Lorsque l’on parle d’impression en couleur, on ouvre la porte à un monde de possibilités visuelles et créatives. L’impression couleur transcende les simples documents en noir et blanc en donnant vie aux images, aux graphiques et aux designs de manière vibrante et captivante.

Que ce soit pour des projets artistiques, des supports publicitaires percutants ou des documents professionnels visuellement attrayants, l’impression couleur offre un éventail de bénéfices qui ne devraient pas être sous-estimés.

Impression en Couleur

La puissance de l’impression en couleur réside dans sa capacité à susciter des émotions, à transmettre des informations et à attirer l’attention de manière bien plus efficace que les impressions monochromes.

Les couleurs ont le pouvoir de véhiculer des sentiments et des messages subtils, de différencier les éléments importants et d’améliorer la compréhension globale du contenu. Les nuances et les teintes ajoutent une profondeur visuelle qui peut transformer une simple page en une œuvre d’art visuelle.

De plus, l’impression couleur joue un rôle clé dans la mémorisation et la rétention de l’information. Les études ont montré que les informations présentées en couleur sont plus susceptibles d’être retenues que celles en noir et blanc. Cela en fait un outil précieux pour les présentations, les brochures éducatives et tout autre matériel où la clarté et la rétention sont essentielles.

Que ce soit pour des besoins personnels ou professionnels, l’impression couleur offre une flexibilité créative inestimable. Des designs sophistiqués aux images haute résolution, l’impression couleur permet de réaliser des projets qui attirent l’attention et laissent une impression durable.

Il est important de travailler avec des professionnels de l’impression qui comprennent les nuances des couleurs et qui peuvent garantir des résultats cohérents et de haute qualité.

Astuces d’impression en couleur

Lorsqu’il s’agit de reproduire une image en couleur avec des milliers de nuances différentes sur un support physique tel que le papier, il n’est évidemment pas possible d’avoir une encre spécifique pour chaque nuance à représenter.

Cependant, nous voyons des exemples d’impression en couleur partout… comment les obtenir ? Les imprimeurs utilisent deux petites (ou pas si petites) “ astuces ”…

  1. La trame des images
  2. La superposition de plusieurs trames sous différents angles

Mais nous devons aller pas à pas…

La trame

De la complexité mineure à la complexité majeure, lorsqu’il s’agit de reproduire une image, nous pouvons trouver ces cas :

a) Image monochrome et avec un seul ton : Il y a ou il n’y a pas d’image. 0 ou 1.

b) Image monochrome, mais cette couleur unique peut être plus ou moins intense, c’est-à-dire qu’elle peut avoir des tons différents.

c) Image polychrome : il y a des milliers de couleurs dans différentes nuances. L’impression en couleur (quatre couleurs) est réalisée (comme nous allons le voir) à partir des couleurs primaires.

Voyons comment il est possible de reproduire l’image dans chacun de ces cas :

Nous partons du principe que tout appareil d’impression (imprimante domestique, presse d’impression industrielle…) forme l’image à reproduire à partir de points.

Dans le cas a), ou bien il y a de l’encre ou bien il n’y a pas d’encre. Si l’encre est noire, dans l’image il n’y aura que du noir :

CMYK : Comment on obtient l’Impression en couleur

Et si notre image a plusieurs tons ? Pensez, par exemple, à une image en noir et blanc : certains points sont 100% noirs, mais il y a aussi des points  » blancs « , d’autres points plus ou moins gris… Comment les reproduire ?

CMYK : Comment on obtient l’Impression en couleur

C’est là que la géniale  » astuce  » de la trame joue son rôle.

Appliquer la trame à une image consiste à la diviser en  » blocs  » ou carrés de très petite taille mais qui sont néanmoins plus grands que les points que notre appareil peut imprimer. Ainsi, un point de trame contient plusieurs points d’impression à l’intérieur :

CMYK : Comment on obtient l’Impression en couleur

La première  » astuce  » consiste à quoi ? En imprimant plus ou moins de points d’impression dans chaque point de trame, on peut obtenir des tonalités plus ou moins intenses de la même couleur.

Dans ce post, nous parlons plus en détail de la trame et de la résolution des images : PPI, DPI, LPI… Comment mesure-t-on la résolution des images ?

Bon, nous savons déjà qu’avec la trame nous pouvons reproduire différentes tons (intensités) de la même couleur mais… Comment reproduire des images qui sont composées de milliers de couleurs ? Comment obtenir une impression en couleur ?

