LA RÉVISION DES FICHIERS ET DES ÉPREUVES AVANT L’IMPRESSION

,
revision des fichiers

Pourquoi est-il important de vérifier les fichiers et les épreuves avant d’envoyer nos originaux à l’imprimerie ?

Il est important d’effectuer et de vérifier diverses épreuves tout au long du processus de la production graphique, en commençant par les étapes initiales. La révision des fichiers et des épreuves permet de déceler et de corriger les erreurs à un stade avant de passer au suivant, ce qui permet d’économiser du temps et des ressources. Souvent, on est trop occupé pour consacrer du temps aux épreuves, mais si le résultat du travail n’est pas bon, on devra trouver le temps de répéter le processus.

Au cours du processus de la production graphique, il est nécessaire de s’assurer, à chaque étape et avant de passer à la suivante, que le résultat obtenu jusqu’à présent est conforme à ce qui a été souhaité. Divers systèmes de révision des fichiers et des épreuves peuvent être utilisés à cette fin. Par exemple, le document peut être prévisualisé sur l’écran de l’ordinateur, imprimé sur une imprimante… On peut aussi utiliser des applications de preflight, on peut réaliser des épreuves analogiques ou numériques, et même des épreuves de presse peuvent être réalisées sur une machine à imprimer.

Au cours du projet, le texte, les images et la mise en page des originaux doivent être revus soigneusement. Les épreuves faites au moyen des imprimantes laser sont principalement utilisées pour vérifier les textes, la conception et la mise en page des pages avant de produire les films ou les plaques pour l’impression.

Les logiciels de preflight vous permettent de vérifier que le document est complètement prêt à être imprimé sur les presses. Des épreuves analogiques et numériques sont généralement effectuées avant le démarrage du tirage. Pour les productions particulièrement importantes, une épreuve d’impression peut également être effectuée sur la presse comme épreuve finale avant le tirage. Il s’agit d’une procédure coûteuse, mais justifiée dans certains cas. Des épreuves de presse peuvent également être réalisées lorsqu’un nombre élevé d’épreuves par page est nécessaire.

Toutes ces procédures de révision des fichiers et d’épreuves ont le même but : être certain que chaque étape est réalisée comme prévu.

Plus une erreur est découverte tardivement dans le processus de production, plus de temps on doit mettre pour la corriger et plus chère devient la correction.

C’est pourquoi il est tellement important d’inclure dans la planification le temps nécessaire pour effectuer une série de contrôles tout au long du processus.

Dans cet article, nous allons analyser différents systèmes de révision des fichiers et des épreuves, le contenu des check lists et la préparation des épreuves. Pour commencer, nous examinerons les types d’erreurs qui peuvent se produire.

Les erreurs les plus fréquentes dans le processus de production graphique

De nombreuses erreurs peuvent se produire lors de la préparation des documents numériques destinés à être utilisés dans la production graphique. Pour simplifier, nous les regrouperons en cinq grandes catégories :

1. Les défauts esthétiques, par exemple les erreurs typographiques.
2. Les défaillances causées par des applications ou des systèmes d’exploitation.
3. Les défaillances dans le document causées par la négligence, l’inexpérience ou le manque de connaissances.
4. Les défaillances causées par des erreurs d’impression.
5. Les défaillances mécaniques, causées, par exemple, par les machines à flasher (CtP) mal calibrés.

La réalisation d’épreuves analogiques est le seul moyen de contrôler tous ces types d’erreurs, mais comme elles sont effectuées lorsque le processus de production est très avancé, la correction des erreurs décelées est très coûteuse. Il est donc préférable de suivre un plan de contrôle dès le début du processus graphique.

Épreuves à l’écran (soft-PROOFS)

Une révision soigneuse des textes et des images sur un écran d’ordinateur bien calibré est une première forme de correction efficace et peu coûteuse pour s’assurer que tout fonctionne bien. Dans les logiciels d’édition d’images et de publication assistée par ordinateur (PAO), il existe également de bons outils pour contrôler les différents paramètres. Sur l’écran, vous pouvez maîtriser la typographie, le placement des images, des illustrations, des logos et des textes.

Vous pouvez également contrôler le partitionnement des mots, l’alignement, le format, les zones de texte, le trapping, les surimpressions et les fonds perdus. Un expert en production graphique peut utiliser une application d’édition d’images pour vérifier la correspondance des couleurs, l’édition des images, la couverture totale de l’encre, l’UCR/GCR et les ajustements de l’engraissement du point.

Un moyen très pratique de créer une épreuve à l’écran, qui peut être montrée au client et qui facilite la révision du document, consiste à générer un fichier PDF à partir du document original. Les fichiers PDF peuvent facilement être envoyés par courrier électronique au personnel qui doit faire la révision du travail. Avec l’application Adobe Acrobat [télécharger le logiciel], des notes numériques peuvent être ajoutées au document, avec des commentaires pour la correction et l’ajustement de la preuve. La création d’un fichier PDF à partir du logiciel sur lequel vous travaillez est également un bon moyen de vérifier que l’original numérique peut être traité et flashé sur un film ou une plaque.

