Comment Faire la Conception Graphique d’un Flyer

Si vous êtes arrivé ici en cherchant sur Google « Comment faire la conception graphique d’un flyer », voici votre article. Vous pourrez voir comment est un flux de travail normal, apprendre à s’adapter au public qui recevra le flyer, où trouver l’inspiration, où obtenir des ressources, comment faire la conception graphique… et par ailleurs comment préparer le flyer pour l’imprimer dans une imprimerie professionnelle.

Comment faire la conception graphique d'un flyerTout d’abord, nous devons savoir quel est le public auquel nous voulons transmettre notre message afin de trouver la meilleure façon d’attirer son attention. Atteindre notre cible est important et indispensable ; ce n’est pas la même chose de concevoir un flyer pour une maison de retraite que pour une discothèque de la Côte d’Azur. Le vocabulaire et l’expression écrite en général doivent s’adapter aux destinataires, car les publics sont différents et ce que nous voulons vendre est également différent.

Les étapes à suivre sont :

  • Établir la cible (le public ou target) à laquelle nous nous adressons.

  • Chercher l’inspiration.

  • Chercher des ressources gratuites ou payant.

  • Commencer la conception graphique.

  • Présenter des propositions au client.

  • Générer les fichiers PDF.

  • Envoyer les fichiers à l’imprimerie.


Établir la cible (target)

La première chose à prendre en compte est de savoir quel est le message à transmettre et qui es le public destinataire du message. Nous parlons avec le client et nous lui demandons la raison du flyer, le public objectif (cible), les expectatives que le client veut satisfaire avec le flyer et ce que le destinataire obtient avec le flyer.

Ayant bien précisé le message à transmettre, nous pouvons établir le public auquel nous allons adresser le message. Par conséquent, nous pouvons aussi utiliser l’expression écrite la plus appropriée à notre public.

Exemple :

  • Client : Restaurant végétarien spécialisé dans les salades.
  • Message : Nouvelle carte avec un menu spécial pour les jours ouvrables.
  • Target: Principalement les hommes et les femmes jeunes (âge : entre 30 et 40 ans) qui s’intéressent au végétarisme.

Chercher l’inspiration

Dans ce cas, en devant seulement concevoir un flyer et non toute la papeterie d’un restaurant, il ne faut pas faire une étude de marché complète et il suffit de surfer sur Google afin de voir ce que fait la concurrence ou les restaurants des autres pays.

En plus de ce que nous pouvons concevoir à partir de maintenant, il faut prendre en compte ce qui est déjà conçu auparavant, afin de maintenir une image de cohérence et de continuer avec l’identité de marque.

Je fais généralement une recherche sur Google afin de voir ce que des autres graphistes ou restaurants ont fait déjà. Si je fais une recherche focalisée sur ma ville, je pourrai obtenir une idée plus précise sur le genre d’inputs que reçoit le public auquel je m’adresse.

flyers restaurantes vegetarianos

En plus de Google image, je visite d’habitude les sites web suivants :

  • Designspiration: Site web où faire des recherches générales de toutes sortes de conceptions graphiques.
  • The Design Inspiration: Comme le site web ci-dessus, il s’agit d’une compilation de conceptions graphiques.
  • ffffound: Compilation de photos, vidéos, illustrations, techniques mixtes… Idéal pour trouver l’inspiration.
  • Mr. Cup Blog: Un blog spécialisé dans les produits imprimés au moyen de la typographie, avec une soigneuse sélection de designs originaux.
  • The Art of menu: Un site indispensable spécialisé dans la conception de menus de restaurant.

Ce processus est très personnel. Il y a des graphistes qui préfèrent tout concevoir à partir de zéro, sans voir des dossiers ou modèles de la concurrence. L’un des inconvénients du processus que nous venons de décrire est le fait que faire la conception graphique après d’avoir vu d’autres designs peut impliquer que nous finissions par « copier » le travail d’autres, de manière délibérée ou inconsciente. L’avantage est que le processus est plus rapide et que nous pouvons concevoir quelque chose que le destinataire final (le futur client) peut associer à des produits semblables et de confiance. À mon avis, c’est une bonne pratique d’avoir une documentation sur des travaux précédents faits sur un sujet précis… si puis je décide de copier quelque chose ou non, cela est une décision personnelle.

Peut-être ce qui est le plus intelligent est de voir ce qu’on a fait déjà mais en ajoutant une touche de différenciation, par le biais d’un message frappant, une photo différente ou plusieurs éléments propres.

Si vous cherchez où imprimer votre flyer, nous vous recommandons de visiter ce site web ;-). Vous serez convaincus des avantages des flyers en tant que supports publicitaires et vous verrez aussi que ceux-ci sont très économiques !

Théorie de la Couleur

Qu’est-ce que je dois savoir sur la théorie de la couleur ?

La théorie de la couleur se réfère à comment l’oeil humain perçoit les couleurs, à la description et à la gestion des couleurs précitées dans le moniteur et dans l’impression. La théorie de la touleur à une relation avec toutes les aires du processus de la production graphique: la photographie, le scannage, la présentation sur un écran, et l’impression.

carta-color-nepal

 

Qu’est-ce que c’est une couleur ?

Les couleurs ne sont qu’un produit de l’esprit. Le cerveau voit différentes couleurs quand l’oeil humain perçoit différentes fréquences de lumière. La lumière est une radiation électromagnétique, comme une onde de radio, mais avec une fréquence beaucoup plus haute et avec une plus courte longueur d’onde.

LES COULEURS NE SONT QU’UN PRODUIT DE L’ESPRIT.

L’oeil humain est en mesure de percevoir seulement une partie limitée de ces fréquences, notamment l’intervalle qui s’appelle “spectre visible de la lumière”, et qui va des tons rouges de l’ordre de 705 nanomètres (nm) jusqu’aux tons bleus violacés de l’ordre de 385 nm, en passant par toutes les couleurs intermédiaires.

espectro-luz

Les longueurs d’ondes supérieurs à celle d

e la couleur rouge s’appellent “ondes infrarouges”, elles restent en dehors du spectre visible et sont perçues comme énergie thermique. Dans l’autre extrémité, au-delà du spectre visible du violet, se trouve la lumière ultraviolette, dont le contenu énergétique est tel qu’il peut faire bronzer la peau.