Voilà le deuxième  » astuce « …

La superposition de la trame, la clé de l’impression en couleur

Il est connu que de la combinaison des couleurs primaires il est possible d’obtenir des milliers de couleurs, comme nous l’expliquons dans cet article : Introduction à la théorie des couleurs.

Eh bien, ce que nous faisons dans la presse d’impression est d’obtenir une trame différente pour chacune des couleurs primaires soustractives, c’est-à-dire, cyan, magenta et jaune (synthèse soustractive), en ajoutant la couleur noire (cette couleur-ci est nécessaire car le mélange des 3 encres mentionnées ne suffit pas à obtenir un noir parfait, on obtiendrait plutôt un marron foncé).

La chose importante à garder à l’esprit est que en superposant les 4 trames, chacune d’elles sous un angle différent, “ on a trompé l’oeil ”, qui ne percevra pas chacune des couleurs individuellement, mais le mélange.

CMYK : Comment on obtient l’Impression en couleur

En regardant de près la superposition des 4 trames, vous pouvez voir la  » rosette  » d’impression typique.

La couleur que l’oeil percevra dans chaque zone d’une image est le résultat de la taille plus ou moins grande des points de chaque couleur dans cette zone.

De cette façon, une zone aura l’air jaunâtre parce que les points de la trame jaune sont là plus grands que les points de la trame magenta, par exemple.

C’est ainsi que l’image en quadrichromie (CMYK ou CMJN) est formée dans le cas des trames nommées conventionnelles. Il y a aussi d’autres types de trames, des trames stochastiques (également nommées aléatoires, ou  » fréquence modulée « ), dans lesquelles la perception de l’une ou l’autre couleur n’est pas générée par le fait que les points soient plus grands ou plus petits, mais par leur plus ou moins grande accumulation dans une zone de l’image (en gardant constante la taille des points).

L’impression en couleur, de nous jours tellement quotidienne, est basée sur des principes très ingénieux. C’est magnifique, n’est-ce pas ?

Cmjn impression

Le concept de l’impression en CMJN est d’une importance capitale pour garantir des résultats optimaux dans le domaine de l’édition et de la reproduction des couleurs.

CMJN fait référence aux quatre encres de base utilisées dans le processus d’impression: cyan, magenta, jaune et noir (CMJN). Ces couleurs primaires sont mélangées en proportions spécifiques pour créer une vaste gamme de teintes et de nuances.

L’utilisation de ces quatre couleurs fondamentales permet de reproduire une grande variété de teintes et de couleurs avec une grande précision, que ce soit dans le domaine de l’impression de documents, de photographies, d’illustrations ou de matériel publicitaire.

Chaque couleur est imprimée en couches successives pour créer l’apparence souhaitée, avec le noir ajouté pour améliorer la profondeur et le contraste.

L’avantage clé de l’impression en CMJN réside dans sa capacité à reproduire des tons et des couleurs précisément comme ils apparaissent sur un écran ou dans un visuel numérique.

Cela est particulièrement important pour les industries graphiques et d’impression, car il garantit une cohérence et une fidélité de couleur élevées entre le concept visuel initial et le produit imprimé final.

Impression RVB

L’impression RVB, ou impression en couleurs primaires additives, est un processus utilisé pour reproduire des images en combinant différentes quantités de trois couleurs primaires : rouge, vert et bleu.

Ces trois couleurs correspondent aux longueurs d’onde spécifiques de la lumière visible et sont à la base de la manière dont nos yeux perçoivent et interprètent les couleurs.

Dans le processus d’impression RVB, chaque pixel de l’image est composé d’un mélange de ces trois couleurs primaires. En ajustant les niveaux d’intensité de chaque couleur, il est possible de créer une vaste gamme de couleurs.

Lorsque toutes les trois couleurs sont affichées à leur intensité maximale, cela crée une lumière blanche, et en diminuant progressivement l’intensité des couleurs, on peut obtenir une gamme variée de teintes et de tons.

Il est important de noter que l’impression RVB est généralement utilisée pour les écrans d’ordinateur, les téléviseurs et autres dispositifs électroniques qui émettent de la lumière directement.

En revanche, pour l’impression sur papier ou d’autres supports physiques, on utilise généralement le modèle de couleur CMJN (cyan, magenta, jaune et noir), qui est basé sur la combinaison de pigments colorés.

