Art Final : Comment Préparer les Fichiers d’Impression de Mon Livre ?

Je suis une graphiste et je travaille dans la mise en page du livre que la maison d’édition dans laquelle je travaille va bientôt publier. Lorsqu’il s’agit de préparer les fichiers (l’art final) pour l’impression, je suis confronté à plusieurs questions, car les concepts et les variables impliqués dans la mise en page d’un livre sont divers. Une bonne préparation des fichiers d’ impression de mon livre est essentielle pour éviter des coûts supplémentaires et une gestion superflue (et souvent ennuyeuse).

Questions sur l’art final de mon livre que je pose à mon imprimeur

Concernant le nombre de pages, quelle est la proportion que mon livre doit-il avoir ?

Tout d’abord, il est nécessaire de faire la différence entre les mots « page » et « feuille ». Une feuille est composée de 2 pages, c’est évident, mais il est nécessaire de le garder à l’esprit pour que le nombre de pages d’un livre, catalogue, agenda ou magazine soit pair (jamais impair). Dans le cas d’un livre, le nombre de pages doit toujours être un multiple de 4, en raison des cahiers d’impression. Par exemple, un livre ne devrait pas avoir 150 pages, mais 148 ou 152 pages.
Lors de la mise en page des fichiers d’un livre, le nombre de pages doit être un multiple de 4. Il ne s’agit ici que des pages intérieures, car les couvertures doivent être traitées séparément. Lors du calcul des pages, il est nécessaire de ne pas inclure les couvertures et de les considérer séparément. La terminologie la plus appropriée serait, par exemple : Livre de 152 pages + couvertures.

Comment préparer les fichiers à imprimer des pages intérieures de mon livre ?

Il faut toujours travailler les pages intérieures au format individuel de page, par exemple, si le format fermé du livre est DIN A5, dans le logiciel de mise en page il faut établir le format du document à DIN A5 (plus 3 mm. de bords perdus). Dans le logiciel de mise en page, vous pouvez travailler avec les pages adjacentes, c’est qui est très confortable et pratique quand il s’agit de faire la mise en page. Cependant, lors de la génération du fichier PDF pour l’impression, les pages doivent être individualisées (au format du livre fermé) et inclure des zones de bords perdus et des marques de découpe. Si des pages blanches ont été incluses dans la mise en page, au début ou à la fin du livre, ces pages doivent également être incluses dans le PDF final.

Comment préparer l’art final des couvertures, dois-je les traiter séparément des fichiers des pages intérieures ?

Oui, nous recommandons de travailler les couvertures dans un fichier séparé. Les couvertures ne doivent pas être au format fermé du livre. Par exemple, si le format du livre fermé est DIN A5, les couvertures ne doivent pas être conçues sous la forme de 4 pages DIN A5 (1ère. de couverture, 2ème. de couverture, 3ème. de couverture et 4ème. de couverture). Il est nécessaire de disposer les couvertures déjà assemblées, c’est-à-dire au format ouvert du livre plus le dos.

Prenons un exemple : si le format du livre est 14,8 x 21 cm. fini, la largeur de la tranche est 10 mm. et l’impression des couvertures on fera recto verso (4/4 quadri), alors le fichier des couvertures doit être composé de 2 pages au format 306 x 210 mm. :
– Dans la première page nous allons placer la 4ème. de couverture à gauche, la tranche au milieu (bien entendu) et la 1ère. de couverture à droite.
– Dans la deuxième page nous allons placer la 2ème. de couverture à gauche, la zone intérieure de la tranche au milieu et la 3ème. de couverture à droite.

En ce qui concerne la zone intérieure du dos (où le bloc des pages intérieures sera collé sur les couvertures), il doit être blanc (c’est-à-dire, aucun élément imprimable ne doit être placé, et encore moins aucun fond d’encre), pour faciliter la bonne adhérence de la colle et assurer ainsi une optimale qualité de la reliure.

livre imprime

Si je veux inclure des rabats sur les couvertures de mon livre, comment dois-je envisager la mise en page des couvertures ?