Quand l’oeil humain reçoit la lumière qui contient une quantité égale de chacune des longueurs d’onde de la partie visible du spectre, celle-ci est perçue comme lumière blanche. Par exemple, la lumière diurne contient toutes les longueurs d’onde et c’est par cela qu’elle est perçue comme blanche.

Chaque personne perçoit les couleurs de différente forme. Il y a des personnes qui ont la plus grande difficulté de percevoir des couleurs déterminées que les autres. On parle souvent de différents degrés de daltonisme, un problème qui est plus fréquent chez les hommes que chez les femmes; ces personnes ne peuvent pas distinguer entre les ombres de tons rouges et verts, par exemple.

La couleur des surfaces

Quand la lumière blanche touche une surface, une partie du spectre visible est absorbée par celle-ci et l’autre est reflétée et enregistrée par l’oeil humain. La couleur qui est perçue est le résultat du mélange des longueurs d’onde reflétées. On peut dire que la lumière est filtrée par la surface. Ainsi, avec une lumière diurne le gazon est perçu d’une couleur verte, étant donné que sa surface reflète la portion verte du spectre visible et absorbe le reste.

metamerSelon la source de lumière qui tombe sur la surface, il peut arriver que le même objet ait la même apparence sous la même lumière, mais lorsque nous changeons la source de lumière, nous percevons la couleur de l’objet différemment, nous voyons une couleur différente. C’est ce qu’on appelle le métamérisme, qui a d’ailleurs eu un impact mondial récemment avec la célèbre robe qui « changeait de couleur » et que certaines personnes percevaient différemment que d’autres.

L’oeil et la couleur

La rétine de l’oeil est couverte par de petits récepteurs sensibles à la lumière c’est-à-dire par une série de cellules photo-réceptrices dénommées des bâtonnets et des cônes. Les bâtonnets sont sensibles à la lumière, mais non à la couleur. Nous utilisons les bâtonnets pour voir avec l’éclairage peu abondant – dans l’obscurité tout est perçu comme en noir et blanc -.

288px-fotopicos1Les cônes sont moins sensibles à la lumière, mais ils peuvent percevoir les couleurs. Il y a trois types de cônes, chacun d’entre eux est spécialement sensible à une partie spécifique du spectre visible : aux couleurs rouges, aux verts et aux bleus, respectivement. Cette combinaison permet de percevoir toutes les couleurs du spectre visible – à peu près 10 millions de nuances –, beaucoup plus que ceux qui peuvent se reproduire dans l’impression par quadrichromie.

L’oeil perçoit aussi des progressions tonales. Si on divise l’échelle de tons entre le noir et le blanc en 65 franges égales, l’oeil humain peut différencier un maximum d’à peu près 65 niveaux de gris. Si l’oeil avait la même sensibilité pour changer les tonalités de chacun des 65 niveaux, on pourrait penser que l’oeil perçoit la lumière en suivant une fonction linéaire. Mais, en réalité, la sensibilité de l’oeil se comporte de différente forme dans les zones distinctes de l’échelle de gris, en suivant une fonction logarithmique.

PARFOIS L’ÉCHELLE DE GRIS EST PERÇUE COMME UNE PROGRESSION CONTINUE DU BLANC AU NOIR.

L’oeil est plus sensible aux changements de nuance dans les zones illuminées que dans les zones foncées c’est-à-dire: plus lumineuses sont les zones de l’échelle de couleur plus de degrés chromatiques pourra distinguer l’oeil. De cette façon, l’oeil n’est pas capable d’enregistrer la transition entre eux. Parfois l’échelle de gris est perçue comme une progression continue du blanc au noir. C’est important pour comprendre le tramage des tons moyens, la technique utilisée pour l’impression des échelles des gris.

Le mélange des couleurs

Une photographie en couleur est composée en général par des milliers de différentes couleurs. Mais quand une photographie en couleur est imprimée on ne peut pas utiliser des milliers d’encres, et on ne peut pas non plus présenter une image sur un écran en utilisant des milliers de sources lumineuses. Au lieu de cela, on doit trouver une approche aux milliers de couleurs de la photo en mélangeant les trois couleurs primaires. Dans une impression ces couleurs sont: cyan, magenta et jaune. Dans un écran les trois couleurs primaires sont : rouge, vert et bleu.

Dans un écran les trois couleurs primaires sont : rouge, vert et bleu.

Dans les moniteurs, les trois sources lumineuses – rouge, bleue et verte – se combinent conjointement pour produire toutes les autres couleurs. Le mélange de différentes sources lumineuses colorées s’appelle “mélange additif de couleurs”. Cette méthode est utilisée dans tous les dispositifs qui créent des couleurs à partir des sources lumineuses, comme les moniteurs, le téléviseur, etc. Dans une impression on utilise trois encres de différente couleur -cyan, magenta et jaune, en plus du noir – pour obtenir toutes les couleurs. Ce processus de mélange d’encres est dénommé “mélange soustractif des couleurs”.

colores-aditivos-sustractivos

Mélange additif des couleurs

Le mélange additif s’explique comme la combinaison de quantités déterminées de lumière rouge, verte et bleue (RGB), afin de créer de nouvelles couleurs.

Si les trois sources de lumière sont mêlées dans son intensité maximale, comme résultée l’oeil humain percevra la couleur blanche. Le mélange des trois couleurs primaires avec une moindre intensité sera perçu comme un petit-gris neutre. Si les trois sources s’éteignent le Noir est obtenu. Si seulement l’une des trois sources de lumière est éteinte et les autres deux émettent avec son intensité maximale, on obtient les résultats suivants : rouge + vert = jaune; bleu + vert = cyan; rouge + bleu = magenta.

LES COMBINAISONS DISTINCTES DE DEUX OU TROIS COULEURS PRIMAIRES DE SOURCES LUMINEUSES, DANS SES DIFFÉRENTES INTENSITÉS, PERMETTENT DE REPRODUIRE DANS LE MONITEUR LA MAJORITÉ DES COULEURS.