Épreuves d’imprimantes laser

Les épreuves laser sont essentiellement utilisées pour corriger la typographie, contrôler la position des images, des illustrations et des logos et vérifier les textes (concernant l’orthographe et les contenus). Elles vous permettent également de vérifier la coupe syllabique, l’alignement, le format, les zones de texte et les fonds perdus.

Ces épreuves sont effectuées sur des imprimantes laser PostScript, en noir et blanc ou en couleur.

Un bon moyen de vérifier si le document est prêt à être traité est de faire une séparation des couleurs, avec l’imprimante laser. Ce type de sortie vous permet également de vérifier les réserves, les surimpressions et le nombre de couleurs du document. Les images et la précision des couleurs ne peuvent pas être vérifiées par une imprimante laser, car la correspondance entre ce type d’épreuves et le produit final obtenu dans la presse d’impression est insuffisante.

Détails de la production (preflight)

Le terme preflight est un mot du domaine de l’aviation, où il est utilisé pour désigner le contrôle et l’inspection de l’avion par le pilote avant le décollage. Dans la production graphique, ce concept est utilisé pour le contrôle qui est fait de l’original numérique (également appelé art final numérique, digital art work) avant sa sortie sous la forme de film ou de plaque d’impression.

En français, on utilise de préférence le nom preflight (ou preflighting, ou preflight-check), mais cette fonction est également désignée sous les noms de contrôle des fichiers ou révision préalable des fichiers. Pour ce faire, on utilise des logiciels de contrôle électronique qui sont des applications spécifiques de preflight, qui -étape par étape- vérifient le document par rapport à une série de paramètres prédéfinis.

Étant donné que les défauts graphiques sont courants dans les documents numériques livrés pour la production, le contrôle préalable (preflight) constitue une étape très importante.

Les défauts qui sont découverts tardivement (sur les films ou les plaques d’impression) sont coûteux à solutionner ; et c’est encore pire si le défaut est décelé sur la presse d’impression. Le preflight permet de découvrir et de corriger les défauts les plus courants, en réduisant ainsi les risques de coûts supplémentaires et des retards dans la livraison.

Conclusion

À notre humble avis, les imprimeries sont obligées d’effectuer ces types de révisions incluses dans le prix offert, car dans de nombreux cas, le problème n’est détecté qu’au moment où l’imprimeur effectue le preflight correspondant.

Nous devons supposer que les clients de l’imprimerie sont prêts, dans une certaine mesure, à contrôler l’ensemble du processus graphique. Il est donc important de travailler avec des imprimeries qui proposent ce service, ainsi que d’avoir une communication fluide entre les deux parties afin que la solution des problèmes soit rapide et agile.

Chez Cevagraf, le service de révision des fichiers est toujours inclus. Nous nous occupons dans tous nos travaux de vérifier et de maîtriser que tout soit correct pour l’impression, et bien que nous le fassions, nous pensons également qu’il est important d’impliquer le graphiste et le client dans ce contrôle, car en ce sens, toutes les informations favorisent une bonne communication entre tous les acteurs du processus graphique.

Afin de mieux impliquer et apprendre nos clients de la manière la plus efficace, Cevagraf dispose d’un portail web pour le contrôle préalable (preflight) des documents [voir le portail]. C’est un portail web que nous proposons à nos clients pour qu’ils puissent charger eux-mêmes leurs fichiers, faire le contrôle préalable, vérifier les épreuves à l’écran et contrôler tout ce qui doit être vérifié avant l’impression.

Avec ce portail, nous ne voulons pas « transférer notre travail » au graphiste, au contraire, car bien que cette procédure soit suivie, dans notre atelier de prépresse, nous faisons également une vérification globale du produit, afin de rien n’oublier. Ce que nous voulons essentiellement, c’est d’instruire et impliquer nos clients et leur fournir un outil capable de réduire les délais de livraison, car le portail est ouvert 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Tout ce qui reste à dire, c’est que pour connaître quelque chose, il faut l’essayer.

COMMENT PRÉPARER LES FICHIERS À ENVOYER À L’IMPRIMERIE

,

Chez CEVAGRAF S.C.C.L. nous voulons faciliter la tâche des graphistes dans la préparation des fichiers, c’est pourquoi nous présentons ce guide pratique pour aider le concepteur graphique.

Dans ce post, nous détaillons tous les aspects à prendre en compte lors de la préparation des fichiers à envoyer à l’imprimerie.

Alors, qu’est-ce que je dois apporter à l’imprimerie ?

Option 1 (et la plus sûre) : PDF, le format standard pour la remise de documents à l’imprimerie

Il est essentiel de partir d’un principe : mieux les originaux sont préparés pour les envoyer à l’imprimerie, moins de désagréments pour tout le monde… et donc moins de coûts pour le client. Comme le dit le proverbe : Le temps, c’est de l’argent. Le fait de fournir des originaux bien faits à l’imprimerie accélère le processus de production et surtout permet d’éviter les coûts imprévus.