Lors de l’ajout de rabats aux couvertures de livres (il est courant de placer 2 rabats, l’un sur la 1ère. de couverture et l’autre sur la 4ème. de couverture), il est nécessaire d’augmenter de 2 mm. la largeur de la 1ère. de couverture et la largeur de la 4ème. de couverture, par rapport au format des pages intérieures.
Par exemple, si le format du livre est 14,8 x 21 cm. fermé, la tranche mesure 10 mm. et les couvertures portent 2 rabats de 8 cm. chacune d’entre elles (étant l’impression de couvertures recto, 4/0 CMYK), le fichier des couvertures doit être composé d’une seule page au format 470 x 210 mm. Le développement des mesures (la largeur) serait : 80 mm. (rabat 4ème. couverture) + 150 mm. (4ème. couverture) + 10 mm. (tranche) + 150 mm (1ère. couverture) + 80 mm. (rabat 1ère. couverture).

Pourquoi ajouter ces 2 mm. supplémentaires sur les 1ère. et 4ème. de couvertures ? Pour donner plus d’élégance au livre. C’est une question esthétique, mais que l’on ne peut pas dédaigner. Je vous invite à prendre n’importe quel livre avec des rabats que vous ayez à portée de main ; vous pourrez voir que la 1ère et la 4ème de couverture sont plus larges que les pages intérieures… en obtenant un produit très joli et élégant. Si la 1ère et la 4ème de couvertures avaient la même largeur que les pages intérieures, ou même un peu plus courtes, le résultat visuel serait peu attirant…

Une autre considération technique peut être ajoutée en ce qui concerne la plus grande largeur de la 1ère. et de la 4ème. de couverture : Dans les livres sans rabats, le massicot coupe le livre en même temps en haut, en bas et du côté opposé au dos ; et il le fait avec le livre déjà « couvert », de sorte que le bloc intérieur et les couvertures auront toujours la même largeur. Dans les livres avec rabats, le massicot coupe le livre en même temps en haut et en bas, mais non du côté opposé au dos (car les rabats seraient coupés !) Le bloc des pages intérieures a été coupé préalablement du côté opposé au dos. Dans tout processus industriel, il peut y avoir de légères variations dans les mesures, c’est pourquoi il est nécessaire que la 1ère et la 4ème de couvertures soient plus larges que les pages intérieures. Si non, ces légères variations pourraient provoquer que les couvertures restaient bien plus courtes, bien plus longues, de façon aléatoire tout au long du processus de reliure des exemplaires.

Lors de la mise en page, nous recommandons que l’image de la 1ère de couverture « occupe » quelques mm. la zone du rabat, et la même chose avec l’image de la 4ème de couverture par rapport à son rabat. De cette façon, avec le livre fermé dans nos mains, dans ce « rebord » provoqué par la plus grande largeur de 1ère et de 4ème de couverture, nous allons voir la même image que dans la 1ère et la 4ème de couverture. Encore une fois, c’est une question d’esthétique, mais il faut reconnaître que les belles choses attirent notre attention.

Comment calculer la mesure de la tranche de mon livre ?

Nous vous recommandons de toujours consulter l’imprimeur. Chez CEVAGRAF, SCCL nous effectuons le calcul du dos en fonction des types de papier à utiliser (aussi bien pour les couvertures que pour les intérieurs). Une fois le calcul effectué, nous informons nos clients de la taille du dos afin qu’ils puissent ajuster la mise en page des couvertures.

Le graphiste peut faire un calcul préliminaire et approximatif du dos de votre livre, mais toujours sous réserve de confirmation ou de correction par votre imprimeur en ligne de confiance.

Si je veux ajouter un vernis UV sélectif aux couvertures de mon livre, dois-je traiter le fichier du vernis UV séparément de l’art final ?

Oui, nous recommandons de séparer le fichier du vernis UV sélectif du fichier contenant l’art final. Nous déconseillons d’inclure le vernis UV comme une cinquième encre ou couleur dans le fichier d’impression. Dans le fichier UV, les zones dans lesquelles le vernis sera appliqué ne doivent être que du noir à 100 %, on ne doit pas utiliser des trames du noir ou toute autre couleur, qu’il s’agisse de tons directs ou quadrichromie : il faut utiliser uniquement le noir 100%.

Que dois-je faire si je veux appliquer de la dorure à chaud ou de l’argent à chaud sur les couvertures de mon livre ?

Comme dans le cas d’un vernis UV sélectif, le fichier de la dorure ou de l’argent à chaud doit être séparé du fichier d’impression et les zones où on va appliquer cet effet doivent être en noir 100%. Ne pas utiliser des trames de noir ou toute autre couleur.

Quelle est la mesure des bords perdus (ou fonds perdus) que je dois établir dans l’art final de mon livre ?