Le mélange additif des couleurs est utilisé dans les moniteurs des ordinateurs, des téléviseurs et dans les projecteurs de vidéo. L’écran d’un ordinateur est composé par certain nombre de píxels, et chaque pixel contient trois petites sources lumineuses : l’une rouge, l’une verte et l’autre bleue. Le mélange des couleurs de ces trois sources lui apporte au pixel sa couleur spécifique.

Mélange soustractif des couleurs

Lorsque nous imprimons nous créons les couleurs en mêlant des encres des trois couleurs primaires, cyan, magenta et jaune (CMJ). Cette méthode est connue comme « mélange soustractif des couleurs », grâce à ce que les encres filtrent la lumière blanche qui reçoit une surface, en soustrayant ou en absorbant toutes les couleurs du spectre excepté le ton mêlé qu’on désire refléter. C’est-à-dire, qu’une partie du spectre de couleurs de la lumière qui frappe sur la surface sont soustraites ou absorbées.

mg_1658

Une surface non imprimée reflète sa propre couleur – blanc, si le support d’impression est un papier blanc, par exemple -. En théorie, en mêlant des quantités égales de jaune, magenta et cyan, il faudrait obtenir la couleur noire – les encres absorberaient toutes les ondes visibles du spectre -. Mais, lamentablement, les encres d’impression ne sont pas capables d’absorber complètement la lumière visible. L’impression de ces trois encres en supeposant des quantités égales de chacune d’elles n’a pas pour résultat la couleur noire, mais plutôt un gris marron obscur. Pour cette raison, on a ajouté une quatrième encre – Noire – pour être aussi utilisé dans l’impression.

Les trois couleurs (cian, magenta et jaune) sont les couleurs dénommées primaires.

En les mêlant deux à deux on obteint les couleurs secondaires : rouge, vert et bleu-violet.

Et si les couleurs secondaires sont mêlées alors on obtient les couleurs tertiaires, qui contiennent toutes les couleurs primaires.

Dans le monde de l’impression, la majorité des couleurs visibles peuvent se reproduire en mêlant les couleurs primaires dans différentes proportions. Actuellement, ils sont faits en mêlant des points de différentes tailles de tons moyens des couleurs primaires. La taille du point du ton moyen varie selon l’ombre qu’on désire obtenir.

Concepts de base sur la reliure Wire-O

Reliure Wire-o :  Qu’est-ce que ceci ?

Le système wire-O est un type de reliure basée sur l’union de feuilles par un fil enroulé formant des anneaux doubles que, au moment de rélier, est introduit dans les perforations faites précédemment et puis il est fermé.

C’est semblable à la reliure spirale, à la différence que dans ce cas, le fil est doublé, ce qui confère une plus grande résistance de cahiers, et une finition plus esthétique. La meilleure façon de comprendre la différence est de le voir en images:

1-wireo-spirale

Avantages de la reliure wire-o

La reliure wire-o présente plusieurs avantages par rapport aux autres types de reliure:

C’est un peu plus robuste que la reliure spirale et ça donne une impression de meilleure finition.

 Contrairement à la reliure dos carré, le Wire-o permet de tourner les feuilles (360 °), de sorte que ces brochures sont plus faciles à manipuler en cas d’utilisation intensive.

Cette dernière caractéristique le rend très approprié pour l’utilisation de manuels techniques, de catalogues du réseau commercial, guides de randonnée, des cartes routières et en général pour tout produit qui doit être très manipulé. Il est également largement utilisé dans les calendriers muraux et les calendriers de table.

Variables à considérer lors de la reliure wire-o

Taille des anneaux

Les tailles des anneaux sont très variables, les plus courantes sont de 5,5 mm à 32 mm de diamètre.

Fréquence de perforation

Communément appelé «pas», les plus communs sont le pas 2: 1 (adapté pour les diamètres des anneaux de 5,5 à 16 mm) et 3: 1 (à partir de 16 mm). Le pas fait référence à la relation entre les parties perforées et non perforées de la feuille. Sur l’image ci-dessous, on peut voir la différence entre les pas 2: 1 et 3: 1 :

2-pas

Forme de la perforation

Les trous peuvent être ronds ou rectangulaires. On peut utiliser l’un comme l’autre,  bien que, pour nous, la perforation rectangulaire donne une meilleure finition parce que le double anneau repose sur une surface plane. Sur l’image suivante vous pouvez voir un détail de ce type de perforation :

3-wireo-trous

Couleur des anneaux
Les plus courantes sont blanche, noire et argenté.

4-couleurs

Matériaux des couvertures
Habituellement, une variété de matériaux sont utilisés comme couverture: du papier épais du carton, plastique, couverture rigide …

Type de reliure
Les brochures wire-o ont plusieurs variantes, présentées ci-dessous:

Types de reliure wire-o

Wire-o exposé

Le wire-o exposé est le plus courant : les anneaux sont visibles et les feuilles peuvent tourner à plat à 360º, ce qui permet une manipulation facile. Il est approprié pour agendas, cahiers, calendriers …

5-cahier-ecologique

Wire-o intégré ou dissimulé

Dans ce type de wire-o la couverture du cahier cache le dos, laissant à nu les anneaux seulement sur la 4ème de couverture. Dans certains cas, il peut également être inversé, à savoir avec des anneaux visibles sur la 1ère de couverture.

6-wireo-integre

Canadienne

La reliure Canadienne est similaire à celle ci-dessus, à la différence que les couvertures sont en plis roulé et avec dos carré, de sorte que les anneaux restent complètement cachés de tous côtés, et ils ne sont visibles qu’au moment d’ouvrir le cahier.

