’il ne s’agit pas d’une lettre “ normale ”.

 La Lettre : C’est sans doute l’élément le plus important : dans la lettre nous devons éveiller l’intèrêt pour le produit, service ou proposition ; il ne s’agit pas de faire une liste des caractéristiques techniques ou le détail de notre offre, mais de toucher émotionnellement le lecteur : éveiller son intérêt en soulignant les avantages que notre proposition peut lui offrir. Il est important de souligner ces avantages dans les premières lignes du message et de les réproduire à nouveau comme un résumé à la fin du message.

Le langage utilisé doit être convaincant, avec des phrases courtes, l’expression écrite simple mais directe et très important, le texte doit inclure un appel à l’action clair et concis : nous devons exprimer très clairement ce que nous espérons que le destinataire fasse tout de suite : remplir et envoyer un coupon-réponse, visiter certains sites web, faire un appel téléphonique, etc.

Concernant la conception graphique, il est important que celle-ci contribue à mettre l’accent sur le sentiment d’être une lettre personnelle, et pour ce faire l’impression des données variables peut être très utile : vous pouvez vous adresser au destinataire par son nom, inclure des images variables ou mettre en valeur certaines parties du texte en fonction des caractéristiques du destinataire, etc. L’utilisation de l’impression des données variables est une technique qui va nous aider à améliorer le nombre de réponses à notre publipostage. Sur notre boutique en ligne vous pouvez obtenir très aisément le coût des lettres de votre campagne en utilisant les données variables (nous les considérons comme  » dépliant 3 volets « , car nous incluons le coût du pliage).

 La Brochure ou le Catalogue : La fonction du catalogue est de renforcer les contenus de la lettre mais d’un point de vue plus objectif, c’est-à-dire, il s’agit d’exposer les caractéristiques objectives du produit ou service plus en détail. Dans la brochure le lecteur, dont l’attention lui a été éveillée par la lettre, confirme que l’offre présentée est appropriée pour lui. Après la lecture de la brochure, le lecteur est préparé pour réaliser l’action souhaitée. Si vous voulez savoir le coût de vos brochures cliquez ici, et si vous voulez joindre un catalogue vous pouvez obtenir le prix ici.

En ce qui concerne la conception graphique, tous les conseils concernant la confection d’un bon catalogue ou un bon dépliant 3 volets publicitaire sont bons. Tout simplement nous devons indiquer que l’impression des données variables, grâce à la personnalisation des textes et des images, joue un rôle très important dans l’efficacité de la brochure.

 Le Coupon-réponse : Il s’agit d’un élément “ obligatoire ” dans les campagnes classiques de publipostage : cela consiste à que le lecteur remplisse des coordonnées et envoie le coupon, avec ou sans enveloppe, à l’adresse postale de l’expéditeur. Jusqu’au début du XXIème siècle le coupon et le téléphone étaient les seuls canaux utilisés pour envoyer la réponse. Cependant, aujourd’hui la réponse demandée consiste habituellement à lire un code QR par le biais du téléphone portable ou bien visiter un site web. Aussi bien dans le cas du coupon-réponse que de la visite au site web, le lecteur devra remplir un formulaire. Si nous voulons optimiser l’efficacité de cette dernière étape il est important que le formulaire soit clair, lisible et simple.