RVB ou CMJN : quelles sont les différences ?

Les modèles de couleur RVB (rouge, vert, bleu) et CMJN (cyan, magenta, jaune, noir) sont deux systèmes utilisés pour représenter et reproduire les couleurs, mais ils sont destinés à des utilisations différentes et ont leurs propres caractéristiques.

RVB ou CMJN : quelles sont les différences ?
RVB ou CMJN : quelles sont les différences ?
  1. RVB (Rouge, Vert, Bleu) :
    • Utilisation : Le modèle RVB est principalement utilisé pour les dispositifs électroniques tels que les écrans d’ordinateur, les téléviseurs, les appareils photo numériques, etc., qui émettent de la lumière directement.
    • Couleurs primaires : Les couleurs primaires dans le modèle RVB sont le rouge, le vert et le bleu. En combinant ces trois couleurs à différentes intensités, on peut obtenir une large gamme de couleurs visibles sur un écran.
    • Mélange : Lorsque toutes les trois couleurs primaires sont affichées à leur intensité maximale, elles créent une lumière blanche. En diminuant l’intensité des couleurs, on obtient différents tons et teintes de couleur.
  2. CMJN (Cyan, Magenta, Jaune, Noir) :
    • Utilisation : Le modèle CMJN est principalement utilisé pour l’impression sur des supports physiques tels que le papier, le carton, etc. Il est largement utilisé dans l’industrie de l’imprimerie.
    • Couleurs primaires : Les couleurs primaires dans le modèle CMJN sont le cyan, le magenta et le jaune. Ces couleurs sont utilisées pour absorber la lumière plutôt que de l’émettre comme dans le modèle RVB.
    • Mélange : En combinant différentes quantités de cyan, de magenta et de jaune, on peut créer une gamme étendue de couleurs. L’ajout de noir (K pour Key) est également utilisé pour améliorer la densité des tons foncés et pour économiser l’utilisation excessive d’encre colorée.

En résumé, la principale différence réside dans leur application : le modèle RVB est adapté aux écrans et aux dispositifs qui émettent de la lumière, tandis que le modèle CMJN est conçu pour l’impression sur des supports physiques.

Chaque modèle a ses avantages et ses limitations, et le choix entre les deux dépendra du contexte d’utilisation et des résultats souhaités.

Quand utiliser le mode CMJN or RMV?

Le choix entre le mode CMJN (Cyan, Magenta, Jaune, Noir) et RVB (Rouge, Vert, Bleu) dépend de l’usage prévu pour vos images ou projets.

Quand utiliser le mode CMJN or RMV?
Quand utiliser le mode CMJN or RMV?

Voici quand il est généralement recommandé d’utiliser chaque mode :

Utiliser le mode CMJN :

  1. Impression physique : Si vous prévoyez d’imprimer vos images sur des supports tels que papier, carton, bannières, etc., vous devriez travailler en mode CMJN. Les imprimantes utilisent des encres CMJN pour reproduire les couleurs, et travailler dans cet espace colorimétrique garantit une meilleure correspondance entre ce que vous voyez à l’écran et ce qui est imprimé.
  2. Matériel promotionnel : Si vous créez des éléments comme des brochures, des dépliants, des affiches ou tout autre support promotionnel destiné à l’impression, optez pour le mode CMJN pour une restitution précise des couleurs.
  3. Professionnels de l’impression : Si vous travaillez avec des graphistes ou des imprimeurs professionnels, ils vous demanderont généralement des fichiers en mode CMJN, car c’est l’espace colorimétrique standard pour l’impression.

Utiliser le mode RVB :

  1. Écrans et médias numériques : Si vos images seront principalement affichées sur des écrans d’ordinateur, des téléviseurs, des tablettes ou des smartphones, le mode RVB est plus approprié. Les écrans émettent de la lumière et utilisent le modèle RVB, donc les couleurs seront plus fidèles à votre intention d’origine.
  2. Web et médias sociaux : Si vos images sont destinées à être partagées en ligne, sur des sites Web, des médias sociaux ou d’autres plateformes numériques, le mode RVB est recommandé. Les navigateurs et les écrans affichent les images en RVB.
  3. Retouche photo et création numérique : Si vous travaillez sur des photos ou si vous créez des éléments graphiques destinés principalement à la diffusion en ligne, le mode RVB offre une plus grande variété de couleurs et d’options pour l’édition.