La mesure des bords perdus dans les fichiers d’impression d’un livre doit être de 3 mm., il s’agit de la mesure habituelle dans la plupart des produits imprimés. Lors de la préparation du PDF pour l’impression, la séparation entre les marques de découpe (« décalage » dans plusieurs logiciels) doit être aussi de 3 mm. Il est important que les éléments arrivant jusqu’aux limites de la page occupent toute la zone des bords perdus ; nous vous prions de ne pas placer des éléments en occupant seulement 1 mm. des bords perdus, par exemple. Lors de l’impression et la reliure des livres les cahiers sont pliés sous la forme de 4, 8, 12 ou 16 pages, par exemple, en fonction de la taille du livre, et les variations minimes inhérentes à tout processus industriel pourraient faire en sorte que les éléments placés juste dans la limite de la page n’atteignent pas le bord de la page et vous voyez une ligne blanche très fine et peu esthétique.

Dans la mise en page de mon livre, puis-je placer des numéros de page ou des titres de section (texte tourné en haut de page) près de la limite de la page ?

Lors de la préparation des fichiers des pages intérieures du livre il faut respecter une marge de sécurité d’environ 5 mm., autour de laquelle il ne faut placer aucun élément utile (textes, logos…) ni tout autre élément ne devant pas arriver à la limite de la page. Par la même explication que dans le paragraphe précédent, de tels éléments (des numéros de page, par exemple) placés à 1 ou 2 mm. de la limite de la page pourraient être coupés lors de la reliure du livre.

livre

Que dois-je garder à l’esprit si je veux relier mon livre avec une couverture rigide ?

En ce qui concerne les pages intérieures, nous pouvons appliquer ce qui précède. Par rapport aux couvertures, nous vous rappelons que votre imprimeur en ligne de confiance calculera la mesure de la tranche et vous enverra le développement des mesures des couvertures. La particularité est que la zone de bords perdus doit être de 20 mm. Le décalage entre les marques de découpe doit également être de 20 mm. La zone de bords perdus doit être plus large que d’habitude, car les couvertures enveloppent le carton autour du dos, sur lequel les gardes seront collées.

Puisqu’il s’agit de reliure à couverture rigide, comment dois-je faire la mise en page des gardes si elles doivent être imprimées recto verso ?

Les gardes doivent être conçues comme s’il s’agissait de « diptyques » ou dépliants 2 volets, en multipliant par 2 la largeur des pages intérieures. Par exemple, si las pages intérieures mesurent 21 x 29,7 cm. et les gardes seront imprimées à 4/4 CMYK (recto verso), nous ferons la mise en page des gardes avec 4 pages au format 42 x 29,7 cm. :
– La page 1 sera la garde de 1ère. de couverture « extérieure », celle que l’on voit dès que l’on ouvre le livre ; on peut placer des éléments à imprimer sur toute sa surface.
– La page 2 sera la garde de 1ère. de couverture « intérieure »: Dans la moitié gauche, nous pouvons placer des éléments à imprimer, tandis que dans la moitié droite, nous ne devons rien placer, car elle sera collée sur le carton des couvertures.
– La page 3 sera la garde de 4ème. de couverture « intérieure »: La moitié gauche est celle qui va être collée sur le carton, tandis que dans la moitié droite on peut placer des éléments à imprimer.
– La page 4 sera la garde de 4ème. de couverture « extérieure », celle que l’on voit juste avant de fermer le livre ; on peut placer des éléments à imprimer sur toute sa surface.
La zone de bords perdus des gardes doit être de 3 mm.

Mon livre sera imprimé en 4/4 CMJN, dans quel mode couleur les images doivent-elles être ?

Les images (photos, logos…) doivent être en CMJN, non en RVB. Lors de la réalisation de la mise en page du livre, il faut ouvrir les images dans Photoshop et vérifier qu’elles soient au mode CMJN et les attribuer le profil de couleur Fogra 39. Les images qui pourraient être dans d’autres modes de couleurs (RVB, LAB…) doivent être passées à CMJN. Une fois toutes les images dans ce mode couleur, placez-les dans le logiciel de mise en page.

Étant donné que nous parlons des couleurs, dans le logiciel de mise en page, les couleurs utilisées doivent également être en quadrichromie, et non en tons directs pantone. Les effets de «  transparence » appliqués doivent également être en quadrichromie.

L’impression du livre on fait en quadrichromie (cyan, magenta, jaune et noir). Le logiciel de workflow du service Pré-presse transforme automatiquement les images RVB et les couleurs pantone en quadrichromie, mais dans ce processus, il peut arriver que l’on produise des modifications dans les nuances de couleurs plus ou moins accentuées. Pour éviter des résultats d’impression inattendus, nous recommandons vivement que les couleurs et les images soient originalement en couleur CMJN.