7-canadienne1

8-canadienne2

D’autres variantes

Reliure par Sections. Dans certains produits, il est possible d’améliorer l’esthétique en utilisant deux (ou plus) tranches de fil. Tel est le cas de ce cahier :

9-cahier-wireo-2sections

Calendriers wire-o avec crochet. Dans le cas des calendriers muraux, généralement on ajoute un morceau de fil pour accrocher sur le mur :

10-crochet-wireo

Machines à Relier

Sur le marché il existe une variété de machines à relier : des machines manuelles, conçues pour lier les petites séries et couramment utilisées dans les ateliers de copie; d’autres semi-automatiques adaptées aux moyens tirages et capables de relier plus rapidement, jusqu’à la relieuse industriel. Nous vous laissons avec une vidéo de chaque type, pour vous donner une idée des différences :

Relieuse manuelle

Relieuse semi-automatique

Relieuse de haute production

 

Plus d’info: MKM

Comment Distinguer une Imprimerie Durable

tabletLes «  lettres de créance » de l’imprimerie durable

Aujourd’hui il y a de nombreuses imprimeries sur le marché des arts graphiques. Un client qui souhaitant imprimer n’importe quel travail, peut choisir parmi un large éventail d’imprimeurs. Ce qu’un client espère d’une imprimerie c’est d’obtenir un produit imprimé de qualité à des prix réduits et ça sans délaisser ponctualité dans les délais de livraison.

Tout au long du processus de production, la commande du client passe par plusieurs étapes. Il faut prendre en compte non seulement le quoi (la qualité du produit imprimé et son prix d’achat), mais aussi le comment (comment la commande est gérée dans l’imprimerie tout au long du processus de production). La même commande gérée par des imprimeurs différents peut avoir des répercussions différentes, aussi bien, sur le résultat du produit que sur la relation client.

Lors du choix d’une imprimerie, il faut prendre en compte des critères de qualité pour faire basculer la balance en faveur d’un ou de l’autre imprimeur. Ces critères de qualité prennent corps en un ensemble de bonnes pratiques, lesquelles sont facilement quantifiables et mesurables. Ces bonnes pratiques sont ce que nous pourrions dénommer «  lettres de créance » de l’imprimerie durable.

Veuillez trouver ci-dessous les bonnes pratiques les plus facilement identifiables :

Facilités maximales au client pour l’obtention du prix et pour la réalisation de la commande.

Le mot qui définit le mieux cette pratique est « simplicité ». Si l’obtention du prix par le client est facile et rapide, c’est bien, mais si en plus de ça la relation client  est entretenue et conviviale, alors nous sommes proches de l’excellence en tant qu’imprimeurs.

En général, il y a 2 modèles différents d’imprimeries sur le marché. D’un côté, il y a les imprimeries qui suivent le modèle d’affaires traditionnel. D’un autre côté, il y a les imprimeries dont le modèle d’affaires est online. Avec le premier profil d’imprimeur, pour obtenir le prix d’un produit le client doit demander un devis, en saisissant soigneusement toutes les données; ensuite, le client doit attendre la réponse de l’imprimeur ; lorsque le client obtient le prix, si celui-ci lui convient, il devra donner la validation pour démarrer la commande. En résumé, le client perd du temps et du travail. Du temps, parce que le processus peut prendre au moins 24 heures… ou plus, selon la rapidité de l’imprimerie pour passer l’offre. Et du travail, car le client doit écrire toutes les données de la commande, contacter l’imprimeur, réclamer le devis… En revanche, dans le modèle d’affaires online le client obtient le prix à l’instant, grâce à la mise en place du portail web dénommé boutique en ligne. En outre, le client peut voir aussi les jours de production. Le client peut savoir, à l’instant, le prix de toutes les variantes pour son projet. L’instantanéité est essentielle : les ennuis et les longues attentes sont finies. Le client voit le prix et fait la commande en quelques « clics ».

imprimerie-ligne

Ponctualité dans les livraisons des commandes.

La Fontaine a écrit à Le lièvre et la tortue : “ Rien ne sert de courir, il faut partir à point. ” Avec l’imprimerie en ligne le client peut voir très aisément les jours de production de sa commande. Grâce à quoi, le client sait à tout moment quand il recevra le travail. La transparence est totale. Dans le modèle d’affaires traditionnel, en revanche, le client doit demander à l’imprimeur la date prévue de livraison. Si celui-là est « inconstant », la date peut changer ou même être rompue. Résultat : plus de travail et plus d’incertitudes pour le client.

Bonnes pratiques environnementales.

L’imprimerie durable prend soin aussi bien de l’environnement que de ses propres installations. Grâce à une série de mesures simples, l’activité de l’imprimerie peut être très respectueuse envers l’environnement : récirculation de l’eau aussi bien dans les presses offset que dans les développeuses des machines CtP ; recyclage des produits chimiques utilisés pendant le développement des plaques ; réutilisation de l’énergie réactive (cette énergie est dégagée lorsqu’on produit le démarrage d’une machine) ; utilisation d’encres fabriquées avec des huiles végétales ; alimentation automatique de l’encre aux presses d’impression offset, par le biais de tuyaux qui partent de réservoirs d’encre de grande capacité ; optimisation des formats du papier sur machine ; impression sans alcool isopropylique dans la solution de mouillage. Essentiellement, la réduction de la consommation d’énergie et la réduction de la consommation d’eau sont les aspects les plus importants pour le respect envers l’environnement. Or, il ne faut pas croire aveuglément l’imprimeur par le simple fait qu’il affirme son engagement envers les bonnes pratiques environnementales…

Ouverture des installations.

Comment être certains de la sincérité des engagements environnementaux de l’imprimeur? Il y a un indicateur certain pour le vérifier: sa disponibilité pour montrer ses installations. L’imprimeur engagé avec le respect de l’environnement facilite la visite des clients à ses installations; de cette façon, le client constate que les engagements de l’imprimeur envers l’environnement ne sont pas des paroles en l’air. En outre, le client peut voir, quelles sont les machines et quels sont les processus productifs que l’imprimeur peut faire en interne, aspect qui est directement lié au point suivant.

imprimerie-durable

Réalisation des processus productifs dans les propres installations.

L’imprimeur intégral fait tous les processus productifs dans ses propres installations (en interne), sans rien à sous-traiter. Quels sont les avantages ? D’abord, l’imprimeur maîtrise aussi bien la qualité des commandes que l’accomplissement des délais de livraison. L’imprimeur, puisqu’il ne dépend pas de tiers, dispose de ses propres ressources et il est entièrement responsable des travaux en cours. Pour ce faire, il faut une grande polyvalence du personnel engagé dans la production, ce qui est directement lié au point suivant.