Peut-on convertir un fichier RVB en CMJN en gardant les couleurs intactes ?

La conversion d’un fichier RVB en CMJN tout en préservant les couleurs exactes peut être un défi en raison des différences fondamentales entre les deux modèles de couleur.

Les gammes de couleurs que chacun de ces modèles peut représenter ne se superposent pas complètement, ce qui peut entraîner des variations de couleur lors de la conversion.

Cependant, il est possible d’effectuer cette conversion en utilisant diverses techniques pour minimiser les pertes de couleur :

  • Gestion des couleurs : Utilisez un logiciel ou un outil qui prend en charge la gestion des couleurs. Ces outils peuvent effectuer des conversions en utilisant des profils de couleurs spécifiques pour les espaces RVB et CMJN, ce qui peut aider à maintenir autant que possible l’apparence des couleurs.
  • Aperçu et ajustements manuels : Lors de la conversion, examinez attentivement les couleurs dans l’espace CMJN et effectuez des ajustements manuels si nécessaire pour faire correspondre autant que possible les teintes et les tons.
  • Sélection de couleurs appropriées : Lors de la conception initiale dans l’espace RVB, essayez de choisir des couleurs qui sont déjà dans la gamme du CMJN. Cela peut réduire les changements de couleur lors de la conversion.
  • Test d’échantillonnage : Effectuez des tests d’échantillonnage en convertissant une petite partie de l’image pour voir comment les couleurs sont affectées. Cela peut vous aider à identifier les zones problématiques et à apporter des ajustements avant de convertir l’ensemble du fichier.
  • Compromis inévitables : Malgré tous les efforts, il peut y avoir des cas où les couleurs ne peuvent pas être parfaitement préservées en raison des limitations inhérentes des deux espaces colorimétriques. Dans ces situations, des compromis pourraient être nécessaires pour obtenir le meilleur résultat global.

Il est important de noter que la conversion d’un espace colorimétrique à un autre peut entraîner des changements de couleur, en particulier lorsqu’il s’agit de nuances vives et saturées. La meilleure approche dépendra du contexte et des besoins spécifiques du projet.

Vais-je obtenir la même couleur à l’écran et à l’impression si je suis en CMJN ?

Il est peu probable que vous obteniez exactement la même couleur à l’écran et à l’impression lorsque vous travaillez en CMJN (Cyan, Magenta, Jaune, Noir).

Les raisons en sont liées aux différences entre les espaces colorimétriques, aux limitations des technologies d’affichage et d’impression, ainsi qu’aux propriétés intrinsèques des couleurs elles-mêmes.

Voici quelques facteurs à prendre en compte :

  1. Différence entre les espaces colorimétriques : Les couleurs visibles à l’écran (RVB) et celles imprimées (CMJN) sont basées sur des modèles de couleur différents. Les gammes de couleurs qu’ils peuvent reproduire diffèrent, ce qui signifie que certaines couleurs vives et saturées visibles à l’écran peuvent ne pas être restituées de la même manière lors de l’impression en CMJN.
  2. Technologies d’affichage et d’impression : Les écrans utilisent des rétro-éclairages lumineux et affichent les couleurs en émettant de la lumière, tandis que l’impression utilise des pigments ou des encres pour absorber ou réfléchir la lumière. Les propriétés de ces technologies sont différentes et peuvent influencer la perception des couleurs.
  3. Calibration et gestion des couleurs : Les écrans et les imprimantes doivent être correctement calibrés et profilés pour obtenir des résultats plus précis en termes de couleurs. La gestion des couleurs vise à minimiser les variations, mais elle ne garantit pas une correspondance parfaite.
  4. Matériaux d’impression : Le type de papier ou de support sur lequel vous imprimez peut également influencer la manière dont les couleurs sont restituées. Différents matériaux peuvent absorber ou refléter la lumière de manière unique, ce qui peut altérer l’apparence des couleurs.
  5. Compromis nécessaires : Pour obtenir la meilleure correspondance possible entre les couleurs à l’écran et à l’impression, il peut être nécessaire de faire des ajustements aux couleurs dans le fichier pour les adapter aux limitations de l’impression en CMJN. Des compromis peuvent être nécessaires pour conserver l’intention visuelle globale tout en travaillant dans un espace colorimétrique différent.
Imprimer d’un Livre

A lire également