Et si je vais imprimer les pages intérieures de mon livre à 1/1 noir et blanc ?

Dans ce cas, seule l’encre noire doit être utilisée dans les fichiers d’impression. C’est très évident, mais il faut faire attention au fait que les images doivent être en mode « nuances de gris » et non en RVB ou CMJN. Une image peut paraître en niveaux de gris et pourtant être composée des quatre couleurs quadrichromie. En d’autres termes, à première vue, il peut sembler que l’image est en noir et blanc, avec sa gamme de gris correspondante, mais en réalité elle peut être en quatre couleurs. Nous recommandons vivement que les images et logos soient en mode « nuances de gris » avant de les placer dans le logiciel de mise en page.

De plus, lors de la génération du PDF, il est nécessaire de ne pas inclure la « barre de couleurs », disponible dans les options de génération des PDF. Même si tous les éléments de votre livre sont en noir et blanc, lorsque vous cochez cette option lors de la création du PDF, ces barres de couleurs apparaîtront (en haut de page) et feront ensuite apparaître les couleurs cyan, magenta et jaune dans notre PDF. En général, il suffit de n’inclure que les marques de découpe extérieures, avec la zone de bords perdus correspondante.

Dans le cas de l’impression des pages intérieures à 2/2 (pantone et noir), seules la couleur noire et la couleur pantone choisie (comme ton direct) doivent être utilisées dans le fichier original. Les couleurs quadrichromie ne doivent pas être utilisées, et bien sûr les images (photos et logos) ne doivent pas être en CMJN.

art final

Nous profitons de l’occasion pour faire une petite digression : La couleur noire ne doit pas être confondue avec la couleur « Repérage » disponible dans les logiciels de mise en page et de dessin vectoriel. Tout élément sur lequel la couleur « Repérage » est appliquée sortira en 100% des quatre couleurs quadrichromie (cyan, magenta, jaune et noir). Les éléments à imprimer qui aient la couleur « Repérage » appliquée, seront imprimés dans les 4 couleurs, ce qui peut causer des problèmes de séchage de l’encre (dans le cas de fonds) ou de repérage (dans le cas de textes fins). Dans les fonds en couleur noire, pour obtenir une jolie couleur noire, il suffit d’appliquer 50% Cyan et 100% Noir. Dans les textes en noir, il est nécessaire d’utiliser uniquement la couleur « noir » à 100%.

Conclusion

Un proverbe hindou dit : « Un livre ouvert est un cerveau qui parle ; fermé, un ami qui attend ; oublié, une âme qui pardonne ; détruit, un cœur qui pleure. » Les livres sont des véhicules pour la transmission du savoir, des connaissances… et non seulement cela, mais aussi les sentiments et les expériences des auteurs y sont imprimés. La culture est collectée et diffusée par le biais des livres. Quel que soit le sujet du livre, chez Cevagraf nous avons les ressources techniques et humaines pour faire l’impression et la reliure de votre livre. Visitez notre site web et découvrez comment nous pouvons vous aider !

CMJN : Comment on obtient l’Impression en couleur

Lorsqu’il s’agit de reproduire une image en couleur avec des milliers de nuances différentes sur un support physique tel que le papier, il n’est évidemment pas possible d’avoir une encre spécifique pour chaque nuance à représenter.

Cependant, nous voyons des exemples d’impression en couleur partout… comment les obtenir ? Les imprimeurs utilisent deux petites (ou pas si petites) “ astuces ”…

  1. La trame des images
  2. La superposition de plusieurs trames sous différents angles

Mais nous devons aller pas à pas…

La trame

De la complexité mineure à la complexité majeure, lorsqu’il s’agit de reproduire une image, nous pouvons trouver ces cas :

a) Image monochrome et avec un seul ton : Il y a ou il n’y a pas d’image. 0 ou 1.

b) Image monochrome, mais cette couleur unique peut être plus ou moins intense, c’est-à-dire qu’elle peut avoir des tons différents.

c) Image polychrome : il y a des milliers de couleurs dans différentes nuances. L’impression en couleur (quatre couleurs) est réalisée (comme nous allons le voir) à partir des couleurs primaires.

Voyons comment il est possible de reproduire l’image dans chacun de ces cas :

Nous partons du principe que tout appareil d’impression (imprimante domestique, presse d’impression industrielle…) forme l’image à reproduire à partir de points.