Modèle d’entreprise coopérative.

Dans le modèle coopératif, les travailleurs sont les propriétaires des moyens de production. Contrairement au modèle traditionnel (celui des sociétés commerciales), dans lequel il prévaut la dichotomie patron / salarié, dans le modèle coopératif il prévaut la figure du membre associé-travailleur. C’est-à-dire, ceux qui travaillent sont en même temps les propriétaires de l’entreprise. Par conséquent, leur engagement envers la qualité des travaux est complet, de plus, ils se soucient de remplir les objectifs de délais de livraison. La souplesse du personnel de production permet de s’adapter à toutes circonstances. En outre, dans le modèle coopératif il prévaut la création et le maintien des postes de travail. Le bénéfice d’aller vers un collectif est plus que tout l’intérêt particulier envers le client.

Que signifie « imprimerie durable »? Cela signifie avoir à l’esprit et mettre en place des valeurs qui régissent toutes les activités. L’engagement social et le respect envers l’environnement font partis de ces valeurs. Il s’agit de travailler au présent avec une vision pour l’avenir; les générations futures apprécieront cet engagement.

Les Avantages du Service Intégral dans l’Impression de Catalogues

Qu’est-ce que le Service Intégral dans l’impression de catalogues ?

Dans le domaine des Arts Graphiques, le Service Intégral consiste à réaliser tous le processus de production directement à l’imprimerie. C’est-à-dire que la même imprimerie réalise en interne les principaux services du milieu de l’impression (Gestion de fichiers, Pré-presse, Impression et Post-presse), sans avoir à sous-traiter des étapes ou des finitions importantes. En outre, le transport est géré de façon directe par l’imprimerie, laquelle dispose de sa propre flotte de véhicules pour faire les livraisons dans un rayon de distribution à proximité de ses installations.

catalogues

Pourquoi l’impression de catalogues est si importante aujourd’hui ?

Parce que les catalogues en papier sont les outils principaux de diffusion et de ventes, quel que soit le secteur d’activité de l’entreprise. Il est clair que l’objectif principal des entreprises est de vendre et de générer des profits. Les efforts déployés par les équipes de direction des entreprises se concentrent sur l’augmentation du chiffre d’affaires et sur le développement. Mais il ne faut pas oublier que pour vendre il faut offrir à la clientèle de bons arguments. Les prix avantageux sont l’un d’eux, mais pas seulement. Il est essentiel de respecter les recommandations suivantes :

  • Faire un bon travail de marketing, au sens de communiquer judicieusement sur les produits et les services de la société. Les meilleurs outils pour cette diffusion sont les moyens imprimés sur papier, comme les cartes de visite, les flyers promotionnels, les catalogues, les bulletins informatifs (newsletters) ou les magazines.
  • Transmettre une image de marque cet aspect est essentiel afin que nos clients et collaborateurs puissent identifier notre société. Les moyens pour consolider l’image de marque sont: le logo, les couleurs corporatives, les polices de caractères officiels; le style homogène dans la conception de tous les produits.
  • En résumé, un catalogue de qualité sur papier dans lequel l’image de marque est manifeste, c’est le meilleur argument de vente.

Qu’est ce que le contraire du Service Intégral dans le domaine des Arts Graphiques ?

Le fait de devoir externaliser les processus de base dans la production d’un catalogue. Par exemple, si l’imprimerie réalise l’impression sur site mais doit sous-traiter l’ensemble du prépresse (c’est-à-dire confier la production des plaques à une autre entreprise). Ou si l’imprimeur doit sous-traiter la reliure, qu’elle soit agrafée ou brochée.

Sans oublier les «  imprimeries » n’ayant pas de machines (il s’agit de sociétés strictement commerciales), lesquelles doivent tout sous-traiter : l’impression, à une imprimerie, la reliure, à un atelier de finitions… en impliquant plusieurs fournisseurs dans la production du catalogue.

Un seul fournisseur, un seul responsable

En revanche, avec le Service Intégral de l’impression de catalogues n’intervient qu’un prestataire. Est c’est l’avantage principal pour le client. Puisque seul, un fournisseur est impliqué, celui-ci est l’unique responsable. Le client dispose d’un seul interlocuteur, car il gère sa commande avec une seule imprimerie. La diminution des problèmes et des inconvénients pour le client est remarquable, tout au long de l’élaboration de son catalogue. Et en cas de réclamation, le client doit négocier avec un seul fournisseur ; et celui-ci, à son tour, peut argumenter devant le client en connaissance de cause, car tous les processus productifs sont entre ses mains. La bonne compréhension entre le client et l’imprimerie, la réduction drastique des malentendus… sont des aspects essentiels dans le Service Intégral de l’impression de catalogues.

service-integral-catalogues

La coordination entre les processus de production

L’imprimerie qui offre le Service Intégral détient un grand avantage sur les concurrents : la coordination entre les différents processus de production. En effet, dans l’impression de catalogues il y a plusieurs processus :

  • Gestion de fichiers et pré-presse. Dans ce service on réalise la réception des fichiers PDF du client, leur vérification et leur traitement pour la sortie finale : flashage des plaques (dans le cas de l’impression offset) ou chargement des fichiers sur la presse d’impression numérique.
  • Impression, aussi bien offset que numérique.
  • Post-presse. Dans ce service on fait les finitions et la reliure : pelliculages, pliages, reliure wire’o ou spirale, points métal, en broché (cousu ou PUR), paquets sous bandes en papier et paquets sous film, parmi d’autres.

Dès l’entrée de la commande du client, toutes les spécifications techniques sont centralisées dans un seul item dans le système informatique. Il faut souligner que l’imprimerie intégrale dispose d’un système informatique qui contrôle de façon entièrement automatique tous les processus de production, dès l’entrée de la commande sur le W2P jusqu’à l’expédition de la marchandise. Ce système-là, auquel nous pouvons dénommer « Centre de Production », inclut toutes les opérations nécessaires pour produire le catalogue. En plus, il montre à chaque centre de travail (ou département) de l’imprimerie ce qu’il doit faire et dans quel ordre, sans erreurs ou omissions. C’est-à-dire, le logiciel coordonne les différents départements impliqués. La communication entre eux est par conséquent très fluide.