Quel est le format standard pour la remise des documents à l’imprimerie ? Le PDF haute résolution. Pour le service prépresse, il est beaucoup plus rapide et plus fiable de travailler avec des fichiers PDF fournis par les clients. En fait, les logiciels de traitement de fichiers prépresse fonctionnent exclusivement avec des documents PDF.

Les logiciels de PAO mentionnés offrent des fonctionnalités intéressantes. Parmi elles, la possibilité de générer des fichiers PDF. Il s’agit d’une procédure simple et conviviale.

Voir l’article  » Comment créer des PDF à envoyer à l’imprimerie avec différents logiciels « 

Option 2 : Envoyer les fichiers en ouvert (Assemblage)

L’envoi des fichiers en format ouvert (InDesign, Illustrator, QuarkXpress) ralentit le processus et accroît l’incertitude quant au résultat final. L’envoi des fichiers ouverts vous oblige à joindre les liens (c’est-à-dire, les images liées dans les fichiers) et les polices de caractères ou typographies. Le simple fait de devoir installer les polices de caractères et d’ouvrir les documents dans un autre ordinateur que celui où la mise en page a été faite, entraîne un temps supplémentaire que l’imprimeur peut facturer au client avec tous ses droits. Outre le temps nécessaire à l’installation, il faut ajouter le temps nécessaire à la révision des fichiers et à la génération du PDF par le service prépresse de l’imprimerie pour une révision ultérieure par le client.

Cela signifie-t-il que vous ne pouvez pas envoyer des fichiers ouverts à l’imprimerie ? Non. Le client peut envoyer les fichiers ouverts (plus les polices et les liens) s’il le souhaite ; seulement que l’augmentation du temps de gestion peut entraîner des coûts supplémentaires de la part de l’imprimeur… en plus du retard dans la production.

Dans ce cas, le client doit faire parvenir à l’imprimeur tous les éléments ci-dessous :

Fichier ouvert du travail (.indd, .qxp, .fh11, .cdr, …)
Liens du travail, les images et les graphiques liés (.eps, .tif, .jpg)
Polices de caractères tracées ou jointes (PostScript ou TrueType)
PDF basse résolution du travail, comme échantillon de vérification visuelle.

 

Sangrado   Preparación de archivos para enviar a la imprenta   enviar archivos a la imprenta   Preparar archivos

 

Voir l’article  » Rassembler les infos pour la sortie – Assemblage « 

Instructions générales et recommandations pour la remise des fichiers à l’imprimerie

Nous vous recommandons vivement de faire au moins ces 5 contrôles de base avant d’envoyer les fichiers à l’imprimerie.

Indiquez le nom de la personne de contact, le numéro de téléphone et une adresse électronique à contacter en cas de problème avec les fichiers.

Évitez d’écrire des noms de fichiers trop longs, ainsi que des caractères spéciaux. N’envoyez pas de matériel inutile ou en double.

Lors de l’envoi de matériel et de fichiers par e-mail ou FTP, il est conseillé de compresser au format ZIP le dossier dans lequel sont tous les fichiers à envoyer.

Envoyez une copie du document avec les polices non tracées, au cas où des modifications de dernière minute devraient être réalisées.

Utilisez l’option  » ASSEMBLAGE  » ou  » RASSEMBLER LES INFOS POUR LA SORTIE «  qui est présente dans tous les logiciels de mise en page, laquelle est très utile pour ne pas oublier aucun lien ou police.

Ne pas faire d’impositions ou montages. Définir la taille de la page du fichier à la mesure finale établie dans le devis. Ne placez pas plusieurs tirages dans un grand format de page.

Il est important de bien préciser tous les détails concernant la manière dont nous voulons notre produit, en particulier dans les dossiers qui nécessitent une manipulation particulière. Laisser des choses sans préciser peut conduire à des malentendus.

Dans le cas d’impressions de brochures pliées, ajoutez une maquette indiquant ce qu’est la couverture avant et ce qu’est la couverture arrière. Étudier quelles sont les mesures des volets idéales dans la conception des dépliants 3 volets enveloppants, dépliants 4 volets et en général des dépliants publicitaires quel que soit le type de pliage.

Joignez une épreuve imprimée en couleur et mise à jour si possible. Sinon, envoyez un PDF (même s’il est à basse résolution).

Les logiciels PAO admis sont : InDesign, Freehand, QuarkXPress, CorelDraw, Illustrator ou Photoshop. Pour les fichiers réalisés sous Word, Excel ou Publisher (non appropriés pour l’impression), envoyez un PDF de haute qualité, réalisé à partir du même PC que celui où ils ont été créés.

Assistance

Si vous avez encore des questions sur la préparation des fichiers, nous vous renvoyons à notre centre d’aide, où vous pourrez certainement les résoudre.