Dans le cas a), ou bien il y a de l’encre ou bien il n’y a pas d’encre. Si l’encre est noire, dans l’image il n’y aura que du noir :

CMYK : Comment on obtient l’Impression en couleur

Et si notre image a plusieurs tons ? Pensez, par exemple, à une image en noir et blanc : certains points sont 100% noirs, mais il y a aussi des points  » blancs « , d’autres points plus ou moins gris… Comment les reproduire ?

CMYK : Comment on obtient l’Impression en couleur

C’est là que la géniale  » astuce  » de la trame joue son rôle.

Appliquer la trame à une image consiste à la diviser en  » blocs  » ou carrés de très petite taille mais qui sont néanmoins plus grands que les points que notre appareil peut imprimer. Ainsi, un point de trame contient plusieurs points d’impression à l’intérieur :

CMYK : Comment on obtient l’Impression en couleur

La première  » astuce  » consiste à quoi ? En imprimant plus ou moins de points d’impression dans chaque point de trame, on peut obtenir des tonalités plus ou moins intenses de la même couleur.

Dans ce post, nous parlons plus en détail de la trame et de la résolution des images : PPI, DPI, LPI… Comment mesure-t-on la résolution des images ?

Bon, nous savons déjà qu’avec la trame nous pouvons reproduire différentes tons (intensités) de la même couleur mais… Comment reproduire des images qui sont composées de milliers de couleurs ? Comment obtenir une impression en couleur ?

Voilà le deuxième  » astuce « …

La superposition de la trame, la clé de l’impression en couleur

Il est connu que de la combinaison des couleurs primaires il est possible d’obtenir des milliers de couleurs, comme nous l’expliquons dans cet article : Introduction à la théorie des couleurs.

Eh bien, ce que nous faisons dans la presse d’impression est d’obtenir une trame différente pour chacune des couleurs primaires soustractives, c’est-à-dire, cyan, magenta et jaune (synthèse soustractive), en ajoutant la couleur noire (cette couleur-ci est nécessaire car le mélange des 3 encres mentionnées ne suffit pas à obtenir un noir parfait, on obtiendrait plutôt un marron foncé).

La chose importante à garder à l’esprit est que en superposant les 4 trames, chacune d’elles sous un angle différent, “ on a trompé l’oeil ”, qui ne percevra pas chacune des couleurs individuellement, mais le mélange.

CMYK : Comment on obtient l’Impression en couleur

En regardant de près la superposition des 4 trames, vous pouvez voir la  » rosette  » d’impression typique.

 

La couleur que l’oeil percevra dans chaque zone d’une image est le résultat de la taille plus ou moins grande des points de chaque couleur dans cette zone.

De cette façon, une zone aura l’air jaunâtre parce que les points de la trame jaune sont là plus grands que les points de la trame magenta, par exemple.

C’est ainsi que l’image en quadrichromie (CMYK ou CMJN) est formée dans le cas des trames nommées conventionnelles. Il y a aussi d’autres types de trames, des trames stochastiques (également nommées aléatoires, ou  » fréquence modulée « ), dans lesquelles la perception de l’une ou l’autre couleur n’est pas générée par le fait que les points soient plus grands ou plus petits, mais par leur plus ou moins grande accumulation dans une zone de l’image (en gardant constante la taille des points).

L’impression en couleur, de nous jours tellement quotidienne, est basée sur des principes très ingénieux. C’est magnifique, n’est-ce pas ?

Comment Préparer Votre Livre pour l’Impression

comment_preparer_livre

Choisissant le type de reliure

 
Avant d’envoyer votre livre à l’impression, que ce soit, votre catalogue de produits, un catalogue d’entreprise, une édition de livres etc. Vous pouvez choisir parmi divers systèmes de reliure: dos carré (collé, collé cousu ou bien PUR) principalement, mais également: l’agrafage ou la reliure spirale / wire-o.
 
Le choix du type de reliure est un choix très personnel, mais vous opterez pour un livre de poche si vous voulez une finition élégante, cohérente et semblable à celle d’un livre. Outre la finition, la condition la plus importante pour le choix d’un livre de poche est un nombre considérable de pages pour votre publication. Une autre condition serait un grammage élevé du papier. Par exemple, avec une publication de 64 pages et un grammage de 150 g, vous pouvez déjà penser à un livre de poche.
 