Ponctualité dans les délais de livraison

La coordination est essentielle pour accomplir les délais de livraison des travaux. Dans l’imprimerie intégrale, le client connaît à tout moment les jours de production nécessaires pour sa commande. Cette information est transférée au système informatique, par conséquent tous les départements de l’imprimerie connaissent la date de livraison de toutes les commandes. Le fait de réaliser toutes les étapes de production dans les mêmes installations (en interne) apporte deux grands avantages :

  • Les délais de livraison des catalogues son réduits.
  • L’accomplissement des délais, est des objectifs sont des pratiques habituelles.

Tout cela est dans l’intérêt du client. Nous savons que les contraintes de la vie moderne nous obligent à ce que la conception graphique et l’impression d’un produit soient faite en peu de temps. Il y a des foires, des expositions, toutes sortes d’événements… lesquels ont lieu à des dates précises. Le fait d’imprimer un catalogue dans une imprimerie en disposant du Service Intégral est très rassurant pour le client… mais cela constitue aussi une garantie de réussite pour l’imprimeur ; celui-ci n’a rien à sous-traiter, c’est-à-dire, il ne dépend pas de tiers, car il dispose en interne de ressources humaines et de techniques pour accomplir la livraison du travail à la date accordée.

Optimalisation des coûts de production

Nous pouvons déduire facilement que la suppression de la sous-traitance des processus de production implique aussi la réduction des coûts… laquelle peut devenir remarquable dans certains cas. En effet, la sous-traitance des processus implique: d’un côté, des coûts de transport, car on doit transporter la marchandise d’une entreprise à l’autre ; d’un autre côté, des coûts de gestion, car il faut négocier les prix et les délais de livraison avec les sociétés sous-traitantes… Cette gestion requiert du temps et le temps c’est de l’argent, comme nous le savons.

Avec la sous-traitance, comme nous le voyons, les délais de production du catalogue sont plus longs et les coûts augmentent. En revanche, l’imprimerie intégrale supprime ces coûts et l’optimisation des ressources en sont le résultat… oui, c’est comme ça ! Des prix plus avantageux pour le client.

Est-ce qu’il y a plus d’avantages si l’imprimerie intégrale est en même temps une société coopérative (Scop) ?

Oui, bien sûr. Dans une société coopérative, les travailleurs sont en même temps les propriétaires des moyens de production. Dans le milieu du coopératisme on parle de la figure du membre associé-travailleur. Puisque les travailleurs sont les propriétaires de l’entreprise, ils sont sérieusement engagés envers la qualité du travail ; leur implication pour atteindre la satisfaction du client dans l’impression de son catalogue est totale. Dans le modèle du coopératisme, la relation client-imprimerie est du type win-win (tous gagnent). Le client obtient un catalogue de qualité dans le délai accordé… et l’imprimerie intégrale coopérative fidélise le client.

Est-ce qu’il y a plus d’avantages si l’imprimerie intégrale coopérative est aussi une imprimerie en ligne ?

Oui, sans doute. Il faut ajouter l’avantage principal : le client obtient le prix de son catalogue très aisément. En plus, le client peut commander en quelques minutes. Comme nous venons de le dire, le temps c’est de l’argent. Personne n’aime perdre du temps. Le client qui accède sur la boutique en ligne obtient le prix et les jours de production de son catalogue en quelques « clics ». Tout cela avec la tranquillité d’esprit qu’implique le Service Intégral  pour la production de son catalogue.

Impression Offset vs impression Numérique

Quel type d’impression est-il le meilleur pour mon produit ?

numerique_vs_offset_dest

Aujourd’hui c’est assez habituel de trouver sur le marché ces deux types de technologie pour l’impression commerciale de dépliants, de catalogues, de magazines, de cahiers, de livres, etc. C’est pour cette raison que savoir ce qu’est réellement l’impression digitale et en quoi elle diffère de l’impression offset, et comment elles peuvent nous aider… peut-être un peu confus.

Dans cet article nous allons vous expliquer ce concept. Chez Cevagraf nous disposons des deux technologies, nous avons des clients qui favorisent l’impression numérique, d’autres l’offset, mais également des clients qui impriment en utilisant les deux technologies de forme combinée.

Ensuite nous allons détailler, d’après notre expérience, sur quoi l’offset est basée et aussi sur quoi repose l’impression numérique; nous allons relever ses avantages et inconvénients, et nous finirons par exposer en résumé comment nous pouvons utiliser les deux technologies à notre avantage

L’impression offset

Pour la transmission de l’encre sur papier, l’offset utilise de l’encre liquide, des plaques métalliques et des machines complexes à engrenages et à rouleaux. En fonction de la taille du papier qu’elles peuvent accepter, il existe différents types de presses. Plus le format de la feuille est grand, plus la machine devra être grande. Ensuite il y a divers processus afin d’imprimer le papier depuis le dessin.

L’impression numérique

Principalement, il y a deux technologies pour les impressions numériques: l’inkjet (une encre liquide spéciale, différente de celle utilisée dans l’offset) et le toner (des particules avec pigment). Ces machines utilisent des charges électriques pour déposer le toner ou bien l’encre inkjet sur le papier. Elles n’ont pas besoin de plaques métalliques, puisqu’elles ont des unités photoréceptrices, des images. Il s’agit de machines moins lourdes, plus fragiles mais moins chères (à l’exception de certaines machines haut de gamme, qui pourraient être assimilées aux machines offset). Elles impriment directement de l’ordinateur à la presse, ce qui vaut une réduction considérable des coûts de production.

rouleaux

Quelle est la différence principale ?

L’impression offset est capable de reproduire plusieurs milliers de copies en peu de temps, avec une plus grande qualité (en fonction de la trame utilisée) et avec un impact physique moindre sur le papier (elle abîme moins le papier parce qu’on n’applique pas de chaleur, contrairement aux encres pour impression numérique).

L’impression offset est réalisée avec des machines assez grandes, depuis les CtP (les machines qui font l’insolation des plaques) jusqu’aux machines d’impression. C’est une technologie avec des coûts d’amortissements plus élevés, elle est par conséquent trop coûteuse pour l’impression de petits tirages.

L’impression numérique, est précisément caractérisée par l’opposé de cet aspect : ce sont des machines plus petites, elles ne nécessitent pas de plaques ou d’autres surcoûts, elles peuvent reproduire directement de l’ordinateur à la presse ce qu’il y a à imprimer, malgré des vitesses inférieures à celles de l’impression offset. La qualité, quant à elle, est presque la même.

En raison de ces moindres coûts de départ, c’est la technologie idéale pour l’impression de petites quantités de tirages.

Quel est le plus grand avantage de l’impression offset ?

Sa qualité et sa capacité à reproduire des milliers et des milliers d’exemplaires. De plus en augmentant la quantité d’exemplaires, les prix unitaires diminuent.

Et celui de l’impression numérique ?

Les coûts de démarrage sont beaucoup moins chers, de ce fait on obtient un meilleur prix pour les tirages de petites quantités (le cas des flyers, par exemple). De plus le numérique permet d’ouvrir notre esprit à de nouvelles possibilités dans la communication, comme par exemple; la personnalisation, la segmentation et l’impression sur des divers supports  (idéal pour des cartes de visite), l’utilisation d’encres spéciales : métalliques, fluorescentes, l’impression en relief, etc.

En résumé…

 En tant que client d’imprimerie, vous n’avez pas à vous soucier de savoir si votre imprimeur de confiance va vous faire le travail en impression numérique ou en impression offset sauf en cas d’exceptions. Vous serez toujours satisfait par la qualité et par le resultat du travail.

La chose principale à laquelle vous devez penser n’est pas de savoir quelle est la meilleure technologie pour votre communication ou votre travail, mais ce que vous voulez dire et comment vous pouvez le faire, comment atteindre vos clients.  Parfois vous voulez atteindre le grand public de manière globale, avec de grandes quantités, donc, vous demandez l’offset, parfois vous voulez personnaliser une campagne et envoyer des informations de manière très segmentée, utiliser des données variables en impression numérique, d’autres fois vous voulez des billets pour un local et voulez appliquer de l’encre invisible pour qu’ils ne soient pas contrefaits, etc.

Aujourd’hui, toutes les technologies mises à votre service sont valides, vous n’avez pas à vous inquiéter, ce qui est intéressant ce sont les possibilités et les avantages que chacune d’entre elles peut offrir à un moment donné.

Vernis UV : Comment l’Appliquer à vos Produits Imprimés

Découvrez et appliquez le vernis UV

Si vous concevez régulièrement des produits imprimés mais ne connaissez pas ce type de finition, il est certain que vous serez intéressé de voir les possibilités qu’elles offrent. On peut l’utiliser sur tout type de dessins pour lesquels on veut souligner un élément; c’est un effet brillant qui peut être appliqué sur les couvertures de livres et de magazines, mais aussi pour des cartes de visite, des plis roulés, des plis simples, etc.

Un vernis sélectif UV est une couche de vernis spéciale (brillant ou mat) ayant une bonne épaisseur. L’avantage le plus remarquable est que l’on peut délimiter la forme de cette couche, comme s’il s’agissait d’une encre conventionnelle. De plus on peut le combiner avec d’autres types de finitions standard, comme des pelliculages brillants ou mats. Cette combinaison nous permet par exemple d’avoir la couverture de votre livre en pelliculage mat et couvrir un ou plusieurs éléments (d’habitude logos) par moyen du vernis sélectif brillant, en créant ainsi un effet très élégant. On peut aussi faire l’inverse.

vernis-selectifvernis-selectif-uv

 

Dans le cas de publications de haute qualité nous appliquons une portion d’encre d’une couleur concrète à ce type de vernis, en colorant le vernis UV très doucement (bien que cela ne soit pas habituel: il y a un surplus au prix puisqu’il faut un nettoyage supplémentaire de l’imprimante).

La préparation des fichiers pour appliquer ce vernis sélectif n’est pas compliquée. Nous vous l’expliquons en 5 étapes simples.

1 Créez votre conception pour encres d’impression offset.

2 Ajoutez une couche sur le dessus de cette maquette et appellez-la “UV”.

3 Dessinez la forme de la couche de vernis selon ce que vous souhaitez et ensuite appliquez de la couleur noire.

4 Vérifiez que le dessin de la couche de vernis correspond à la conception qui va être imprimé.

5 Exportez un PDF avec ce que vous souhaitez imprimer sur offset et un autre PDF avec le dessin de la couche de vernis UV. Faites attention à la dénomination des fichiers.

couverture-vernis-selectifcouche-vernis-uv

L’image à gauche est la maquette qui sera imprimée avec des encres offset et à droite la maquette du vernis sélectif UV.

Il est intéressant de tenir compte des deux conseils suivants lorsque vous appliquez du vernis UV dans vos créations, car ce sont des détails importants.

Essayez de ne pas finir la couche de vernis exactement là où il y a le rainage, puisque le vernis peut sauter. (Rappellez-vous que quand on fait un livre avec reliure dos carré collé, il y a toujours de rainage des couvertures).

N’appliquez pas le vernis sélectif sur des lignes très fines parce que le repérage n’est pas exact et il y a toujours un certain mouvement dans les rouleaux de l’imprimante. Si vous souhaitez appliquer du vernis sélectif UV avec des lignes fines, assurez-vous de ne pas situer ces lignes au-dessus d’autres éléments à imprimer.

+ info: Vernis UV – Wikipedia.

 

Imprimerie en ligne : Qu’attendez-vous pour faire le pas?

imprimeriee

 Le modèle d’imprimerie du XXIe siècle

Dans la deuxième décennie du XXIe siècle le monde de la communication a changé radicalement à l’égard des décennies précédentes.