Ainsi, venant en au sujet: Comment bien préparer vos fichiers pour l’imprimeur? La préparation des fichiers est la même pour les 3 types de finition (collée, collée cousue et PUR).

Bien préparer vos fichiers

Le format standard pour travailler avec des imprimeurs est le format PDF. Un bon point de départ sera de prendre en considération que, quand on parle de PDF il y a 3 notions incontournables:

Vos fichiers PDF doivent etre de haute qualité
Il faut qu’ils aient des traits de coupe (ces traits vont nous indiquer le format de la page)
Le fond perdu doit être 3mm au minimum. Ça veut dire que les elements du dessin doivent déborder de 3mm sur votre document.

Combien de fichiers doive-je envoyer a mon imprimeur?

Voici un exemple de comment le faire pour la reliure dos carré. Il y a deux concepts principaux : les pages intérieures et les pages de couverture. Par conséquent, il va falloir préparer un fichier PDF pour les pages intérieures et un autre pour les pages de couverture.

Comment préparer les pages intérieures?

Voyons comment vous devez préparer les fichiers PDF pour les pages intérieures. Ces derniers devront remplir les 3 conditions requises d’avance commentés, et les pages devront être séparé, c’est à dire, chaque page de notre fichier PDF sera une page de notre publication.

Comment faire pour préparer les pages de couverture?

Le sujet le plus délicat est sans doute comment préparer les pages de couverture, puisque vous devez tenir compte de l’existence du DOS, c’est-à-dire, l’espace provoqué par l’épaisseur des feuilles, et où, habituellement, vous mettez le titre de notre publication et le nom de l’auteur.

Eh bien, de jour en jour nous trouvons différentes situations: Parfois nous recevons du client les pages de couverture avec les intérieures, tout ensemble dans un fichier PDF, ou bien on nous envoie les couvertures seules, dans un fichier PDF avec trois pages. (page 1 : première de couverture, page 2 : dos et page 3 : 4ème de couverture).

Si vous envoyez vos fichiers à une imprimerie de cette façon, très probablement ils vous feront payer un surplus pour la gestion des fichiers et pour régler la couverture pour impression correcte. Ça vaut la peine de les préparer vous mêmes correctement et ainsi de s’épargner ce prix extra, non ?

Afin de l’expliquer d’une manière simple et pratique, je donne toujours le même exemple à mes clients. Imaginez que nous arrachons la couverture à un livre, en la détachant  des pages intérieures. Qu’est-ce qu’on obtient ? Une feuille où d’un côté nous avons la 4ème de couverture, le dos (extérieur) et la 1ère de couverture. En tournant la page nous avons la 2ème de couverture, le dos (intérieur) et la 3ème de couverture.

Bon, c’est aussi simple que ça : nous allons préparer un fichier PDF avec deux pages :

Première page du PDF = extérieur de couverture (4ème de c. + dos (extérieur) + 1ère de c.).

Deuxième page du PDF = intérieur de couverture (2ème de c. + dos (intérieur) + 3ème de c.).

Prenons un exemple : un livre où les pages intérieures ont un format A4 (210 x 297 mms), et nous savons que le dos mesure 7 mms. Les deux pages de notre fichier PDF mesureront 427 x 297 mms. Voyons pourquoi de cette largeur de 427 mms. : si nous partons de l’extérieure de la couverture. Voilà: 210 mms. (4ème de c.) + 7 mms. (dos) + 210 mms. (1ère de c.). Total: 427 mms. Et le même pour la partie intérieure de la couverture, , avec la différence que dans ce cas nous pouvons laisser le dos blanc, parce que c’est dans cet espace où nous appliquerons de la colle pour unir la couverture avec les pages intérieures.

couverture

Enfin, le dernier détail qui n’est pas des moindres, est de tenir compte du rainage de la couverture. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un rainage que l’on applique sur la couverture et sur la contre-couverture à environ 7 mms à peu près du dos. Ces 7 mms de distance qui vont du dos au rainage collent la couverture aux pages intérieures, comme nous voyons dans l’illustration suivante :

rainage-couverture-ok

Cela nous permet de mieux coller la couverture aux pages intérieures et, en même temps, il donne une touche d’élégance. Mais c’est important de vous en souvenir au moment d’appliquer votre dessin à la partie intérieure de la couverture (2ème et 3ème de couverture) parce que sur cette bande il faut appliquer ni texte ni image, tout simplement parce que ça ne sera pas visible. C’est un point que nous oublions bien souvent et qui peut nous éviter de mauvaises surprises ! 😉