L’éclosion d’Internet dans les années quatre-vingt-dix, et plus tard l’essor des réseaux sociaux, ont modifié le rôle central qui, jusque-là, profité de la communication imprimée.

Le marché a changé, les entreprises des arts graphiques doivent donc s’adapter aux temps nouveaux. Ironiquement, les mêmes technologies qui ont permis l’émergence de grands concurrents pour l’imprimerie, offrent la possibilité de transformer le modèle traditionnel, à un modèle d’entreprise de services, de production graphique compétitive et adaptée à la nouvelle réalité. Nous allons voir comment.

L’imprimerie traditionnelle

Globalement, le schéma de processus dans une imprimerie traditionnelle au cours des 15 dernières années a été le suivant:

flux_imprimerie_enligne

Ce processus souffre de plusieurs inefficacités que le marché accepte de moins en moins.  Malgré que durant ces dernières années nous ayons introduit des améliorations partielles au processus (chargement de fichiers via FTP, BàT, etc.), voici les inefficacités que nous observons:

1 Retards dans l’obtention du prix du projet graphique et de ses variantes (devis).

2 Défiances concernant les prix offerts (Comment le client peut-il savoir qu’il ne va pas payer plus qu’un autre?).

3 Retards dans la réception et confusions dans la gestion des originaux.

4 Retards dans l’élaboration et l’envoi des BàT au client (et du client à l’imprimerie).

L’imprimerie en ligne. Le modèle de Cevagraf

Le modèle d’imprimerie en ligne nous permet de surpasser ces limites, en passant à un nouveau paradigme dont la caractéristique principale est la réalisation via Internet de la plupart des processus de gestion et pré-production. Ci-dessous nous montrons à grands traits les caractéristiques du modèle de imprimerie en ligne de Cevagraf:

flux_imprimerie_traditionelle

Avantages:

1 Économie de temps dans l’obtention du prix. Et le temps, vous le savez, c’est de l’argent. Terminé le temps des appels et/ou emails à l’imprimerie pour relancer le devis qui n’arrive pas: maintenant vous obtenez le prix en quelques minutes, en incluant les variantes du projet concernant la quantité d’exemplaires, les changements de contraintes techniques…

2 Meilleure transparence: En effet, les prix étant publics, nous avons la certitude que le prix n’inclut pas des commissions ni d’autres surcoûts cachés.

3 Économie de temps dans la vérification des fichiers. Bien que l’utilisation d’un portail web pour le chargement et vérification des fichiers requiert un petit apprentissage initial, lorsqu’on a surpassé cette phase on peut gagner 1-2 jours ouvrables dans le processus global, car on peut valider le BÀT avec un simple click.

4 Meilleure fiabilité, car la gestion des originaux est effectuée dans un environnement spécialisé, Insite Prepress Portal, ce qui réduit considérablement les erreurs de communication au moment de la réception et vérification de fichiers, à l’égard des moyens habituels tels que les CD’s et FTP’s.

En tant qu’importante mesure complémentaire du nouveau modèle, il faut mettre en valeur que Cevagraf a entamé une politique de standardisation des papiers. De cette façon nous pouvons offrir à nos clients des prix plus concurrentiels. En effet, nous effectuons moins d’achats de papier mais en plus grande quantité ce qui nous permet de faire des économies. Économie, que nous répercutons entièrement sur la clientèle.

Ce qui nous différencie des autres imprimeries en ligne

Derrière la « façade » de la boutique en ligne il y a un important travail de calcul. En effet, lorsqu’un utilisateur/client calcule un prix dans notre boutique, le système effectue un calcul du meilleur prix possible d’après nos machines et conformément aux processus de production et des spécifications indiquées. Ce n’est pas une simple consultation de tarifs, mais quelque chose de semblable à un « système expert ». Ce fonctionnement offre de nombreux avantages:

1 Nous permet d’inclure une large variété de produits, laquelle est en permanente croissance.

2 Tous les produits peuvent être individualisés avec une grande variété de finitions pour l’impression (vernis, encres métallisées, UVI sélectif) ainsi que pour la post-presse (trous pour classeur, pelliculage, rainages, etc). Le fait que les prix soient calculés en temps réel et qu’il ne s’agisse pas de tarifs rigides, nous permet une souplesse inconnue des autres imprimeries en ligne.

3 Grande diversité “d’options de service”; le système permet l’inclusion ou non de services complémentaires à l’impression, tels que:

a) La possibilité que le client fournisse le papier

b) La sélection de la forme exacte de présentation du travail: sous film, sous bandes de papier, cartons neutres ou non…

c) L’inclusion de preuves de couleur

d) L’envoi d’échantillons de papier ou de maquettes pour la texture

e) L’envoi d’échantillons du travail fini

Il y a 2 options de calcul pour les produits: options basiques et options pro. Les options basiques de calcul sont conçues pour obtenir rapidemment le prix de produits simples. Semblable à ce que l’on peut trouver dans d’autres imprimeries en ligne. Cependant, dans les options pro, il y a un meilleur développement en ce qui concerne les points mentionnés ci-dessus.

De plus, n’oubliez pas que nos 27 années d’expérience en sont la garantie: nous possédons une équipe d’experts commerciaux au service du client pour éclaircir tous possibles doutes. Nos commerciaux accompagnent nos clients/utilisateurs à leurs premières étapes dans la boutique en ligne, et ils sont disponibles pour résoudre tous doutes dans l’utilisation de cet outil.

Pourquoi changer?

Tout d’abord, les clients cherchent la qualité et le service sans oublier le meilleur prix: la situation de l’économie conduit le marché à devenir de moins en moins tolérant avec les inefficacités de l’imprimerie traditionnelle mentionnées dans cet article. Par ailleurs, nous croyons que le défi d’aujourd’hui dans notre secteur, est de s’adapter aux nouvelles technologies de la communication, car celles-ci nous permettent de garder des relations plus efficaces, directes, rapides et rentables avec les clients. Le renouveau était, donc, incontournable.

Comme vous pouvez le voir, l’imprimerie en ligne offre de grands avantages à l’égard de la traditionnelle. Nous vous invitons à visiter notre boutique en ligne!